Montpellier: "Justice pour la fac de droit" réclament des centaines de manifestants

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Montpellier: "Justice pour la fac de droit" réclament des centaines de manifestants

Publié le 30/03/2018 à 18:50 - Mise à jour à 18:52
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Montpellier

-A +A

"Justice pour la fac de droit" ont réclamé vendredi après-midi plusieurs centaines d'étudiants et personnels de l'université de Montpellier au lendemain de la mise en examen du doyen et d'un professeur de la fac de droit suite aux violences dans l'établissement, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les manifestants - 500 selon la préfecture - s'étaient réunis devant la fac de droit aux grilles toujours baissées au lendemain de la mise en examen du doyen Philippe Pétel pour complicité d'intrusion dans un établissement universitaire par des personnes armées au visage dissimulé et de Jean-Luc Coronel, professeur agrégé d'histoire du droit, pour la même qualification et également pour violences aggravées en récidive.

"Le doyen a-t-il ouvert la chambre aux secrets ?" ou encore "Et ils courent toujours...Justice?", pouvait-on lire sur les pancartes, alors que la dizaine d'hommes cagoulés et armés de bâtons qui ont brutalement chassé des étudiants grévistes d'un amphithéâtre le 23 mars n'ont pas été identifiés. "Facho, casse-toi, Montpel est antifa", scandaient certains des manifestants.

Dans un tract remis lors de la manifestation, un "comité de mobilisation" de la faculté de droit dénonce notamment "le manque de sécurité" au sein de l'université" et accuse l'Etat de "ne pas prendre partie dans la lutte contre le fascisme".

Des anarchistes et "antifa" avaient pris la tête du cortège tandis que des étudiants de la fac de droit qui suivaient dénonçaient une "récupération". Des membres de la Ligue des droits de l'Homme, des syndicats mais aussi l'une des figures locales de la France Insoumise, René Révol, maire de Grabels, étaient également présents.

La présidence de l'université a confirmé vendredi à l'AFP qu'elle maintenait son projet de rouvrir la faculté de droit mardi matin, mais nombre d'étudiants, enseignants et personnels estima ient que les conditions n'étaient "pas réunies".

"Les auteurs cagoulés de ces violences sont toujours dans la nature et on nous annonce la reprise des cours et des examens comme si de rien n'était", s'est étonnée une étudiante avouant sa "peur" de revenir sur les lieux.

Le doyen et le professeur mis en examen ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à la faculté pour le second. Ils ont également été suspendus dans le cadre d'une enquête administrative dont on attend encore les résultats définitifs.

L'expédition punitive est survenue en marge de la mobilisation contre la loi Vidal changeant les conditions d'accès aux études universitaires. Vendredi les grévistes prévoyaient un durcissement du mouvement après le week-end Pascal qui pourrait s'étendre aux lycées.

Auteur(s): Par AFP - Montpellier


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Municipale 2014

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-