Un pic d'infarctus à Noël chaque année

Un pic d'infarctus à Noël chaque année

Publié le :

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:54

Mise à jour :

Jeudi 20 Décembre 2018 - 17:08
© BORIS HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une étude suédoise dévoilée mercredi dernier révèle que les cas d'infarctus augmentent à Noël, le 24 décembre de chaque année, avec même un pic vers 22h. Les personnes âgées de plus de 75 ans sont les plus touchées.

C'est un cadeau de Noël empoisonné que révèle une étude suédoise publiée mercredi 12 dans la revue scientifique British Medical Journal. Selon une équipe de médecins le risque d'être victime d'un infarctus augmenterait de 37% le 24 décembre, avec un pic des cas vers 22h.

Les chercheurs ont analysé les dossiers de 283.000 Suédois admis à l'hôpital pour un infarctus du myocarde entre 1998 et 2013. Cette base de données nationale, appelée SwedeHeart, ne recense cependant pas les cas d'infarctus mortels qui n'ont pas nécessité d'hospitalisation.

Ils ont ainsi constaté une hausse des infarctus de 15% durant la période entre Noël et le nouvel an. Plus surprenant encore, deux pics ont pu être clairement identifiés: le 24 décembre (+37% des cas) et le 1er janvier (+20% des cas).

A voir aussi: Toulouse - le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus

"L'association d'un risque accru à Noël est plus prononcée pour les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne", était-il d'ailleurs indiqué dans la publication.

Deux hypothèses ont été dégagées pour expliquer ce phénomène. "Il est possible que les membres de la famille qui revoient leurs proches après une longue période d'absence les trouvent en tellement mauvaise santé qu'ils les fassent admettre à l'hôpital", ont tout d'abord estimé les chercheurs.

"Si c'était le cas, nous devrions voir une diminution du nombre des infarctus dans les semaines après Noël par rapport aux semaines précédentes", ce qui n'est pas le cas, ont-ils constaté.

Deuxième hypothèse: les infarctus seraient dus aux excès de nourriture riche et d'alcool. Les scientifiques pensent aussi que les températures froides et le manque de sommeil peuvent jouer un rôle dans cette augmentation.

"Il faut être très prudent dans l'interprétation de ces données, car il s'agit d'une association temporelle dont on ne peut affirmer le lien de cause à effet, même s'il s'agit d'une étude reposant sur une méthodologie et un matériel d'excellente qualité", a tout de même expliqué Eloi Marijon, cardiologue à l'hôpital Georges-Pompidou de Paris, au Figaro.

A lire aussi:

Hérault: victime d'un infarctus, il appelle trois fois le Samu avant qu'il intervienne et décide de porter plainte

Le sirop pour la toux nouveau remède contre les AVC et infarctus du myocarde?

Les risques d'infarctus sont 8 fois plus élevés pour les fumeurs de moins de 50 ans

Le 24 décembre, des scientifiques ont remarqué un pic de cas d'infarctus du myocarde.


Commentaires

-