Allemagne: vers un impôt spécial pour les musulmans pour financer les mosquées?

Allemagne: vers un impôt spécial pour les musulmans pour financer les mosquées?

Publié le :

Lundi 13 Mai 2019 - 12:01

Mise à jour :

Lundi 13 Mai 2019 - 12:19
©Adek Berry/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les autorités allemandes envisagent la création d'un impôt pour les fidèles musulmans afin de financer les mosquées. Un dispositif similaire existe déjà pour les catholiques et les protestants.

Le projet peut paraître polémique, il est surtout sensible politiquement: le gouvernement d’Angela Merkel a confirmé dans une réponse écrite qu’il envisageait de mettre en place un impôt qui serait payé par les contribuables musulmans pour financer les lieux de cultes. Cet "impôt mosquée" comme le surnomment les médias serait une extension aux musulmans d’une pratique fiscale qui existe déjà pour les chrétiens d’Allemagne.

Dans le pays en effet, les contribuables qui fréquentent une église doivent s’acquitter d’un impôt pour alimenter les financements publics en faveur des lieux de culte. Il est validé dans chaque Länder allemand et s’élève aujourd’hui à 8% ou 9% du montant de l’impôt sur le revenu (avec un plafond de 3% du revenu total). Or, seul les chrétiens sont concernés, les cinq millions de musulmans d’Allemagne n’était pas concernés par un tel dispositif fiscal.

La plupart des Länder seraient prêts aujourd’hui à franchir le pas, ce qui permettrait notamment de ramener le financement des mosquées allemandes dans le giron du public et contrer l’influence de la Turquie dans la gestion des lieux de culte musulmans dans le pays. Environ 900 mosquées en Allemagne sont financées par l'organisation musulmane sunnite turque Ditib, considérée comme étant une structure proche du gouvernement turc, ce qui inquiète les services de renseignement allemands.

Lire aussi - Islamophobie: deux femmes privées de brocante à cause de leur voile (vidéo)

Mais la mise en place d’un tel dispositif fiscal s’annonce malgré tout complexe. En effet, pour qu’il soit mis en place, il faut que les fidèles s’enregistrent officiellement auprès d’une administion religieuse pour être identifié en tant que pratiquant, et donc contribuable. Une démarche qui nécessite une structuration homogène de l’organisation religieuse, ce qui est le cas de l’église catholique d’Allemagne et des différentes tendances du protestantisme. Mais face à l’absence de représentants communautaires légitimes dans l’islam d’Allemagne, la procédure s’annonce beaucoup plus hasardeuse.

Voir aussi:

Le pape au Maroc: main tendue à l'islam et aux migrants

Les fidèles musulmans pourraient être mis à contribution en Allemagne.

Commentaires

-