Histoire du COVID-19 – chapitre 4 - partie 1 : Les virus de Zhoushan

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Histoire du COVID-19 – chapitre 4 - partie 1 : Les virus de Zhoushan

Publié le 21/10/2020 à 16:37
Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): Valère Lounnas avec la collaboration de Gérard Guillaume pour FranceSoir

-A +A

Les virus de Zhoushan - partie émergée de l'iceberg de la recherche militaire chinoise ?

Chauve-souris (Chine, musée du Quai Branly)  Crédit : Jean-Pierre Dalbéra

Dans le chapitre précédent nous avons décrit en détails les recherches « gain-of-function » (GOF), menées sur des virus hautement pathogènes pour l'être humain, en révélant le danger extrême qu'elles font planer sur une humanité anesthésiée par la désinformation. La méconnaissance du public résulte en grande partie du déni des chercheurs en virologie qui restent muets sur l'usage potentiel de leurs découvertes à des fins hostiles.

 

Nous tentons dans ce chapitre de donner un éclairage sur la réalité de l'activité militaire chinoise en matière de recherche sur les coronavirus de chauves-souris. Nous nous concentrons ici sur la Chine puisqu'il s'agit de l'histoire d'un virus pandémique qui a émergé du sol de cette grande puissance.

 

Partie 1.  Position de la Chine sur l'échiquier géopolitique des grandes puissances

La Chine vise la dominance de façon peu discrète

Par sa superficie et sa population mais aussi par son développement économique hégémonique et technologique récent, tout à fait hors norme, la Chine semble avoir retrouvé son statut d'Empire du Milieu. Pour certains, la signification taoïste hautement symbolique d'un centre du monde, situé à la conjonction immatérielle du Ciel et de la Terre, a fait place au concept pragmatique d'axe de révolution économique du monde post-moderne. Ces caractéristiques la font apparaître aux yeux de nombreux experts en géopolitique comme le seul challenger possible des USA pour la position de première puissance mondiale. Ce statut géopolitique construit en quelques décennies seulement a des répercussions considérables sur la vie économique et sociale de l'ensemble de la planète. Cette domination économique s'accompagne d'une affirmation géopolitique de grande puissance qui, pour ne pas être contestée, doit s'appuyer parallèlement sur une souveraineté militaire permettant de faire face aux USA. La Chine revendique d'ailleurs sa souveraineté sur Taïwan et souhaiterait expulser les Américains de l'île de Guam où ils détiennent une base militaire nucléaire stratégique pointée vers la Chine.

 

En réalité, la Chine ne détient pas encore complètement la domination géopolitique face aux USA, la seule puissance qui peut sans être contestée, politiquement et militairement, porter la guerre quasiment n'importe où dans le monde, en dehors de la Chine, la Corée du Nord (protégée par la Chine) et la Russie.

 

Dans les années 1980, le leader chinois Deng Xiaoping avait dit : «Observer calmement ; garantir nos positions ; traiter nos affaires calmement ; dissimuler nos capacités et attendre notre heure ; maintenir un profil discret et ne jamais revendiquer le leadership.» (source : Le Figaro).

 

Nous pouvons à présent mesurer le chemin parcouru par la Chine sur le plan géopolitique par rapport à cette citation historique où elle endosse officiellement, face aux USA, le rôle de l' underdog : le chien qui ne mène pas la meute et doit se soumettre en attendant de pouvoir un jour prendre un rôle de leader grâce à ses qualités propres. En ce qui concerne leur capacité dans le domaine des virus GOF, il semblerait qu'ils ne peuvent plus faire profil bas si l'on en juge par les recherches publiées de Shi Zheng Li à l'institut de virologie de Wuhan.

 

La Chine a-t-elle manipulé les USA ?

La Chine est-elle devenue transparente ? Ou bien faut-il comprendre que les recherches publiées par Shi Zheng Li ne sont que la partie émergée d'un iceberg de recherches GOF en Chine. Elles pourraient être conduites dans d'autres laboratoires plus confidentiels comme le P4 de l'institut vétérinaire d'Harbin ou par l'université militaire de recherche de Zhoushan (voir partie 3 de ce chapitre).

