HCQ : oui, son efficacité est scientifiquement prouvée pour la Covid-19

HCQ : oui, son efficacité est scientifiquement prouvée pour la Covid-19

Publié le 02/12/2020 à 19:04 - Mise à jour le 13/12/2020 à 22:33
FB/RG
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Filipe Rafaeli

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A
 
 

Si vous ne voulez pas mourir dans cette pandémie, lisez-la jusqu’au bout, idiot !
Je fais ici une réflexion historique sur la science et je montre toutes les preuves irréfutables du fonctionnement du médicament tabou.

« Il a pu être si gentil avec les enfants, pour les faire tomber amoureux de lui », a déclaré un témoin à propos de cet homme, avec un sourire timide, d'après la photographie. Diplômé en médecine et titulaire d’un doctorat en anthropologie, il était un scientifique célèbre, productif et d'envergure internationale. Au cours de sa carrière, il a obtenu la reconnaissance de ses supérieurs et a obtenu des postes importants. Son domaine de recherche était la génétique.

Je marchais à Atibaia, à l’intérieur de São Paulo, en regardant les montagnes, en pensant à la science, quand je me suis souvenu de ce scientifique. Discrètement, il a vécu une partie de sa vie ici, dans cette région du Brésil. Il vivait à Serra Negra, une charmante ville à un peu plus d’une heure de route. Sa fin a été tragique. Il a eu une crise cardiaque et s’est noyé en 1979 alors qu’il nageait sur la plage de la crique à Bertioga, une station balnéaire, à trois heures de route, où nous allons habituellement en été. Seuls au moment de la noyade, ils ne savaient pas qui il était. Il a été enterré comme un étranger. Même sa famille n’a pas participé à l’enterrement.

Se souvenir de certaines histoires scientifiques vous aide à comprendre le présent de la science. Et ici, dans cet article, vous allez découvrir avec moi, toutes les preuves irréfutables et les preuves de l’exploitation de l’hydroxychloroquine pour le traitement du COVID-19. Je dis, sans crainte de me tromper, qu’il y a une farce monumentale qui se déroule dans le monde. Dans cette farce, la plupart des gens sur la planète sont bombardés quotidiennement avec l’information que l’hydroxychloroquine ne fonctionne pas pour lutter contre la pandémie.

Le New York Times, le journal plus influent aumonde, maintient une section sur son site web parlant de toutes les possibilités de traitement du COVID-19, la maladie causée par cette pandémie. Là, ils énumèrent l’hydroxychloroquine comme « non promising ». Cette section est tenue par des journalistes scientifiques expérimentés et primés. Pour eux, ce médicament est déjà un sujet abandonné.

Le magazine Vanity Fair a décidé de hausser le ton. Il a déjà conclu que ceux qui parlent encore d’hydroxychloroquine sont des charlatans. C’est aussi simple que ça. Ils ont fait remarquer que Donald Trump, le président américain, bien qu’il soit un passionné du traitement avec ce médicament, lors de la contraction du virus, ne l’a pas utilisé.

Chez l'important site Vox, ils sont allés encore plus loin. Pour eux, quiconque parle d’hydroxychloroquine ne peut être qu’un adepte des théories du complot.

The Guardian, l’un desjournaux les plus importants d’Europe, mettant fin au sujet, rapporte que le professeur Didier Raoult, un scientifique français, est poursuivi par un conseil de l'Ordre pour promotion du médicament. Ce n’est pas nouveau. Aux Pays-Bas, le docteur Rob Elens a été poursuivi pour avoir prescrit ce médicament.

Le gouvernement australien, tout en lisant ces nouvelles, a adopté une loi stricte, comme si l’hydroxychloroquine était de la cocaïne : les gens peuvent même aller en prison s’ils reçoivent ce médicament.

Les grands médias prennent cette question comme s’il y avait un consensus scientifique. Comme si les scientifiques qui préconisent l’utilisation étaient peu nombreux, petits, insignifiants ou fous. Non, ils ne le sont pas. Bien au contraire.

Dans cet article, je ne vais pas simplement faire passer le traitement hcq (acronyme pour hydroxychloroquine) de « non prometteur », comme le New York Times qualifie, à « prometteur ». Je vais vous expliquer que c’est scientifiquement prouvé, et de toutes les façons scientifiques possibles. En outre, je vais expliquer comment et pourquoi le plus grand black-out journalistique dans l’histoire de l’humanité se produit en ce moment. Oui, c’est vrai. J'affirme ici que le New York Times et presque tous les autres grands médias font un journalisme de très mauvaise qualité. En raison de cet amateurisme, à l’heure actuelle, un choc sismique de proportions gigantesques est créé, et sans précédent, dans la crédibilité de la grande presse mondiale, avec des conséquences imprévisibles pour l’humanité dans les décennies à venir.

Et je vous préviens d'emblée : je n’ai aucun intérêt à faire u ncorut article. Il y a beaucoup d’analyses à faire, des nuances à traiter et de nombreux détails qui ne peuvent pas être laissés de côté.

La farce est si grande et avec tant d’acteurs, il est presque incroyable qu’elle puisse être démantelée avec des faits au jour le jour et une logique simple

Il y a des articles, des faits et des chiffres scientifiques que personne ne veut rapporter ou discuter. Ce sont des études qui ne sont pas devenues des nouvelles dans les principaux médias ou qui ont été citées par des journalistes scientifiques, mais qui ont des impacts tels que des coups de poing de Muhammad Ali dans la logique de ceux qui prétendent que la drogue ne fonctionne pas. Ici, elles vont être rendues publiques.

Mon point de vue principal dans cet article est l’évolution des arguments des gens qui insistent sur le fait que le médicament est inefficace contre COVID-19.

C’est mon troisième texte sur le sujet. Dans le premier (en anglais, français et portugais), il y a troismois, j’ai expliqué ma vision personnelle. J’avais l’objectif de faire un choix entre prendre ces médicaments ou non, si je contractais le virus. J’y ai abordé le scénario politique et les incroyables défauts logiques de ceux qui prétendent que le traitement ne fonctionne pas. Il a couvert comment « l’histoire officielle » est une théorie du complot incroyable et a expliqué comment le faux récit sur ce médicament a été formé, le tout en une seule chronologie.

Dans mon deuxième article, j’ai dénigré la censure honteuse, habillée au service de la société, qui s’est produite dans le monde d’aujourd’hui. En outre, j’ai expliqué l’inversion des valeurs idéologiques en Occident, entre droite et gauche, lorsqu’il s’agit de ce thème. Publié à l’origine dans France-Soir Français. Aussi en version portugaise et anglaise. Maintenant, j’écris ce troisième texte, où j’apporte toutes les principales nouvelles du monde scientifique au cours des trois derniers mois. C’est démanteler les derniers arguments de ceux qui disent que cela ne fonctionne pas.

Le monde est toujours de bout. Il y a de la panique et de la peur dans la population mondiale. Plus d’un million et trois cent mille personnes sont mortes. Pour la grande majorité de ces victimes, un remède avec un pourcentage élevé de succès a été négligé. Des millions d’autres sont déprimés, sans perspective de vie et de bonheur. Tout cela en raison d’une tempête parfaite et d'erreurs grossières. Dont toutes sont exploitées par des intérêts mesquins.

Les quatre niveaux de lecteurs dans cet article

Vous, lecteur, pouvez avoir plusieurs niveaux de connaissance du sujet. Le premier est que vous en savez très peu sur le sujet. Si c’est votre cas, ne vous inquiétez pas. Je vais vous expliquer beaucoup de choses dès le début, et avec l’effort de faire comprendre à tout le monde.

Le deuxième niveau, c’est vous qui avez déjà lu sur ce sujet, êtes au courant des nouvelles, comprenez quelque chose de la méthode scientifique et avez déjà appris, après plusieurs explications, ce que sont des essais cliniques contrôlés randomisés. Je sais que vous lisez avec la question suivante prêt: « Où sont les essais randomisés avec des résultats positifs? ». Si c’est votre cas, cet article vous est particulièrement adressé. Ne vous inquiétez pas, je reviens tout de suite. J’y arrive. Et oui, il y a plusieurs tests randomisés positifs.

