Free renvoie 266 salariés pour "faute grave", un plan social déguisé?

Free renvoie 266 salariés pour "faute grave", un plan social déguisé?

Publié le :

Lundi 05 Février 2018 - 12:38

Mise à jour :

Lundi 05 Février 2018 - 12:45
Un rapport dévoilé par "Le Parisien" annonce qu'un centre d'appel de Free a licencié 266 salariés en trois ans pour "faute grave", majoritairement pour des fautes bien modestes. Derrière ce management sévère se cache le soupçon d'une manipulation pour éviter d'avoir à financer un plan social.
©Jacky Naegelen/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'entreprise Free a-t-elle sciemment abusé des licenciements pour fautes pour cacher un dégraissage brutal de ses effectifs dans l'un de ses centres d'appel? Selon une information du Parisien rapportant les conclusions d'un rapport d'un cabinet d'expertise-comptable, il y a en effet de quoi douter.

Le centre d'appel Mobipel, basé à Colombes dans les Hauts-de-Seine, a en effet licencié 315 employés en trois ans, soit 60% de ses effectifs. Et parmi eux, pas moins de 266 ont été renvoyés pour faute grave, une procédure permettant de ne payer ni préavis, ni indemnité de licenciement. Seule condition pour l'employeur: que son salarié ait commis une faute grave.

Rapportant les propos d'un syndicaliste, le journal explique qu'au centre Mobipel de Free, une absence injustifiée ou deux retards dans sa prise de poste sont le type de fautes qui entraînent un renvoi immédiat.

Or, Free est soupçonné de prévoir en avance le dégraissage de ses effectifs mais d'utiliser la faute grave pour ne pas avoir à mettre en œuvre un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), une démarche complexe et coûteuse quand on veut se séparer de plus de 10 salariés.

Outre l'évitement d'un PSE, Free économise, selon l'un des avocats représentant plusieurs salariés, le versement de deux mois de salaire en préavis. Soit, en considérant 266 départs à 1.800 euros le salaire moyen, environ un million d'euros rien que sur les préavis.

Lire aussi: Free: trois patrons de centres d'appels "liquidés" après le passage d'Elise Lucet et de "Cash Investigation"

Sur les 266 salariés renvoyés, 84 ont décidé de lancer une procédure devant le tribunal des prud'hommes. Toutes les décisions rendues, sauf une, ont été favorable au salarié demandeur.

Les méthodes de management dans les centres d'appel de Free ont déjà été largement mises en lumière dans un numéro du magazine Cash Investigation sur France 2. 

Le centre d'appel a renvoyé 60% de ses effectifs en trois ans.


Commentaires

-