Jusqu'à 400 heures de cours de français pour les réfugiés ukrainiens

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 08 mai 2022 - 11:45
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Les personnes réfugiées en France après avoir fui la guerre en Ukraine pourront bénéficier de cours de français allant jusqu'à quatre cents heures, selon un arrêté publié au Journal officiel
Crédits
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
Les personnes réfugiées en France après avoir fui la guerre en Ukraine pourront bénéficier de cours de français allant jusqu'à quatre cents heures, selon un arrêté publié au Journa
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives

Les personnes réfugiées en France après avoir fui la guerre en Ukraine pourront bénéficier de cours de français allant jusqu'à quatre cents heures, à compter de lundi, selon un arrêté publié dimanche au Journal officiel.

Après une "évaluation des compétences écrites et orales en français", une "formation linguistique adaptée" sera proposée, souligne l'arrêté du 3 mai paru dimanche et qui s'adresse aux "bénéficiaires de la protection temporaire", régime activé par l'Union européenne pour la première fois à l'occasion du conflit ukrainien.

"L'organisme propose des parcours de formation de cent ou deux cents heures visant l'acquisition d'un niveau A1", qui correspond à une maîtrise élémentaire de la langue, "cent heures de formation visant l'acquisition d'un niveau A2 et cent heures de formation visant l'acquisition d'un niveau B1", détaille le texte.

"Chaque bénéficiaire de la protection temporaire ne peut effectuer qu'un seul parcours de formation par niveau", est-il précisé.

La protection temporaire, ouverte aux Ukrainiens et, sous conditions, aux ressortissants étrangers qui vivaient dans le pays régulièrement avant le déclenchement du conflit, leur permet de séjourner légalement en France et de bénéficier d'une large gamme de prestations sociales (hébergement, allocations, scolarité, accès à l'emploi et aux soins).

Fin avril, plus de 70.000 réfugiés ukrainiens étaient couverts en France par l'allocation pour demandeurs d'asile, selon l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), chargé de mettre en place ces formations linguistiques.