Le troisième niveau de lecteur est celui qui aime lire les théories du complot pour voir où sont les arguments fous et les liens de faits isolés. J’aime aussi lire ces textes. Mais si c’est votre affaire, je vous ferai savoir que vous serez frustré. Tout ce que j’écris est sur des faits concrets de sources fiables. Aussi, j’ai mis les liens vers des études scientifiques, des chiffres officiels et je n’utilise pas de sources anonymes disant des choses bombastiques.

Le quatrième niveau du lecteur est celui qui a déjà conclu que ne fonctionne pas. Si c’est votre cas, je sais que, pour vous, c’est devenu une question de foi. Aucun fait scientifique ou étude ne changera votre façon de penser. Pour ma part, il n’y a pas de problème. Toutefois, j’expliquerai le point exact, assez restreint, où vous pouvez maintenir votre opinion que « ce n’est pas scientifiquement prouvé ».

 

Comment la proposition d’hydroxychloroquine a commencé comme un traitement pour la maladie

Le 17 mars 2020, une étude prometteuse sur un traitement COVID-19 a été publiée. L’origine était l'IHU-Mediterranée Infections, un hôpital universitaire de Marseille, dans le sud de la France. Le principal scientifique de cette étude était le professeur Didier Raoult, directeur de ce centre de recherche considéré comme d’excellence.

Selon le site Expertscape, Didier Raoult n’est pas n’importe quel scientifique. Il est l’un des plus grands spécialistes mondiaux des maladies transmissibles. Ce site fait des statistiques, par spécialités, de la production scientifique mondiale.

Raoult a l’immensité de près de 3000 articles scientifiques publiés dans Pubmed. Certainement pas n’importe quel scientifique faisant des revendications fantastiques, comme certains le suggèrent.

En outre, l’idée d’utiliser l’hydroxychloroquine comme base pour le traitement du COVID-19 n’est pas sortie de nulle part. C’était une construction commune. En 2005, il y avait déjà une étude américaine spéculant sur le potentiel de ce médicament, à la fois pour traiter la maladie manifestée par les virus et pour la prophylaxie. Cette étude de 2005 a été sur le frère aîné de la pandémie actuelle, le SRAS-Cov1, une maladie également respiratoire, également par coronavirus et a également commencé en Chine, qui s’est produite en 2003, mais qui ne s’est pas propagée dans le monde entier et a eu peu de décès. En outre, l’étude et l’équipe de Didier Raoult étaient basées sur des rapports selon laquelle en Chine, plus tôt cette année, ils utilisaient ce médicament pour traiter le COVID-19 avec un succès relatif.

Dans ce contexte, alors que la pandémie atteignait déjà la France, l’IHU-Marseille a lancé un essai clinique, avec peu de patients, dans deux bras. Dans le premier groupe, ils n’ont administré que du HCQ, comme dans la suggestion de la Chine, et dans l’autre, une paire de médicaments : HCQ et Azithromycine (AZ), un antibiotique. L’application des deux médicaments ensemble a été la grande découverte de l’équipe de Raoult. Les six patients qui ont reçu la double thérapie, et tôt sur des symptômes, ont eu un rétablissement très rapide, avec des résultats supérieurs à l’hydroxychloroquine seul. En seulement cinq jours, tous les six s’étaient déjà débarrassés du virus, selon l’article.

L’hydroxychloroquine et l’azithromycine sont des médicaments anciens et bon marché fabriqués partout et sans brevets. Une thérapie avec ces deux médicaments coûte environ 5 $ par patient. L’hydroxychloroquine, qui est à la base du traitement, est bien connue et très sûre. Ce médicament a 65 ans et a été utilisé à l’origine pour lutter contre le paludisme. Au fil du temps, ils ont constaté qu’il était utile à la fois pour le lupus et la polyarthrite rhumatoïde, les utilisations les plus courantes. Il existe même des études sur l’utilisation de ce médicament pour lutter contre le sida, avec des résultats jugés intéressants mais non définitifs.

Trois jours après la sortie de l’étude le 21 mars, Donald Trump, le président américain, a annoncé la découverte de Didier Raoult. Il s'est rebdy responsable de la mise à la une de ce médicament, dans tous les journaux du monde. Trump a annoncé comme la possibilité d’un important « changement de jeu ». La pandémie frappait déjà les États-Unis.

Début avril, un médecin d’une petite ville près de New York a annoncé qu’il traitait déjà les patients avec ce protocole. Le Dr Vladimir Zelenko, en plus de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, a inclus du zinc dans le cocktail. Zelenko, même s’il n’était qu’un simple médecin et non un scientifique avec une longue carrière de recherche, apparemment fait une grande découverte. Toutes les informations suggèrent aujourd’hui que l’inclusion du zinc a été une évolution importante. Des études récentes ont déjà établi un lien entre la carence en zinc et la gravité de la maladie. Début avril, Zelenko avait déjà annoncé qu’il avait traité environ 200 patients, pour la plupart des personnes âgées et d’autres patients de groupes à risque. Il a signalé qu’il n’avait aucun mort. Quelque chose de très encourageant.

Dire qu’il s’agit d’un « cas anecdotique » a été le premier argument contre l’utilisation, mais il s’agissait, au cours de cette brève période, d’un argument juste.

L’étude marseillaise n’était que préliminaire. Ils ont publié la découverte même si elle était le résultat de seulement six patients avec la double thérapie. Dans l’étude elle-même, ils ont averti qu’elle était préliminaire. Ils ont rapidement révélé que les résultats étaient, selon eux, très encourageants. Ils ont soutenu que la divulgation s’est produite par souci d’éthique. Ils ne pouvaient pas s’attendre à une étude complète et finalisée pour publication. Les nouvelles devaient être diffusées et des vies devaient être sauvées à partir de ce moment.

C’est ainsi que nous apprenons tous ce que sont les « cas anecdotiques ». Que cela signifie-t-il? Qu’avec peu de patients, sans étude plus approfondie, il ne peut pas être considéré comme une preuve scientifique. Plus de cohérence est nécessaire. Les cas anecdotiques sont importants en médecine parce qu’ils suggèrent un traitement. D’eux, des études plus complètes sont développées, avec un grand nombre de patients.

Donald Trump a annoncé avec une agitation. Anthony Fauci, le chef du groupe de travail américain sur la pandémie, a expliqué à tout le monde quels sont les cas anecdotiques. Il a également expliqué ce qu’est l’étalon-or de la science, le niveau maximum de preuves: il s’agit d’un randomisé, contrôlé par placebo, en double aveugle, évalué par des pairs et publié dans une prestigieuse revue médicale avec fort facteur d’impact. Selon Fauci, aucun traitement médical ne peut prouver son fonctionnement s’il ne s’agit pas d’une étude « étalon-or ».

Qu’est-ce qu’une étude « étalon-or » de la science?

Moyens randomisés pour attirer les patients dans deux groupes similaires d’âge, de sexe et de maladies antérieures. Dans l’un d’eux, les médicaments sont appliqués. Dans l’autre, les placebos. Ceux qui reçoivent un placebo sont le contrôle de la comparaison des résultats. Le "double-avuegle" signifie que ni les patients ni les médecins qui font les visites ne savent quels patients reçoivent un placebo ou des médicaments. L’examen par les pairs signifie qu’une fois l’étude terminée, avant publication, d’autres scientifiques vérifient la qualité scientifique, font des examens et des corrections. C’est-à-dire que d’autres scientifiques attestent de la qualité de l’étude.

Les revues scientifiques ayant un facteur d’impact sont des classements créés pour désigner les revues médicales les plus importantes. C’est un concept qui semble intéressant, mais c’est dangereux. Aujourd’hui, les trois premiers du classement sont: le New England Journal of Medicine, le Lancet et le Jama. Il y en a plusieurs autres. Plus le classement est élevé, plus l’œuvre a de prestige. L’acronyme pour essais randomisés est RCT (Randomized Controlled Trial).

