Air France: après la grève, le dialogue reprend avec les navigants

Air France: après la grève, le dialogue reprend avec les navigants

Publié le :

Lundi 22 Août 2016 - 16:36

Mise à jour :

Lundi 22 Août 2016 - 16:37
© Rex Features/REX/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Après une semaine de grève fin juillet qui s'était avérée coûteuse pour Air France, les discussions redémarrent mercredi entre direction et syndicats de stewards et hôtesses, prélude à une rentrée qui s'annonce délicate pour la compagnie.

Les retrouvailles programmées mercredi 22 à 10h à Roissy porteront davantage sur la méthode et le calendrier que sur le contenu des négociations, interrompues au coeur de l'été par le préavis du SNPNC-FO et de l'Unsa-PNC. "On ne sait pas du tout quelle va être la teneur de ce rendez-vous", avoue Françoise Redolfi (Unsa), qui "espère" tourner la page d'un dialogue jusqu'alors stérile. "En tout cas, on y va avec cet esprit-là".

Depuis le printemps, les deux camps négocient âprement le contenu du futur accord régissant les conditions de travail et de carrière des quelque 13.600 personnels navigants commerciaux (PNC) d'Air France, le texte actuellement en vigueur expirant le 31 octobre.

Les syndicats accusent l'entreprise de vouloir imposer de nouveaux efforts aux salariés au moment où les comptes de la compagnie s'améliorent. Air France se justifie par le besoin de "garder une certaine souplesse" dans un secteur ultra concurrentiel "soumis à des aléas, notamment économiques".

Pour tenter d'éviter une grève de sept jours en plein pic estival -- qui aura coûté 90 millions d'euros selon ses calculs --, le transporteur aérien avait d'abord proposé de reconduire pour 17 mois l'accord existant, sans succès.

Au dernier jour du mouvement, il a ensuite annoncé le maintien de l'accord collectif jusqu'en février 2017, avec pour but la reprise au 24 août de "négociations sérieuses et sereines".

Sur quelles bases reprendront-elles? Début août, la direction a proposé de scinder les discussions en deux: l'une portant sur un accord à durée indéterminée pour les carrières et certaines règles de rémunération, l'autre portant sur les "autres règles" qui "continueraient de relever d'un accord à durée déterminée".

L'attitude des syndicats, mercredi, donnera le ton pour la suite. "Nous sommes ouverts à toute proposition et tout nouveau changement de cap", assure Christophe Pillet du SNPNC. Cependant, il faudra que la direction ne "reste pas sur les mêmes positions" et qu'elle "entende la grogne des salariés", prévient-il. Sinon, "on restera dans un bras de fer".

Les organisations représentatives (SNPNC, Unsa et Unac) des PNC d'Air France redoutent que les négociations se prolongent au-delà d'octobre, les pilotes devant à leur tour reprendre les discussions avec la direction à l'automne.

"Il y aura forcément des arbitrages à faire entre les demandes des deux corporations, sous la loupe des représentants des personnels au sol", fait remarquer l'Unac/CFE-CGC, laissant entendre que la direction pourrait plus facilement "céder" aux revendications des pilotes.

La rentrée sera donc une nouvelle fois brûlante pour Air France, d'autant que se tiendra fin septembre le procès des 15 salariés accusés d'avoir participé un an plus tôt à l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH.

La température est encore montée d'un cran après la décision de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, de valider cet été le licenciement d'un des prévenus, délégué CGT à la maintenance. Cela "va venir crisper un peu plus encore les relations sociales entre le personnel d'Air France et ses dirigeants", prédit dans un communiqué l'intersyndicale.

Les dix organisations professionnelles qui la composent (SNPL, Spaf, Alter, CGT, FO, SUD, CFTC, SNPNC, Unsa et Unac) appellent l'ensemble des salariés d'Air France à manifester les 27 et 28 septembre devant le tribunal de Bobigny "pour exiger la relaxe de tous les réprimés".

 

Après une semaine de grève fin juillet qui s'était avérée coûteuse pour Air France, les discussions redémarrent mercredi entre direction et syndicats de stewards et hôtesses.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-