Dordogne : L214 cible un abattoir de veaux, la préfecture ne voit pas de non-conformité

Auteur:
 
Par AFP - Périgueux
Publié le 20 février 2020 - 17:28
Image
France-Soir
Crédits
©DR
France-Soir
©DR

L'association de défense des animaux L214 a demandé jeudi la fermeture d'un abattoir de veaux en Dordogne, après diffusion d'une nouvelle vidéo montrant selon elle des infractions "multiples", notamment "des signes de conscience ou sensibilité" des animaux.

La préfecture de la Dordogne a dans un communiqué assuré "qu'au premier visionnage des vidéos de l’association, il n’y a pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation".

Cette vidéo, diffusée dans la nuit de mercredi à jeudi, a été tournée en novembre-décembre derniers à l'abattoir Sobeval de Boulazac, du groupe néerlandais VanDrie, un abattoir habilité pour les types d'abattage standard, qui concerne 70% de son activité, ainsi que casher et halal (30%).

Il s'agit d'un abattoir de taille moyenne à l'échelle nationale mais le plus grand de Dordogne avec 3.400 veaux abattus par semaine, soit 24.000 tonnes de viande.

Concernant l'abattage standard, L214 dénonce des "étourdissements réalisés en violation de la règlementation", avec la tête des veaux pas totalement immobilisée au moment de l'étourdissement, donc des "tirs mal ajustés", des animaux blessés mais conscients, et des "contrôles de l'inconscience et de l'insensibilité des veaux quasi-inexistants".

Pour l'abattage rituel, où la plupart des veaux sont tués sans étourdissement, l'association affirme qu'"un contrôle systématique de la perte de conscience" de l'animal, qui doit être effectué avant son immobilisation", n'est pas réalisé à Sobeval.

En conséquences, "de nombreux veaux présentent des signes de conscience et/ou sensibilité avant et après avoir été suspendus à la chaine d'abattage", d'autres "au moment de leur saignée", assure l'association.

Face à ce qu'elle qualifie "d'infractions", L214 a indiqué qu'elle portait plainte auprès du procureur de la République de Périgueux pour sévices graves envers des animaux et a demandé la fermeture administrative d'urgence de l'abattoir de Boulazac.

Selon la préfecture, ces images spectaculaires "notamment celles des animaux suspendus ne reflètent en aucun cas une souffrance ou un état de conscience de l’animal (...) Ces mouvements ne sont que des réflexes musculaires ou des spasmes post-mortem".

Elle rappelle que l'abattoir en question "est agréé pour la pratique de l’abattage" traditionnel ou rituel, a des opérateurs "habilités et formés au respect du bien-être animal" et "fait l’objet de contrôles permanents par une équipe de huit agents de l’Etat dont deux vétérinaires".

"Au déjà des situations classiques, la vidéo montre des cas particuliers. On observe que la tête de certains veaux a bougé et l'opérateur doit s'y reprendre à plusieurs fois. Depuis quelques mois, une mentonière a été installée pour que la tête des veaux ne bouge pas", a expliqué à l'AFP Frédéric Piron, directeur de la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations).

"Il y a des choses qui peuvent choquer, a-t-il convenu. Au delà des situations classiques, L214 a filmé des situations particulières. On voit notamment un veau sorti du piège, il ne peut être rapidement étourdi, ce type de situation fait l'objet d'une procédure".

"On observe dans la vidéo des veaux qui sont traînés. Quand on ne sait pas, c'est choquant. En réalité, il s'agissait de veaux blessés en stabulation. Ils ont été étourdis puis trainés jusqu'au poste de saignée. C'est une situation exceptionnelle", a souligné ce vétérinaire.

L'abattoir de Sobeval, joint, n'a pas souhaité communiquer jeudi.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.