Avant de commencer des essais cliniques randomisés pour attester ou non du fonctionnement de l’hydroxychloroquine, Raoult et Zelenko ont été impitoyablement attaqués

Ils sont allés enquêter en détail sur la vie de Didier Raoult. L’histoire la plus virale a été celle d’un site web au nom imposant : « Pour une meilleure science ». Il appartient à l’Allemand Leonid Schneider. Le premier est sorti quelques jours plus tard, le 26 mars. Au total, à propos de Raoult, il y avait cinq articles. « Witch Doctor » était l’un des titres. « Fou et dangereux », a conclu Leonid. Le dossier sur la vie du scientifique portait même sur des accusations d’intimidation et sur le fait qu’il avait couvert des cas de harcèlement sexuel survenus dans son institut. « Fin de partie ? » demanda l’un des textes sur Raoult. Leonid a également abordé certains cas troublants, tels que les faux qui se sont produits dans le travail iHU-Marseille. Ils ont trouvé au moins cinq œuvres avec des images de microsocopium modifiées dans Photoshop.

L’information que Raoult a produit près de 3.000 articles, et que ce serait statistiquement hors de propos, Leonid l'a omise. Je suis allé suivre ce que Raoult a dit : il m’a expliqué que l’un des élèves avait modifié ces images et qu’elles étaient passées inaperçues dans toute l’équipe. Bientôt, l’article est allé dans une autre direction, plus bureaucratique. Ils ont accusé Raoult d’être ami avec le rédacteur en chef de la revue où l’étude préliminaire a été publiée. Cette discussion a mis en évidence ce que je considère aujourd’hui comme un fétiche parmi les scientifiques avec des publications et avec le « facteur d’impact » des revues scientifiques. 

J’ai lu attentivement l’article de Leonid Schneider. Qu’est-ce qui promettait d’être un rapport-bombe, créé beaucoup d’attente lors de l’élaboration du texte, mais n’avait pas l’information sur ce que je voulais vraiment: et après tout, les six patients ont été guéris en cinq jours ou non ? Il n’a pas répondu.

« Miracle Cure » était la façon dont le New York Times se référait à Raout. Tous ces sujets ont servi à assassiner la réputation du scientifique, mais ils ne sont pas du tout importants par rapport aux menaces de mort que Raoult a commencé à recevoir peu de temps après avoir proposé un traitement avec deux médicaments génériques et bon marché. Aux États-Unis, le principal porte-parole du traitement est devenu le Dr Vladimir Zelenko. Il a publié des vidéos sur Youtube disant qu’il traitait les patients avec des médicaments. Il a déclaré qu’il avait de bons résultats et que la grande majorité des patients se sont améliorés rapidement.

Youtube a supprimé leurs vidéos parce qu’ilsfaisaient de la « désinformation ». Il y a une règle imposée : on ne peut que dire que le médicament fonctionne sur les réseaux sociaux, les sites scientifiques et les grands journaux, que s’il y a une étude RANDOMIZED CONTROLLED TRIAL (RCT) avec des résultats positifs.

Peu après, ils ont fait un rapport sur Zelenko dans le New York Times. Ils y ont collé le même sceau de « remède miracle » qu’ils ont collé à Raoult. Le journal a créé une théorie du complot : la motivation de Zelenko à prétendre que la drogue fonctionnait ne pouvait être que politique, après tout, Trump était enthousiaste au sujet de ce traitement. Zelenko est devenu une « star de droite », ont écrit les journalistes du NYT.

Le rapport était un profil détaillé de Zelenko. Il a expliqué qu’il n'avait pas de sympathie pour Hillary Clinton, qu'il vivait à la campagne, qu'il se remettait d’un cancer, mais n’a pas enquêté sur la seule chose qui comptait vraiment : et après tout, ses patients, sont-ils morts ou non ?

Parce que s’il traitait 200 patients à haut risque et que personne ne mourait, ce serait déjà la preuve scientifique de son fonctionnement. C’est aussi simple que ça. C’est la règle la plus fondamentale de la science : la reproduction. C’est très simple. La maladie a un début, un milieu et une fin rapides. Dans environ 15 jours après présenter des symptômes, sans aucun médicament efficace, un pourcentage entre 3 et 6% des patients symptomatiques doivent être intubés pour rester en vie. Dans cette attente, au moins six patients devaient être morts. N’importe quel nombre ci-dessous, dans une distribution normale de la société américaine, signifie que le médicament fonctionne;

(Voir ici le graphique américain du pourcentage de décès au moment de la publication des nouvelles).

Et puis il y a eu une bifurcation entre la science de la vie réelle et la science de la bureaucratie scientifique. Avec des informations selon qui seules les recommandations médicales peuvent être faites avec des essais randomisés positifs (ECR), il a été suivi de la « méthode scientifique ». Ils produisaient des études d’ECR, puis étaient évalués par des pairs, puis publiés dans des revues d’impact. Mais les études rct prennent du temps, sont très coûteuses, prennent du temps à concevoir, organiser, et à présenter les résultats.

Dans ce contexte, tous les journalistes scientifiques ont commencé à écrire et à expliquer ce processus. Et les décisions d' lOMS et de la FDA, l’agence américaine, attendaient toujours ces résultats. D’autre part, en sciences de la vie réelle, avec les bonnes preuves de la première étude de Didier Raoult et la confirmation par Zelenko, les médecins ont commencé à traiter les patients avec ces médicaments. Ainsi, d’autres types d’études ont commencé à être produites : les études observationnelles. Elles sont rapides et bon marché à faire.

Qu’est-ce que les études observationnelles et quelles sont les différences entre elles et l’ECR?

Les médecins, les cliniques ou les hôpitaux qui traitent les patients au milieu d’une pandémie peuvent faire des études observationnelles avec une certaine facilité. Ils peuvent soit confirmer un protocole existant, comme celui de l’IHU-Marseille, soit inclure davantage de médicaments.

La différence entre l’observation et l’ECR est qu’il n’y a pas de randomisation et de contrôle en double aveugle par placebo. Les médecins savent qu’ils livrent les médicaments, et les patients savent qu’ils prennent les médicaments. La comparaison, pour savoir si le traitement a été réussi ou non, est avec les patients qui n’ont pas été médicamentés. Ces patients peuvent être des mêmes hôpitaux, d’autres hôpitaux, ou avec un taux moyen général de mortalité dans la ville, la région, ou le pays.

Et en raison du manque de randomisation, c’est-à-dire de la distribution similaire des patients par caractéristiques, parmi ceux qui reçoivent le médicament ou le placebo, si la différence dans les résultats cliniques entre les groupes est faible, il est plus difficile de juger si le traitement a fonctionné ou non.

Les quatre types possibles d’utilisation d’hydroxychloroquine contre covid-19

Il existe quatre utilisations possibles de l’hydroxychloroquine. Ce que Raoult proposait, c’était un traitement précoce. C’est-à-dire, le début du traitement dans les premiers jours de symptôme, avant que la maladie ne s’aggrave. C’est l’utilisation la plus évidente. Dans toutes les maladies, les médecins recommandent de commencer les traitements dès que possible. 

En outre, il existe d’autres possibilités. La première est la prophylaxie pré-exposition : c’est lorsque les patients prennent le médicament avant d’entrer en contact avec le virus.

La seconde est la prophylaxie post-exposition, c’est-à-dire lorsque le patient prend le médicament peu de temps après avoir été en contact avec une personne infectée, et la troisième possibilité est le traitement déjà avec une maladie avancée et grave chez les patients déjà hospitalisés, nécessitant de l’oxygène ou intubés.

En sciences réelles, les études observationnelles sur le traitement à l’hydroxychloroquine au début du traitement apportent des résultats spectaculaires

Il existe plusieurs études observationnelles, en plus de celles réalisées à l’IHU-Marseille, sur le traitement par le protocole HCQ + AZ dans les premiers jours du symptôme.

Certains sont avec l'hydroxychloroquine seulement et d’autres avec d’autres combinaisons de médicaments. Ici, j’en apporte certaines qui ont dit très clairement dans leurs études qu’il s’agissait d’un traitement précoce.

Chronologie des études observationnelles dans le traitement précoce :

22 maiResthomes à New York, Etats-Unis
Au lieu de la combinaison hydroxychloroquine et azithromycine, le deuxième médicament était la doxilline. L’étude dirigée par Imtiaz Ahmad a été menée auprès de 54 patients à haut risque dans trois maisons de soins infirmiers à New York. Seulement 11 % des patients ont été transférés à l’hôpital et seulement 6 % sont décédés.