 

La recherche GOF que nous avons décrite dans le chapitre précédent impliquait une collaboration étroite avec les USA, ce qui présentait de multiples avantages. Elle permettait l'acquisition de technologie en même temps qu'elle garantissait une couverture morale basée sur l'affirmation que la Chine ne faisait rien en secret dans de domaine de recherche très sensible. Dans tous les domaines, la Chine est experte dans les stratégies d'acquisition de technologies. Elle y arrive parfaitement en tenant une place en apparence effacée.

 

Dans sa collaboration avec le laboratoire de Ralph Baric à Chapel Hill, Shi Zheng Li a fourni le gène de la protéine SHC014 certainement contre l'acquisition d'une technique de pointe en manipulation génétique, probablement par l'intermédiaire d'un chercheur postdoctoral envoyé se former dans le laboratoire de Ralph Baric. Lorsque l'on étudie la publication de 2015 relatant la fabrication d'un virus COVID synthétique, seuls les noms de Shi Zheng Li et Xing-Yi Ge, l'étudiante ou collaboratrice postdoctorale de Shi Zheng Li, qui avait signé en premier auteur (dans Nature en 2013) la découverte du virus SHC014-Cov, sont chinois. Parmi les 13 autres auteurs, 9 sont affiliés à l'Université de Chapel Hill, dont le premier et le dernier auteur qui sont les plus importants dans une publication scientifique. On trouve également 2 auteurs affiliés au Department of Cancer Immunology and AIDS du Dana-Farber Cancer Institute (Harvard Medical School, Boston, Massachusetts), 1 auteur affilié au National Center for Toxicological Research (Food and Drug Administration, Jefferson, Arkansas) et 1 auteur de l'Institute for Research in Biomedicine de Zurich (Bellinzona Institute of Microbiology). Tous ces instituts sont des centres de recherche nord-américains et européen de première classe.

 

Cet étonnant attelage contre nature permettait à chacun de tirer parti de l'autre tout en pensant jouer au plus fin et en se réservant la possibilité d'accuser l'autre en cas de faute. En effet, nous avons vu au début de la pandémie qu'Américains et Chinois, en bons frères ennemis, se sont accusés mutuellement d'en être à l'origine.

 

Stratégies des autres grandes puissances face aux recherches GOF sur les virus

 

Comme nous l'avons écrit au chapitre 2 les USA, la Russie et la Chine ont de toute évidence eu dans le passé des programmes militaires secrets dans le domaine des virus pathogènes. Mais aucune information ne transparaît sur les recherches possibles que ces puissances pourraient développer à l'heure actuelle. En tout cas, les USA ont développé une veille militaire semi-officielle sur les recherches GOF conduites sur les virus dans les laboratoires universitaires civils aux USA et en Asie tout en leur laissant la liberté d'y procéder.

 

D'autre part, le soin particulier et la rapidité avec lequel la Russie s'applique à développer depuis quelques années des vaccins contre les virus les plus pathogènes, comme ceux de l'Ebola, du Zika (chikungunya)  et à présent du Covid-19, indique le souci réel que représentent les virus pandémiques aux yeux des stratèges politiques et militaires russes qui veulent montrer au monde qu'ils s'y préparent activement. L'ancien centre secret soviétique d'élaboration d'armes bactériologiques, reconverti en centre de recherche en biotechnologie et virologie, en témoigne. Baptisé du nom évocateur Vektor il est situé près de Novossibirks en Sibérie occidentale.  C'est un lieu névralgique de la recherche vaccinale russe. « Ce laboratoire a été agréé pour être l’un des deux seuls laboratoires au monde, avec le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta (Etats-Unis), à détenir le virus de la variole » (source 20 Minutes).

 

La presse française, contrôlée par l'oligarchie financière internationale qui relaie les intérêts euro-atlantistes anti-Poutine, met un point d'honneur à systématiquement dénigrer, sans avancer le moindre élément de preuve, l'efficacité des vaccins russes. Plus récemment cependant, un article de La Tribune met en avant l'efficacité du vaccin russe Spoutnik V démontrée dans un article publié par le Lancet ! La presse devrait plutôt analyser les raisons qui poussent les Russes à développer des vaccins contre des infections, comme les virus Ebola et Zika, qui a priori ne les concernent pas. Par exemple, un article de SlateFr met en avant que malgré le fait que le vaccin Spoutnik V contre le SARS-Cov2 n'ait été testé que sur une quarantaine de personnes il pourrait être administré à l'intégralité de la population russe. Il y a de quoi sourire ! SlateFr est dans la parabole de la paille et la poutre. D'une part il s'agit là d'une affirmation gratuite et, d'autre part, c'est exactement ce que prévoient de faire certains décideurs au sein des gouvernements occidentaux (voir chapitre 3 partie 1).

