IEP Grenoble: l'Unef a "mis en danger" les deux enseignants, juge Schiappa

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

IEP Grenoble: l'Unef a "mis en danger" les deux enseignants, juge Schiappa

Publié le 08/03/2021 à 10:00 - Mise à jour à 10:02
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

L'Unef, qui a relayé des affiches avec les noms de deux enseignants de l'Institut d'études politiques de Grenoble accusés d'islamophobie, a mis "en danger très clairement" la vie de ces professeurs, a estimé lundi Marlène Schiappa, dénonçant des "actes odieux".

"On est là dans des actes odieux après ce qui s'est passé avec la décapitation du professeur Samuel Paty qui, de la même manière, avait été jeté en pâture sur les réseaux sociaux. On ne peut plus tolérer ce type de fait", a déclaré la ministre chargée de la Citoyenneté, sur BFM TV/RMC.

"Quand il y a des propos qui sont jugés racistes ou discriminatoires, il y a une hiérarchie auprès de laquelle on peut faire état de ces propos, qui entend le professeur et qui prend des sanctions si les faits sont avérés", a-t-elle souligné.

"On ne peut pas commencer à dire qu'on va faire la justice en écrivant le nom des gens sur les murs, surtout quand on sait que derrière il y a un risque de mort", a-t-elle ajouté.

A la question de savoir si les élèves et si le syndicat étudiant Unef avaient mis en danger la vie des enseignants, Marlène Schiappa a répondu : "oui je considère qu'ils les mettent en danger très clairement, le contexte compte, le contexte a une importance".

"Je lance un appel à la responsabilité notamment par rapport à l'Unef, l'Unef a une responsabilité : on ne peut pas relayer des appels à la haine et des choses aussi graves", a-t-elle conclu.

Une enquête pour "injure publique" et "dégradation" a été ouverte par le parquet de Grenoble après un collage d'affiches jeudi à l'entrée de l'IEP sur lesquelles on pouvait lire: "Des fascistes dans nos amphis. L'islamophobie tue", avec les noms de deux professeurs.

L'Unef, dont la branche locale avait relayé les affiches, a reconnu dimanche une initiative "maladroite et dangereuse", réaffirmant "son opposition à toute haine, à tout lynchage public et son attachement à la liberté d’expression".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ministre chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa le 27 octobre 2020 à Albi

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-