La comparaison a été avec une autre maison de soins infirmiers. Dans le comté de King, dans l’État de Washington, où il n’y avait pas de traitement, 57 % des patients ont été hospitalisés et 22 % sont décédés. « Une diminution du transfert à l’hôpital et une diminution de la mortalité ont été observées après le traitement », ont déclaré les scientifiques.

C’est une grande différence, comment pouvons-nous dire que cela ne fonctionne pas?

31 mai Cliniques privées en France Dans une étude de Violaine Guérin et son équipe, on a suivi les résultats de 88 patients. La combinaison hydroxychloroquine et azithromycine réduit les décès de 43% et le temps de récupération de 65%, par rapport au groupe témoin.

25 juin IHU-Mediterranée Infection, Marseille, France.
L’institut où Didier Raoult est professeur a publié son étude « finale », plus solide, auprès de 3737 patients. Avant ils avaient publié deux aperçus, avec 80 et avec 1000 patients.

Sur ce total, 3 119 ont reçu la combinaison de médicaments. Le taux de mortalité était de 0,5 %. Le résultat le plus impressionnant est qu’aucune personne de moins de 60 ans n’est décédée, et la majeure partie du total avait des comorbidités antérieures : 7,5 % avaient le diabète, 13,1 % l’hypertension et 11,1 % étaient obèses.

Les gens peuvent faire la critique qu’ils veulent de cette étude observationnelle, mais un fait est immuable : personne de moins de 60 ans n’est mort. C’est impressionnant. A titre de comparaison, en Ile-de-France, où se trouve Paris, aucun médicament n’a été utilisée. Là, chez les moins de 60 ans, les décès étaient un peu plus de 9,7% parmi les décès. Dans une autre région de France, le Grand-Est, 4,3% des décès représentaient la population de moins de 60 ans. Dans un autre hôpital public marseillais, environ 2,5% des personnes infectées sont décédées. Parmi les patients qui ont frappé à la porte de l’IHU-Mediterranée Infection se trouvaient 0,5% des personnes tuées.

C’est une différence considérable . Comment se fait-il que ça ne marche pas ?

13 août L’étude a été réalisée par l’équipe de Tarek Sulaiman à King Fahad Medical City à Riyad, en Arabie saoudite, l’étude a impliqué 5 541 patients vus dans 238 cliniques à l’échelle nationale. 1 817 patients ont reçu de l’hydroxychloroquine, et la comparaison a été faite avec 3 724 patients qui n’avaient pas le médicament.

La thérapie médicamenteux tôt a été associée à l’admission inférieure d’hôpital dans un délai de 28 jours comparé au traitement standard : 9.4% contre 16.6%. « L’intervention tôt avec la thérapie HCQ-basée dans les patients présentant des symptômes doux à modérés à la présentation est associée aux résultats cliniques défavorables inférieurs parmi les patients covid-19, y compris des admissions d’hôpital, l’admission d’ICU, et la mort » ont conclu les scientifiques.

21 août Resthomes à Marseille, France
Réalisé par le Dr Tran Duc Anh Ly et le personnel, l’étude a impliqué des patients d’une moyenne d’âge de 83 ans. Il y avait 226 résidents infectés, 116 traités avec de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine. 53,5 % moins de décès chez ceux qui ont pris des médicaments.

25 août Hackensack University, États-Unis. L’étude d’Andrew Ip, de l’Université Hackensack à New York, a impliqué 1 274 patients. Ce n’est qu’avec l’hydroxychloroquine, sans azithromycine, que 97 ont pris le médicament. La comparaison a été avec 1177 patients qui ne l’ont pas pris. Le traitement précoce a été associé à une réduction de 47% du risque d’hospitalisation, ont conclu les scientifiques.

Septembre 2Rest maisons en Andorre, Europe
Coordonnée par le Dr Eva Heras, l’étude a eu lieu uniquement chez les personnes âgées. Il a impliqué 100 patients et l’âge moyen était 85 ans. Parmi les patients recevant HCQ et Azithromycin, 11.4% sont morts. Parmi ceux qui n’ont pas reçu la drogue, 61% sont morts.

31 octobre Etude par le Dr Vladimir Zelenko des Etats-Unis.
Il s’est associé à Roland Derwand et Martin Scholz, deux chercheurs allemands, pour produire une étude et la publier. C’est à propos de vos patients vus près de New York.

Outre l’ajout de zinc, il ya une différence entre votre protocole. Zelenko n’a pas traité les patients qui n’étaient pas dans le groupe à risque. C’est-à-dire que les médicaments n’étaient prescrits que pour ceux qui avaient plus de 60 ans ou, s’ils avaient moins de 60 ans, avec au moins une certaine comorbidité. L’étude comprenait 144 patients dont l’âge moyen était de 58 ans. En tant que groupe témoin, 377 autres patients de la même communauté. Parmi ceux qui ont reçu le médicament, un seul mort (0,7 %), parmi ceux qui n’ont pas reçu, 13 morts (3,5 %).

Comment se fait-il que ça ne marche pas ?

31 octobre Hapvida Health Operator, Brésil
Hapvida est l’un des plus grands au Brésil. Il a des millions de clients. L’étude a impliqué 717 patients ambulatoires positifs pour le SRAS-CoV-2. Tous les 40 ans ou plus. Il a été réalisé par des chercheurs brésiliens de Hapvida, de l’Université fédérale de Fortaleza et du professeur Harvey Risch de Yale. Parmi ceux qui n’ont pas pris d’hydroxychloroquine, 3,3% des décès. Parmi ceux qui ont pris le médicament, et dans la plupart d’entre eux en conjonction avec l’azithromycine, 0,6% des décès. « Cette étude s’ajoute à la littérature croissante d’études qui ont trouvé des avantages substantiels pour l’utilisation du HCQ combinés avec d’autres agents dans le traitement ambulatoire tôt du COVID-19, » les scientifiques ont conclu.

Aujourd’hui où j'écris, 24 novembre, , il ya 23 études dans le traitement précoce avec l’hydroxychloroquine. Le tout, sans exception, avec des résultats positifs pour les patients. Voir tout ce lien.

Un simple résumé des études observationnelles en début de traitement : chez les patients qui prenaient des médicaments, moins de décès

« Vous avez donné un résultat positif au test covid. Malheureusement, il n’y a pas de médicaments approuvés. Voir tous ces résultats et dire que le médicament ne fonctionne pas est similaire à appeler tous ces co.....s scientifiques. Je ne peux pas.

Réfléchissez avec moi. Les scientifiques donnent les médicaments, et constatent que parmi ceux qui les ont pris, moins de patients sont morts. Et les scientifiques le soulignent dans leurs études. La relation avec le moins de décès, bien sûr, est avec les médicaments. Alors vous dis-le n’est pas scientifiquement prouvé. Et que parmi ceux qui ont pris de l’hydroxychloroquine, il y avait en fait moins de patients, mais ce n’est pas à cause du médicament, mais pour une autre raison aléatoire. 

C’est dans toutes les premières études de traitement ! Je n’ai pas besoin d’être un scientifique, avec un doctorat en médecine ou en microbiologie, pour me fâcher contre les gens qui croient qu’ils sont intelligents, intelligents et que tout le monde est stupide. C’est aller au-dessus de la limite raisonnable de la civilité.

Pensez au dialogue suivant avec une personne qui nie travailler :

- Dans cette étude ici, de France, il y a eu 53,5% de décès en moins chez ceux qui ont pris de l’hydroxychloroquine. - Mais le médicament ne fonctionne pas, il n’est pas scientifiquement prouvé - Vous voulez dire que ceux qui ont pris sont morts moins, mais pour une autre raison, c’est que c’est ça?- Exactement.- Mais pourquoi sont-ils morts moins ?- Je ne sais pas.- Très bien. Il y a une autre étude ici, d’Amérique, avec seulement des personnes âgées. Les scientifiques ont dit que parmi ceux qui ont pris, est mort 6%, et parmi ceux qui n’ont pas, est mort 11%, mais il n’est pas scientifiquement prouvé, non?- Cela. Exactement. La drogue ne fonctionne pas - Donc, parmi ceux qui ont pris de l’hydroxychloroquinen on meurt moins, mais pour une autre raison, est-ce bien ça ?- Et Didier Raoult, que pensez-vous de lui ?- Fraudeur- Et Zelenko ?- Partisan de Trump.- Et les scientifiques d’Andorre, le Brésil et l’Arabie saoudite, tous les fraudeurs et les défenseurs de Trump aussi ? - Probablement.- Et vous, comment vous définissez-vous, défenseur de la science? - Exactement. - Quelle est votre religion? - Je suis un fidèle dévot de l’Église fondamentaliste de l’aveuglement randomisé, contrôlé et en double aveugle.

