"Et nous… sommes-nous essentiels?": un court-métrage poignant sur une génération meurtrie

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 23 avril 2022 - 14:30
Image
ET NOUS... SOMMES-NOUS ESSENTIELS - court métrage
Crédits
Fabeille Tardy
L'affiche du court-métrage.
Fabeille Tardy

« Et nous… sommes-nous essentiels ? » Telle est la question posée par le court-métrage de Fabeille Tardy, ici réalisatrice et actrice. À travers 15 min aussi poignantes que déstabilisantes, elle met le doigt sur la souffrance d'une génération meurtrie par les restrictions sanitaires liées au Covid-19. Sortie le 21 avril 2022, le film perturbe ce que Laurent Mucchielli appelle "la Doxa du Covid" en servant une bonne dose de réalité, difficile à avaler.

Une solitude angoissante...

Le court-métrage est inspiré de faits réels ; nous y suivons la vie quotidienne de Mia, une jeune femme qui se retrouve seule dans son appartement pendant le confinement. Dès la première scène, nous la retrouvons assise dans sa baignoire, nue, les cheveux mouillés, son pommeau de douche semble pleurer. La solitude surplombe le tout, accompagnée par la mélancolie du piano. En voix-off, Mia commence à nous raconter son histoire :

« Que devient-on lorsqu'on a plus rien pour vivre ? Pour respirer ? Pour croire ? Quand tous les espoirs disparaissent au fur et à mesure des décisions prises par ceux qui nous gouvernent ? Ainsi qu’ils laissent mourir à petit feu les nouvelles générations. Que restera-t-il de ceux qui se battent pour leurs droits, pour la vie, pour leurs rêves ? »

Difficile de savoir si Fabeille Tardy interprète son propre personnage, ou bien si elle le vit, tout simplement. En tout cas, l'authenticité de son jeu se mêle à merveille avec la gravité du message. Le désespoir et la souffrance de Mia envahissent le spectateur dès les premières minutes. Jusqu'à la fin.

... Qui mène au suicide

« Je suis en train de devenir folle », s'exclame-t-elle. Être enfermée, ne plus pouvoir sortir, ne plus avoir accès aux loisirs, ne plus pouvoir voyager ou faire la fête dégradent sa santé mentale. 

 « J’ai tout perdu, alors pourquoi continuer ? L’art, le théâtre, le cinéma, les études, la restauration. Tout ce qui permet de rassembler, d’être ensemble, de faire penser, quelle ironie ! Nous ne sommes pas essentiels, alors pourquoi se battre ? Pourquoi ? On nous écoute pas, on est obligés à tout. À tout. Et à leurs yeux, nous ne sommes rien. Rien. »    

Le court-métrage dénonce également le fait que les emplois détruits ont été ceux des plus précaires, tandis que les plus riches ne respectaient pas les mesures sanitaires mises en place... Quelques mensonges gouvernementaux sont mis en exergue pour parfaire le triste tableau. Là, l'histoire touche à sa fin et l'on comprend mieux pourquoi les taux de dépressions et de suicides ont explosé pendant cette "pandémie mentale"...

Lire aussi : Conséquences du Covid-19 chez les enfants: d'une crise sanitaire à une "pandémie mentale"

Une ultime question se pose : est-il trop tard ?

À LIRE AUSSI

Image
Pologne
« Les uns avec les autres », un court métrage qui appelle à la solidarité
Dans un court métrage en plan séquence de quatre minutes, la réalisatrice Lydie Muller appelle à la solidarité face à une situation sanitaire qui ne fait pourtant que ...
04 mai 2021 - 20:57
Culture
Image
 Suspendues : un clip du collectif "Dose de Liberté"
Suspendues : le clip du collectif "Dose de Liberté"
Composé d’orthophonistes suspendues pour avoir refusé le vaccin contre le Covid 19, le collectif « Dose de Liberté » se réunit autour de leur clip "Suspendues". C’est ...
21 décembre 2021 - 19:05
Culture
Image
Planet Lockdown
"Planet Lockdown", un nouveau documentaire prenant sur les conséquences de la crise sanitaire
90 minutes d'un nouveau documentaire sur la crise sanitaire mondiale et la situation qui découle de celle-ci, sorties ce 15 janvier 2022. Planet Lockdown a donné la pa...
24 janvier 2022 - 20:05
Culture