Les infections sexuellement transmissibles en forte hausse en France

Les infections sexuellement transmissibles en forte hausse en France

Publié le :

Jeudi 19 Juillet 2018 - 09:10

Mise à jour :

Jeudi 19 Juillet 2018 - 09:13
Santé publique France a dévoilé mercredi les chiffres très inquiétant de la transmission d'infections sexuellement transmissibles (IST) dans le pays entre 2012 et 2016. Et constat alarmant: celles-ci ont triplé.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'est un constat alarmant qu'a dressé Santé publique France mercredi 18: le nombre de transmission de maladies sexuellement transmissibles a triplé entre 2012 et 2016.

Les autorités sanitaires ont ainsi insisté sur l'utilisation indispensable du préservatif mais aussi sur l'importance du dépistage, les seuls moyen d'être protégé contre les bactéries chlamydia et gonocoque.

Alors qu'en 2012 le nombre de personnes diagnostiquées pour une infection à chlamydia s'élevait à 76.918, il a monté en flèche pour atteindre 267.097 en 2016. Des résultats alarmants qui se confirme aussi pour les infections à gonocoque.

A voir aussi: Des succès mais le spectre d'une crise - le paradoxe de la lutte contre le sida

Les diagnostics de celles-ci ont grimpé à 49.628 en 2016 alors que Santé publique France avait dénombré 15.067 infections en 2012.

Sans surprise, ce sont les jeunes âgés de 18 à 24 ans qui sont les plus touchés par ces augmentations de transmission d'IST, et particulièrement les femmes. Les départements d'Ile-de-France et d'Outre-mer sont aussi particulièrement impactés.

L'administration a donc lancé une campagne de sensibilisation dans l'espoir que ces chiffres déjà alarmants n'augmentent pas encore dans les prochaines années. Mais les chiffres dévoilés mercredi "ne prennent pas en compte les personnes n'ayant pas consulté, notamment en raison de l'absence de symptômes, ou n'ayant pas fait l'objet d'un prélèvement biologique".

En d'autres termes: ils sont bien en deçà de la réalité.

Les infections à chlamydia et à gonocoque se transmettent lors de rapports sexuels non protégés, d'où l'importance de mettre un préservatif ou de pratique un dépistage après une relation sexuelle dite "à risque".

"Très contagieuses et fréquentes, elles peuvent être silencieuses et entraîner des complications (douleurs pelviennes chroniques, stérilité, fragilisation des muqueuses et augmentation du risque de contamination par le VIH, transmission mère-enfant…)", a alerté Santé publique France.

Une fois dépistées, ces IST se soignent à l'aide d'un traitement antibiotique destiné au porteur de l'infection ainsi qu'à son partenaire.

A lire aussi:

Peegasm - la nouvelle tendance sexuelle à risques

VIH/sida - la Prep, une prévention pas assez utilisée en France

Service sanitaire - des étudiants "ambassadeurs" de la prévention

Le nombre de transmission d'IST (infections sexuellement transmissibles) a triplé en France entre 2012 et 2016.


Commentaires

-