Je ne suis pas scientifique. Je pense tout simplement, mais je pense que c’est parler de ceux qui ont besoin d’une camisole de force.

Et la science confirme que ceux qui parlent ainsi, oui, sont ceux qui ont besoin d’une camisole de force !

Dans cette pandémie, il existe une définition dogmatique : l’hydroxychloroquine ne peut être recommandée par les gouvernements et les entités que si nous avons un ECR contrôlé par placebo démontrant un résultat positif. L’autre définition est que vous ne pouvez dire que le médicament fonctionne, à la fois sur les médias sociaux et dans les journaux, si vous avez un RCT positif. Tout autre chose que cela est « désinformation » et doit être censuré. De plus, il est autorisé d'offenser les médecins qui prescrivent des médicaments sans ECR. Ce sont des charlatans, des trompeurs, des théoriciens du complot et des « anti-science ».

C’est probablement comme ça que la science médicale a marché, n’est-ce pas ? Non. C’est un faux discours.

L’histoire de la science médicale est basée sur des études observationnelles, mais il y a eu un changement de règle commode à l'heure actuelle, en 2020, pendant cette pandémie, pile au moment où tout le monde est dans l'urgence. 

Dans un article paru en 2011 dans la revue médicale Jama, une étude scientifique de Dong Heun Lee a montré que seulement 14% des recommandations de traitements de la société américaine des maladies infectieuses étaient basées sur le « niveau maximum » de preuves, l’exigence qu’ils veulent de l’hydroxychloroquine. Lorsque nous parlons de médicaments en cardiologie, 89 % des recommandations n’ont pas cette preuve.

Avez-vous déjà vu un médecin qui prescrit de l’insuline pour les diabétiques être appelé « anti-science » ou charlatan? On devrait les appeler ainsi, parce qu’il n’y a jamais eu d’étude « étalon-or » sur l’insuline.

Avez-vous déjà pris un vaccin anti-tétanos ? IL n’a pas non plus le « niveau maximum » de preuve. Devrions-nous dire que ce vaccin a été fabriqué sans fondement scientifique ? Les théoriciens du complot anti-vaccin se déchaîneraient. Ils ne l’ont jamais fait pour l’insuline ou le vaccin contre le tétanos parce que ce n’est pas nécessaire. Dans un article scientifique de 2014, Andrew Anglemeyer, artigo científico épidémiologiste à l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande, a expliqué qu’il n’y avait pas de différences significatives dans les résultats entre les études observationnelles et "l’étalon-or". Dans une autre étude, publiée en 2000, Kjell Benson est arrivé aux mêmes conclusions.

C’est-à-dire, historiquement, les résultats présentés par les études observationnelles coïncident avec l’étalon-or.

D’ailleurs, avant la pandémie, la science disait autre chose. Angus Deaton, chercheur à l’Université de Princeton aux Etats-Unis, a expliqué en 2018 que l’étalon-or n’est pas aussi « or » qu’on  dit. « Les résultats de l’ECR peuvent servir la science, mais ils sont faibles pour déduire ce qui fonctionne », a-t-il expliqué. Dans un article paru en 2017, le scientifique Thomas Frieden, nommé directeur de la CDC, l’agence américaine, par Barack Obama, a fait valoir dans son article scientifique, publié dans le New England Journal of Medicine, que les décisions publiques sur le traitement ne devraient pas être prises sur la base des ECR.

Frieden a commenté les « coûts toujours plus élevés » des études « étalon-or », ainsi que le retard dans la réalisation de ces enquêtes. « Ces limitations affectent également l’utilisation des ECR pour les problèmes de santé urgents, tels que les flambées de maladies infectieuses », a-t-il déclaré. Ces dernières années, juste avant covid-19, la science médicale semblait assez sensible, n’est-ce pas ? Le premier argument de ceux qui insistent sur le fait que cela ne fonctionne pas est que certaines des études observationnelles ont été pré-publiées. C’est-à-dire avant l’examen par les pairs. Après avoir été examinés, l’anti-traitement a changé de discours: ils ont poursuivi en disant qu’il n’était pas valide parce que ce n’est pas l’étalon-or.

Comment les grands médias ont-ils traité les études observationnelles?

Après Didier et Zelenko, comme il est difficile de traiter les auteurs de 113 études positives pour l'HCQ de fous, « guérisseurs miraculeux » radicaux de droite et fraudeurs, la solution trouvée par les médias et les diffuseurs scientifiques était le silence. Aucune nouvelle n’a été publiée sur les études observationnelles de traitement précoce.

Le New York Times, par exemple, n’a fait état que deux fois d’études observationnelles. Un qui a ensuite été dépeint par The Lancet pour contenir des données frauduleuses et un autre fabriqué au Brésil avec une dose de 1,2 grammes par jour pendant 10 jours, quatre fois la dose de la proposition de Didier Raoult, et seulement en monothérapie et chez les patients graves, atteints d’une maladie avancée.

Avant de continuer, une nouvelle sur le sida entre 1987 et 1989

En 1987, il y a eu une réunion tendue. Michael Callen, militant contre le sida,  Barry Gingell et Anthony Fauci, tsar fédéral du sida aux États-Unis, étaient présents. Michael et Barry ont supplié Fauci d’aider à promouvoir l’utilisation du bactrime comme prophylaxie pour la pneumonie causée par la maladie.

La pandémie du VIH a fait beaucoup de morts. Le monde avait peur et les médias s’intéressait beaucoup. Les deux ont expliqué à Fauci que les médecins de première ligne, suivant le protocole de Joseph Sonnabend, un scientifique sud-africain, utilisaient Bactrim assez efficacement, avec un pourcentage élevé de succès. Toutes les preuves scientifiques du fonctionnement du médicament ont été refusées par Fauci. Sonnabend a été considéré comme controversé, controversé, et comme quelqu’un qui a attaqué la science. Il n’y avait pas d’étude « étalon-or » de Bactrim. En même temps, personne n’était pressé de faire un essai clinique de ce genre.

C’était une réaction étrange, parce que quelques années plus tôt, quand le Dr Fauci étudiait une autre maladie, Wegener' Granulomatosis de s, il a développé un traitement avec seulement 18 patients. C’était une étude purement anecdotique, sans contrôles et sans placebo. Les résultats n’ont été comparés qu’à des données historiques et leur thérapie est devenue la norme de soins, sans trouver d’obstacles.

Au fur et à mesure que cette discussion se poursuivait, le concurrent de Bactrim, le lucratif AZT, d’une grande industrie pharmaceutique avec peu d’efficacité et des effets secondaires importants, au coût de 8 000 $ par année et par patient, a été approuvé en un temps record de seulement 20 mois.  C’était une réutilisation. AZT a été initialement considéré comme un médicament contre le cancer au cours des années 1960, mais a été déposé quand il a été conclu qu’il n’était pas assez efficace.

Ce n’est que deux ans plus tard, en 1989, que la preuve du bactrim bon marché a été acceptée et que la recommandation a eu lieu. Au cours de cette période, 17 000 personnes ont perdu la vie. Sean Strub raconte une partie de cette histoire dans un rapport dans le Huffington Post.  Cette horreur est bien documentée et racontée dans plusieurs livres et rapports.

Comme ce scandale médical s’est produit chez les personnes atteintes du sida, affectant principalement la communauté homosexuelle, une grande partie de la population a compris ces décès comme une punition divine pour les pécheurs. L’histoire a été oubliée, les leçons n’ont pas été tirées et aucune réforme n’a été faite et aucune réforme des sciences médicales.

