Mélenchon: Macron est "l'ennemi de la francophonie" en soutenant la candidate rwandaise

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Mélenchon: Macron est "l'ennemi de la francophonie" en soutenant la candidate rwandaise

Publié le 11/10/2018 à 14:20 - Mise à jour à 14:22
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a estimé jeudi qu'Emmanuel Macron est "l'ennemi de la francophonie" en soutenant la candidate d'un Rwanda "grossièrement anglophile" à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

En poussant la candidature de la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, "Macron se fait l'ennemi de la francophonie. Il montre sa fascination morbide pour la langue du libéralisme et des États-Unis", a affirmé le député des Bouches-du-Rhône dans un communiqué.

Mme Mushikiwabo est l'actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda, "c'est-à-dire une membre du régime dictatorial de Paul Kagame (...) au pouvoir depuis 18 ans", a ajouté l'ex-candidat à l'élection présidentielle.

"Le régime est si grossièrement anglophile que l'accession de sa ministre des Affaires étrangères à la tête de l’OIF a donné lieu à la publication d’une tribune par quatre anciens ministres (français chargés) de la francophonie pour s'y opposer", a poursuivi M. Mélenchon en faisant référence au texte publié dans Le Monde en septembre par Charles Josselin, Pierre-André Wiltzer, Hélène Conway-Mouret et André Vallini.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s'est elle aussi dite "indignée" jeudi du soutien de la France à la candidature de Mme Mushikiwabo.

La Francophonie, réunie à partir de jeudi à Erevan en Arménie, doit nommer à sa tête cette diplomate rwandaise de 57 ans, consacrant ainsi la victoire de l'Afrique, mais aussi celle du président français Emmanuel Macron, héraut d'une vision plurilinguiste de la défense du français.

Le président du Rwanda Paul Kagame, président en exercice de l'Union africaine, a jeté tout son poids derrière la candidature de Mme Mushikiwabo, qui a suscité des réserves, son pays étant dénoncé par certaines ONG pour des violations des droits de l'Homme.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a estimé jeudi qu'Emmanuel Macron est "l'ennemi de la francophonie" en soutenant la candidate d'un Rwanda "grossièrement anglophile" à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-