Ecotechnologies et numérique: un mariage indispensable

Ecotechnologies et numérique: un mariage indispensable

Publié le :

Mercredi 30 Septembre 2015 - 16:30

Mise à jour :

Mercredi 30 Septembre 2015 - 17:22
Les écotechnologies, désormais partie prenante du développement économique, ne peuvent se passer du numérique. C'est l'un des thèmes abordés mercredi par plusieurs experts réunis à la Maison de la Métropole Nice Côte d'Azur à Paris.
©Maurice Houzard/MNCA
PARTAGER :
-A +A

"Ecotechnologie, partie prenante du développement économique de notre territoire?": c'était le thème, mercredi 30 septembre, de la 8e "Matinale Eco" de la Maison de la Métropole Nice Côte d'Azur (MNCA), en partenariat avec FranceSoir (et à suivre sur Twitter sous le hashtag #MatinalecoATLAN).

Chaque mois cette antenne parisienne, ouverte fin novembre 2014 par Christian Estrosi, maire de Nice et président de la MNCA, réunit, à l'initiative de sa directrice Virginie Atlan, des chefs d'entreprises, décideurs, experts, innovateurs, fondateurs de start-up, responsables de collectivités locales, d'entreprises privées ou publiques, d'associations, principalement dans le domaine du numérique et des nouvelles technologies.

Les écotechnologies représentent l'ensemble des solutions dont l'utilisation est moins néfaste pour notre environnement que le recours aux technologies habituelles qui répondent à des besoins similaires. "Comment, tout en étant responsables dans et autour de leur environnement, des entreprises, des start-up, des PME et PMI peuvent-elles répondre aux besoins des collectivités et des citoyens?", s'est interrogée en préambule Virginie Atlan. "Les entreprises engagées dans cette démarche éthique et responsable font-elles du profit et comment peuvent-elles contribuer au développement d'une activité et des territoires?".

Aujourd'hui les territoires -comme la MNCA, créée en  2011 et qui regroupe 49 communes- "sont en première ligne dans la mise en place de la transition écologique, de la transition urbaine, de la transition sociale", a souligné Antoine-Tristan Mocilnikar, ingénieur général des mines au secrétariat général du ministère de l'Ecologie, qui co-animait  le débat. Et, pour lui, à deux mois de la Conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris (COP21), l'aspect écologique est primordial: "Au niveau des territoires, l'usage des écotechnologies ainsi que l'amélioration des comportements constitueront les éléments indispensables pour que notre planète reste vivable".

Christian Tordo, adjoint au maire de Nice, a rappelé que la création de la MNCA avait suivi quatre axes de développement pour revitaliser l'économie de la région: la "silver économie", en direction des personnes âgées de plus en plus nombreuses et de plus en plus actives; le tourisme d'affaires, avec notamment un futur hall d'exposition à 5 minutes à pied de l'aéroport de Nice Côte d'Azur; le développement d'une "ville intelligente" connectée, par le développement des technologies numériques dans l'espace public; et la mise en place d'un écosystème rassemblant des start-up dans "l'Eco Vallée" de la plaine du Var, petite Silicon Valley à la française.

Parmi les jeunes entreprises accueillies ces dernières années dans la MNCA, Sustain'Air propose un système "3-en-1" innovant de climatisation/chauffage/ventilation à partir d'une centrale de traitement d'air fonctionnant par énergie solaire. La particularité du système est d'utiliser de l'eau pour refroidir l'air, et de na pas avoir recours à un fluide frigorigène, a expliqué son gérant, Thierry Lamouche: on déshumidifie l'air pour le refroidir, "dans notre machine, on simule l'orage".

Installer pour moins cher des outils pour faire des économies d'énergie: c'est aussi l'un des objectifs de Qualisteo, entreprise créée en 2010 et devenue leader de la mesure et de l'interprétation des consommations énergétiques. Elle installe dans un bâtiment un petit boîtier unique, de la taille d'un téléphone portable, qui mesure mais aussi trie et analyse les données de tous les appareils et systèmes du bâtiment consommant de l'énergie. Ces diagnostics (dont bénéficient des clients tels que la Tour Eiffel, la SNCF, le nouveau stade de Nice, des sièges sociaux de grandes entreprises, des universités en Norvège, des usines au Maroc) permettent des économies d'énergie de 15% en moyenne pour un retour sur investissement de 6 mois environ, a assuré son PDG Christophe Robillard.

Les économies d'énergie concernent aussi l'automobile, bien sûr. Vulog, créée en 2006, vogue sur le succès de l'autopartage (AutoLib', Blablacar, etc.) et a développé un ensemble de logiciels permettant à ses clients (collectivités locales ou entreprises) de mettre en œuvre de tels services d'utilisation maximum d'un même véhicule par plusieurs personnes successives. Elle a connu un nouvel essor avec le développement des applications sur smartphones et a maintenant des client non seulement en France (PS, TF1, Mairie de Paris) mais aussi au Canada (Montréal, Vancouver). Ceux qui utilisent ses services ont toute une série d'outils (boîtiers installés dans les voitures, back-office de commande générale dans l'entreprise ou la collectivité, applications sur smartphone ou Internet, cartes magnétiques pour accéder aux parkings ou faire le plein, etc.) qui permettent de trouver un véhicule disponible à l'endroit le plus proche de soi, dans des parkings publics ou privés, a assuré le responsable communication et marketing de Vulog, Christophe Amalric.

Utiliser le numérique pour promouvoir les écotechnologies n'est pas réservé aux start-up. De grandes entreprises comme ERDF, partenaire officiel de la COP21, y consacrent aussi leurs programmes de recherche et d'innovation. Avec 35 millions de clients, ERDF, chargé de la distribution d'électricité sur 95% du territoire français, est le plus important distributeur d'électricité à l'échelle européenne. Son directeur Programme numérique, François Blanc, a donné un exemple de collaboration de sa société avec la MNCA: Nice Grid. Dans la ville de Carros, des producteurs d'énergie solaire, des clients d'ERDF (entreprises, collectivité, particuliers) cohabitent et testent des solutions innovantes de production, de stockage et de consommation d'énergie pour lesquelles des processus numérisés sont utilisés, avec mise à disposition par ERDF des nombreuses données en sa possession.

Nice Grid est aussi un exemple de coopération entre différents acteurs. Depuis 2008, l'association à but non lucratif Cleantuesday met en contact, dans le domaine de l'écotechnologie et des technologies respectueuses de l'environnement (les "cleantechs") 4 catégories d'acteurs qui n'avaient pas l'habitude de se parler: les start-up, les financiers, les grands groupes et les collectivités locales. Elle a organisé quelque 200 événements, présenté 600 entreprises (dont Blablacar à ses débuts) et réuni 12.000 participants, et est présente maintenant dans une dizaine de villes de France et autant à l'étranger, a précisé son vice-président, Jérôme Laffranchi, qui s'est félicité de l'aide apportée par la MNCA dans son développement.

La prochaine "Matinale Eco" de la MNCA aura lieu mercredi 28 octobre, sur le thème "Capital féminin, innovation et compétitivité: quels enjeux dans l’environnement économique de notre territoire?".

(Retrouvez ci-dessous la playlist des interventions)

La 8e "Matinale Eco" avait pour thème les écotechnologies.


Commentaires

-