 

Sonnabend: Écoutez-le.

Le chemin facile entre le Remdesivir de Gilead et l’étalon-or

Remdesivir, un concurrent de l’hydroxychloroquine, a été développé pour Ebola. Il n’a pas eu beaucoup de succès dans sa mission initiale et a été réutilisé pour COVID-19.

Le fabricant est Gilead, un géant pharmaceutique avec 11.000 employés et un chiffre d’affaires monstrueux de 22 milliards dedollars.

Au premier trimestre 2020, alors que le nom du médicament gagnait en notoriété pendant la pandémie, Gilead a augmenté ses dépenses de lobbying dans l’administration et le Congrès des États-Unis.

Avec un coût de fabrication d’environ 10 $, Remdesivir coûte 3 000 $ par patient pour traiter covid-19.

Étant un médicament avec « coût de l’or », Remdesivir a commencé directement avec le coûteux « étalon-or » essai.

Toutefois, comme l’a rapporté le Washington Post, cette étude a eu, au cours de l’essaiclinique, un changement de mesure,de la mortalité au temps de récupération. Le médicament n’a pas réduit les décès, mais seulement réduit le temps de récupération de ceux qui ne mourraient pas, de 15 jours à 10 jours.

Et même s’il n’a pas réussi à réduire la mortalité, mais en ayant une étude rct, le gouvernement américain le 29 avril a annoncé le Remdesivir comme une « norme de traitement ».

 

Regardez ici.

Gilead a ensuite conclu un accord de 1,2 milliard de dollars avec le gouvernement américain pour fournir le médicament. Bientôt, la société a conclu un autre accord, cette fois avec l’Union européenne, de 1,0 milliard de dollars. Dans le même temps, Gilead a payé une amende de 97 millions de dollars au département américain de la Justice pour avoir prétendument payé des pots-de-envoi illégaux.

En outre, alors que plusieurs reportages nous bombardent sur les effets secondaires très forts de l’hydroxychloroquine, ce qui est faux selon plusieurs études, Remdesivir, qui a sérieusement compromis les reins des patients traités avec ce médicament, laissant la plupart de ceux qui ont survécu sur des appareils de dialyse, n’a pas reçu la même attention des médias par rapport aux effets secondaires. seriamente os rins

Et au lieu de signaler les patients sur des appareils de dialyse, le New England Journal of Medicine, la plus grande revue médicale de facteur d’impact au monde, a adopté une approche amicale et a publié un éditorial sur le médicament:« Remdesivir:une première étape importante », adéclaré le titre.

Sur le chemin difficile de l’hydroxychloroquine à l’étalon-or, entre en jeu une actrice. Et le monde a choisi de la croire.

Le 22 mai, uneétude sur l’hydroxychloroquine a été publiée dans le Lancet, la deuxième revue médicale la plus prestigieuse au monde. Le nom principal était Dr Mandeep Mehra, professeur de médecine à Harvard, Etats-Unis. La recherche a indiqué qu’elle a utilisé les données de 96 000 patients dans 671 hôpitaux à travers le monde.

Il a conclu que l’hydroxychloroquine, promue par Donald Trump, augmentait le risque de mort. En outre, que le médicament a généré une arythmie cardiaque dangereuse. Il y a eu une coïncidence : le résultat s’inscrit comme une symphonie dans le récit de la grande presse sur les dangers de la drogue.

Cette étude a fait les manchettes dans tous les grands journaux du monde, ainsi que la critique du président américain Trump pour être anti-science et apporter des risques aux Américains pour la promotion de ce médicament.

Le 25 mai, l’OMS(Organisation mondiale de la Santé), sur la base de ces résultats, a interrompu ses études sur l’hydroxychloroquine. The Guardian, l’un des journaux les plus importants d’Europe, en plus de rapporter l’arrêt des essais cliniques, a qualifié le professeur Didier Raoult de « controversé ».

En plus de l’étude de l’OMS, plusieurs autres « étalons de l’or » dans le monde ont également été abandonnés en raison de l’étude Lancet. Parmi eux, Hycovid et Discovery, tousdeux enFrance. Et un détail important: les résultats partiels des deux ont montré des résultats positifs pour les patients qui ont pris les médicaments, par rapport au placebo, lorsque la recherche a été interrompue.

 

L’étude « gold standard » d’Hycovida montré 46 % moins de décès pour le groupe de traitement lorsqu’il a été discontinué.

Quatre jours après sa publication le 26 mai, leprofesseur expérimenté Didier Raoult a prissur son Twitter et a fait une accusation bombe: il a dit que les données de l’étude Lancet a été manipulé ou falsifié.

C’est certainement une accusation de ceux qui ont besoin d’être très sûrs avant de le faire. Il a simplement dit que l’une des revues médicales les plus prestigieuses au monde a publié une fausse étude, et un professeur à Harvard, l’une des universités les plus importantes au monde.

Avec une mise en accusation de ce niveau, soit les données étaient vraiment fausses, soit la carrière de Raoult prendrait fin à ce moment-là. Ce fut un moment tendu dans la science.

 

Avec le climat favorable d’appeler charlatan, faussaire et censurer toute personne qui dit hydroxychloroquine travaux, David Gorski, professeur de médecine, chercheur, et qui arbore fièrement le poste de rédacteur en chef du site sciencebasedmedicine.com, où il propose d’enseigner au monde ce qui est la médecine basée sur la bonne science, a décidé d’offenser Raoult en même temps.

En plus de placer, sans gêne, une icône de tabouret pour se référer à Raoult, Gorski l’a traité de menteur et pathétique.

Bientôt, de sérieux scientifiques se sont mobilisés sur l’alerte soulevée par Raoult. Ils sont allés à la recherche d’où viennent les données. L’origine était une compagnie obscure appelée Surgisphere. Parmi les données utilisées pour produire l’étude se trouvaient des hôpitaux inexistants. L’un des premiers employés de la Surgisphere était une actrice.

C’est l’un des scandales les plus pornographiques de la science à ce jour. Avec ces données découvertes, enfin les histoires en coulisses avec l’hydroxychloroquine ont commencé à être publiées dans les médias grand public.

En fin de compte, l’étude Lancet, qui impliquait une actrice et un professeur respecté de Harvard après d’immenses pressions de la communauté scientifique, a été retiré de l’antenne moins de deux semaines après sa publication. Didier Raoult avait raison.

« Il ya des gens qui ont essayé et réussi à obtenir des gouvernements et qui croient qu’un médicament de 70 ans, l’un des deux médicaments les plus prescrits dans l’humanité, tué 10% des gens qu’il a été donné à, » Raout a déclaré récemment dans une interview.

« C’est quelque chose qui devrait nous amener à réfléchir sur l’état de notre société, qui peut être trompé d’une manière incroyable, dit-il.

Toujours sur l’affaire, deux curiosités: la première est que David Gorski n’a pas encore présenté ses excuses à Raout. La seconde est que contrairement aux vidéos de Frontline Doctors, les médecins américains qui ont rapporté de bons résultats avec l’hydroxychloroquine et ont été censurés sur Youtube pour « désinformation », les interviews de Mandeep, l’auteur de l’étude avec des données fajutos publiées dans le Lancet, parler de pornographie sur l’hydroxychloroquine, continuer sur l’air, disponible sur Youtube.

Sur le chemin cahoteux de l’hydroxychloroquine à l’étalon-or, une autre étude controversée est publiée dans NEJM

 

Le 2 juin 2020, deuxjours avant quele canular Lancet ne soit dépeint par le journal lui-même,  une étude « gold standard » a été publiée dans le NEW England Journal of Medicine (NEJM), la publication et le plus grand facteur d’impact au monde. Il a été pensé à l’origine pour impliquer 1300 patients, maisen vedette un peu plus de800.

Originaire de l’Université du Minnesota aux États-Unis, dirigée par David Boulware, il s’agissait de prophylaxie post-exposition. C’est alors que le médicament est donné aux personnes qui ont eu des contacts récents avec une personne infectée. C’est déjà l’une des études les plus controversées de l’histoire de la médecine.