 

Rappelons, en a parte, que tous les vaccins présentent des effets délétères de différentes natures et à des degrés variables (chapitre 2 et chapitre 3 partie 2). Les réactions immunitaires qui dégénèrent en syndrome auto-immun (ex. syndrome de Guillain Baré,...) sont en principe rares avec quelques cas observés sur des centaines de milliers, de vaccinations. Cependant certains vaccins se révèlent plus nocifs que d'autres et lorsque l'on envisage une vaccination de masse il faut être sûr du niveau de sécurité du vaccin. Un exemple de ratage peu mis en avant par la presse est l'effet débilitant observé du vaccin Gardasil contre le virus du papillome humain. Au 9 septembre 2018, au total 59.634 cas de réactions adverses au Gardasil avaient été enregistrées depuis l'ouverture du site internet de l'association Sane Vax aux USA. Dans 15.390 cas, les jeunes femmes se sont retrouvées aux urgences; 5.952 ont dû être hospitalisées dont 994 dans un état engageant le processus vital; 438 sont décédées et 15.000 ont gardé une invalidité permanente ou ne se sont pas véritablement remises.

 

La doctrine russe durant la guerre froide était basée sur la « réponse du mort » illustrée par le célèbre film de Stanley Kubrick « Docteur Folamour » qui démontrait comment la folie humaine pouvait conduire à la destruction de la planète. La version OTAN du concept de la réponse du mort s'appelle MAD (Mutually Assured Destruction ou destruction mutuelle assurée en français) un acronyme d'un cynisme particulièrement savoureux.

 

Poutine a récemment réaffirmé qu'en cas de conflit nucléaire, avec menace de lancers de missiles nucléaire balistiques elle ne frapperait pas en premier mais que de toute façon il n'y aurait pas de gagnant, ni de survivant d'ailleurs!  A présent,  pour sanctuariser son sol et sa  population, elle prévoit également la réponse à des conflits de conception plus moderne avec l'usage d'armes nucléaires tactiques (c'est-à-dire à portée limitée sur des théâtres d'intervention réduits) mais aussi la possibilité qu'elle soit attaquée par d'autres types d'armes de destruction massive qui engageraient ses intérêts vitaux ! Évidemment, il s'agit là d'une référence implicite à des armes bactériologiques dont les virus exterminateurs de type Ebola ou de l'épidémie de SARS de 2003 font partie.

 

Il n'est pas impossible que la Russie prévoie avec sagesse qu'une attaque par un virus pandémique militaire pourrait être parfaitement déguisée en virus naturel (comme nous le verrons dans un prochain chapitre) et que dans ce cas la seule défense acceptable serait de pouvoir établir un vaccin de toute urgence pour éviter au monde la réponse du mort !  Avec le Covid-19, nous sommes entrés dans une ère géopolitique tout à fait nouvelle, d'insécurité mondiale, et nous ne connaissons pas encore qu'elle sera la réponse diplomatique et politique du reste du monde face à la Chine ?  Cependant, il n'est pas certain qu'il y en ait une car la marge de manœuvre des USA et des pays de l'UE, de toute façon alignés sur les USA, semble très étroite. En tout état de cause, que la pandémie soit d'origine naturelle ou accidentelle, la Chine devrait rendre des comptes devant les instances de l'ONU sur le fait qu'après l'épidémie de SARS de 2003 ses marchés aux animaux sauvages ont été maintenus, sur la défaillance du système d'alerte prétendument mis en place, sur sa main mise sur l'OMS et sur ses activités de recherches GOF sur les coronavirus causant le SARS. L'absence de réponse officielle de sa part, ce qui est fort probable, validera sa domination géopolitique sur le reste monde.

 

En ce qui concerne la France, grande puissance nucléaire siégeant au Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unies, sa doctrine se limite à ce que nous avons expliqué au chapitre 2 (partie 2), c'est-à-dire un partenariat civil altruiste de dupe avec la Chine. 

La partie 2 sera publiée demain

Auteur(s): Valère Lounnas avec la collaboration de Gérard Guillaume pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


partie 1

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-