Les données de l’étude ont été présentées comme suit : bien qu’elles aient présenté des résultats positifs pour ceux qui ont pris de l’hydroxychloroquine, elles n’étaient que des résultats très modestes et statistiquement insignifiants, c’est-à-dire qu’elles auraient pu se produire au hasard.

Il a représenté l’enterrement définitif de l’hydroxychloroquine. C’est l’étude que la plupart sont allés virale dans l’environnement médical comme preuve définitive que le médicament ne fonctionne pas. Dans n’importe quel débat, les gens ont envoyé ce lien.

Après tout, il s’agissait d’une étude randomisée, à double insu et contrôlée par placebo et publiée dans la revue médicale la plus prestigieuse au monde.

L’argument était qu’une étude « étalon-or », parce qu’il s’agit d’un niveau de preuve plus élevé, annulerait les résultats positifs des études observationnelles.

Plusieurs controverses, qui durent jusqu’à ce jour, ont eu lieu au sujet de cette étude. Alors que l’étude observationnelle, menée à São Paulo, par l’opérateur de santé foi rejeitado Prevent Senior, avec des résultats positifs pour l’hydroxychloroquine, a été rejetée par la communauté médicale parce que le diagnostic des patients n’était pas par des tests COVID-19, mais par des symptômes, l’étude de l’Université du Minnesota, également déficiente en tests, mais sans résultats positifs, a été célébrée, sans aucune critique, par une grande partie de la communauté médicale et scientifique.

Croyez-moi, la méthode d’étude était un sondage sur Internet. Ils ont envoyé les médicaments et les placebos, et les gens ont expliqué leurs symptômes. Un processus moins précis que la prévention des personnes âgées, où ils ont envoyé les médicaments au domicile des patients et vérifié les symptômes par télémédecine vidéo, dans des entrevues avec des patients, ou par des examens avancés des lésions pulmonaires. En outre, dans le cas de São Paulo, si les patients s’aggravaient, ils seraient admis à l’hôpital de l’opérateur, avec plus de facilité à surveiller les résultats. La vertu de l’étude de Boulware devait être randomisée.

Cette étude de Boulware, pour être devenue une référence, a suscité de lourdes plaintes de la part de l’équipe de Raoult. Ils ont envoyé une préoccupation à l’éditeur. Ils ont fini comme ceci: « Combien de temps allez-vous abuser de notre patience? Les préjugés démontrés dans les études sur covid-19 sont allés au-delà, comme dans le Lancet, tout ce qui a été vu jusqu’à présent. S’il vous plaît nous rendre un magazine que nous pouvons utiliser pour l’éducation médicale.

La différence d’approche peut également être comparée au cas de l’approbation de Remdesivir. Dans le cas du médicament de Gilead, l’étude qui a été utilisée pour son approbation par la FDA a montré des résultats modestes et non statistiquement significatifs, mais cela n’a pas empêché l’approbation, générant des mouvements dans les bourses.

Mais l’étude de Boulware confirme scientifiquement le fonctionnement de l’hydroxychloroquine

Tout le monde reste tout à fait à la maison, peur, en évitant de sortir au maximum et de pratiquer la distanciation sociale. Cependant, la pandémie est arrivée pour tout le monde et quelque chose d’inouï se passe dans la science: un grand nombre de personnes ont commencé à étudier les publications scientifiques.

Auparavant, les études sur les médicaments étaient très restreintes dans de petits groupes de chercheurs et de revues médicales. Aujourd’hui, un grand nombre de scientifiques de différents domaines vérifient toutes les publications en détail.

Le processus d’examen par les pairs est sans aucun doute l’une des valeurs les plus importantes de la science. Tant de scientifiques, voyant l’hydroxychloroquine être refusée à la population, et étonnés par le médicament montrent des résultats significatifs dans les études observationnelles et ne montrant pas la même performance dans les études « étalon-or », contrairement à la logique et l’histoire de la médecine, a décidé d’aller profondément exactement au point qu’il a été l’interdiction: randomisé, à double insu et contrôlée par placebo études contrôlées. C’est-à-dire que ces scientifiques sont allés jouer sur le terrain adverse.

Marcio Watanabe, professeur de statistique à l’Université fédérale de Fluminense et docteur en statistique de l’USP, l’une des universités les plus prestigieuses d’Amérique latine, a été l’un des scientifiques qui ont passé en revue les travaux de Boulware au NEJM.

Avec une analyse approfondie, il aconstaté que les patients qui ont reçu le médicament plus tôt ont eu de plus grandseffets. L’étude de Boulware a mal interprété et présenté ses propres données. Quand il faut beaucoup de temps pour la prophylaxie et mélanger tous les patients au fil du temps, l’effet perd la puissance statistique.

Lorsque les données sont analysées en tenant compte de l’intervalle entre l’exposition et le début du traitement, elles révèlent un modèle clair : les patients qui ont commencé le traitement plus tôt ont eu de meilleurs résultats que ceux qui ont commencé le traitement plus tard.

Les données indiquent que la prise d’hydroxychloroquine dès le jour de l’exposition pourrait conduire à une réduction de la contagion symptomatique de plus de 50%, a conclu Watanabe. Les courtes périodes de prophylaxie post-exposition sont la normale de la science médicale. En cas d’exposition au virus du sida, les traitements prophylactiques, pour avoir des effets, impliquent quelques heures, pas des jours.

J’ai interviewé Watanabe pour savoir le résultat de son examen envoyé à NEJM. « Je n’ai jamais eu une réponse de NEJM, ni négatif ni positif. Ils ont dit qu’ils n’analyseraient la lettre qu’à un moment futur, sans donner de date », a déclaré le professeur de Rio de Janeiro.

L’erreur dans la conclusion de Boulware est si évidente que d’autres scientifiques ont fait à peu près la même analyse.

Un groupe dirigé par David Wiseman, unscientifique de Dallas avec quatre autres scientifiques américains, dont certains du Centre Henry Ford d’excellence médicale, a produit un deuxième examen sur la même étude NEJM. Ils sont arrivés en nombre similaire à Watanabe.

Dans une troisième revue, Juan Luco,professeur à l’Universidad Nacional de San Luis en Argentine, a également analysé les données brutes et est arrivé en nombre statistiquement significatif. « Dans ce cas, il montre que la conclusion publiée par le groupe que hcq n’empêche pas covid-type symptômes infectieux était fondamentalement défectueux et devrait être reconsidéré, dit l’étude.

J’ai demandé à Juan s’il avait envoyé son avis au NEJM. « Je n’ai rien envoyé à Nejm. Il est impossible de s’attendre à l’honnêteté et à la vérité scientifique sur l’hydroxychloroquine », a-t-il répondu.

Dans un quatrième examen,six autres scientifiques dirigés par Alexander Chuan Yang de la Wayne State University School of Medicine, sont arrivés aux mêmes conclusions : « Cependant, notre ré-analyse des données suggère que l’utilisation du HCQ pour Covid-19 est sensible au temps », ont-ils dit. , mais seis cientistas liderados por

Dans une cinquième revue, le mathématicien Phill Birnbaumde Sabermetric Research a publié sur son blog l’interprétation erronée de l’étude. « En d’autres termes, ils ont arrêté l’étude exactement au moment où les résultats commençaient à apparaître. »

Autrement dit, nous avons plusieurs scientifiques importants qui ont examiné les données, analysé, écrit, mis leurs noms et leur réputation en jeu et conclu que l’étude de Boulware montre de mauvais résultats.

L’étude de Boulware, dans sa forme actuelle, est positive dans la marge d’erreur. Et avec l’analyse correcte, il devient positif en dehors de la marge d’erreur. Mais toutes les révisions ont été ignorées.

Et ce que l’on sait jusqu’à présent, c’est que personne n’a été en mesure d’expliquer, par les mathématiques, que ces examens sont erronés.

En d’autres termes: c’est la preuve scientifique du fonctionnement de l’hydroxychloroquine dans une étude « étalon-or ».

Et une autre chose qui est connue, c’est qu’il n’aurait aucun sens que tous ces scientifiques dans ces examens ont été dans une conspiration mondiale corrompue majeure pour promouvoir l’hydroxychloroquine. Après tout, il s’agit d’un médicament générique, bon marché, sans brevet et fabriqué par des centaines de laboratoires dans le monde entier.

La question qui demeure au sujet de cette affaire est la suivante : pourquoi nejm a-t-il ignoré toutes ces révisions qui modifient le résultat ?

Et il y a une deuxième question : pourquoi les médias traditionnels ne font-ils pas de reportages à ce sujet et exigent-ils une réponse du NEJM ?

Avant de continuer, une brève explication de la signification statistique

Les gens qui vivent dans les démocraties ont une compréhension facile de ce qu’est la signification statistique lorsqu’ils écoutent des nouvelles sur les sondages électoraux.

« Le candidat José est en tête avec 46 % des intentions de vote. En deuxième place est le candidat John avec 40%. Ils sont liés dans la marge d’erreur qui est de 3%. 1 200 électeurs ont été interviewés », peut-on lire dans l’article.

La signification statistique est la marge d’erreur. C’est-à-dire, même avec Joseph en tête, il ya une petite possibilité qu’ils seront à égalité avec 43% chacun et le résultat a été aléatoire.

Mais si le sondage avait été fait 2 ou 3000 électeurs au lieu de 1200, la marge d’erreur serait plus faible, de 1% ou 2%. Dans ce cas, le candidat John serait effectivement en tête, et il serait donc signalé. Les chances d’être un résultat aléatoire seraient beaucoup plus faibles.

Maintenant, suivez-moi. Le même jour, un autre scrutin électoral avec un résultat similaire sort. José a 46% et John avec 40%. Aussi avec une marge d’erreur de 3% et 1200 électeurs interrogés.

À partir de ce moment, Joseph est vraiment en tête. Les deux sondages le placent en tête. Ce n’est plus un hasard, parce que la marge d’erreur a diminué dans une statistique combinée.

C’est-à-dire que nous avons deux recherches « dans la marge d’erreur », mais lorsqu’elles sont combinées, la marge d’erreur s’est rétrécie. Joseph ne mène plus « au hasard ».

Dans la recherche médicale, le principe est le même. Marcio Watanabe a fait quelques calculs d’exemple.  L’un des médicaments « scientifiquement prouvés » était la Dhimamethasone. Réduction des décès de 30 %. Dhimhasone ne travaille que pour les patients gravement blessés, intubés ou pris en charge par l’oxygène.

L’étude a eu plus de 2.000 patients. Si elle avait été faite avec le nombre de patients similaires à l’étude de l’Université du Minnesota avec l’hydroxychloroquine avec 821 patients, Dhimhasone ne serait pas « scientifiquement prouvé. Et tout médecin qui parlait de ce médicament serait, bien sûr, un charlatan.

Toutes les études « étalon-or » sur l’hydroxychloroquine, dans la prophylaxie pré-exposition, après l’exposition et le traitement précoce, apportent des résultats positifs aux patients. Il s’agit de preuves scientifiques au plus haut niveau de preuves scientifiques

« Il devient de plus en plus difficile pour eux de dire que l’hydroxychloroquine ne fonctionne pas », m’a dit Flavio Abdenur. Je re sortais d’une autre étude de l’étalon-or quand il m’a envoyé ce message.

Flavio est mathématicien. Il est titulaire d’un doctorat de l’Institut de mathématiques pures et appliquées (IMPA), a été professeur d’université et travaille maintenant avec l’analyse des données statistiques dans le secteur privé. Il fait partie d’un groupe de Brésiliens vertueux dont Watanabe fait partie. Dans ce groupe se trouvent des médecins, des biologistes, des virologues, des économistes, des mathématiciens et des statisticiens.

Ils ont décidé d’étudier les options de traitement en profondeur. Flavio a montré de l’intérêt pour l’étude du sujet par souci. « Mes parents font partie du groupe à risque », a-t-il dit.

Flávio a rassemblé ce graphique et l’a posté sur son facebook.  Transparent, il a également rendu le fichier disponible avec toutes les données pour ceux qui sont intéressés à approfondir.

 

Au sommet, des études qui donnent des résultats positifs aux patients. En bas, ceux qui donnent des résultats négatifs. Aucun d’entre eux ne donne de résultat négatif. Ils donnent tous des résultats positifs.

Oui, c’est vrai. Dans toutes les études « d’étalon-or », les patients recevant l’hydroxychloroquine ont eu un résultat plus élevé comparé au groupe de placebo.

Mais tous, isolés par les statistiques, donnent « lien dans la marge d’erreur », parce qu’ils sont peu de patients. Même avec certains avantages étant de valeurs élevées, comme les 37% dans la réduction des besoins d’hospitalisation de l’étude duskipper. Ou comme la réduction de 30% des décès dans l’étude mitja. C’est parce que tous ces scans randomisés sont assez petits. Leurs groupes ont tout au plus quelques centaines de patients chacun. Dans le jargon de la région, il s’agit d’études statistiquement « sous-alimentés ».

Et lorsqu’ils sont combinés, ils sortent de cette marge. C’est-à-dire, l’hydroxychloroquine est la monnaie qui, lorsqu’elle est jetée, tombe toujours du même côté. Toujours. Il n’y a plus la possibilité que les résultats soient « aléatoires ».

« Se souvenant que ces études randomisées n’utilisaient que le HCQ. Une longue et croissante série d’études observationnelles indique que, en combinaison avec d’autres remèdes, l’effet est plus fort, tant qu’ils sont utilisés tôt dans les symptômes », a déclaré Flavio.

Autre analogie à comprendre pour tout le monde : une course de deux voitures a été organisée. La voiture hydroxychloroquine et la voiture placebo. Le vainqueur n’est déclaré qu’après que la voiture qui mène complète 50 km.

La course a eu cinq départs. Mais le juge les a arrêtés tous les cinq après 10 km de voyage. Mais dans tous, lorsque l’interruption s’est produite, la voiture hydroxychloroquine était en tête.

Lorsque vous additionnez les cinq courses, la voiture hydroxychloroquine a complété les 50 km en tête.

 

C’est simple. Pour que quelqu’un regarde le tableau de Flavio et trouve une explication pour dire que l’hydroxychloroquine ne fonctionne pas, il est nécessaire d’être aussi créatif que les gens qui regardent la photo de notre planète et de trouver un moyen de continuer à dire que la terre est plate.

Le professeur Harvey Risch, de Yale, a fait une méta-analyse avec le même principe

 

La combinaison d’études pour une analyse générale est appelée méta-analyse. C’est le plus haut niveau de preuves scientifiques. Le professeur primé Harvey Risch deYale, l’une des universités les plus importantes au monde, ainsi que deux autres professeurs de renom, ont produit une étude avec le même principe. Ces scientifiques sont allés plus loin que Flavius et ont fait tous les calculs, pas seulement une explication graphique.

Il est également basé uniquement sur des études « étalon-or ». Objectif? Éliminez le dernier argument de ceux qui nient le fonctionnement du médicament.

 

Les listes de toutes les études sont à gauche, indiquant des avantages pour ceux qui ont pris le médicament. Lorsqu’elle est combinée, la marge d’erreur disparaît.

Et une curiosité: cette méta-analyse du professeur Harvey Risch est devenue virale sur les réseaux sociaux au Brésil. Ce fut le déclencheur pour les « agences brésiliennes de vérification des faits » d’exposer tout leur arsenal de stupidité infinie et de démontrer qu’ils osent contester ce qu’ils ne comprennent pas.

L’Agence Lupa a écrit: « Aucune étude en double aveugle et randomisée n’a jusqu’à présent prouvé l’efficacité du médicament comme prophylaxie ou traitement précoce de la maladie. Au contraire: une étude publiée dans les Annales de médecine interne, etcitée dans une telleméta-analyse, a démontré que le remède est inefficace pour traiter les personnes non hospitalisées.

Une autre agence, appelée « Aux faits », a montré la même ignorance lorsqu’on parle des études utilisées dans la méta-analyse. « Tous les cinq ont des conclusions qui vont à l’encontre de l’efficacité de la chloroquine, ont-ils dit.

Oui, c’est vrai. Aucune étude ne démontre à elle seule l’efficacité au-delà de la marge d’erreur, mais lorsqu’elle est combinée, le nombre de patients augmente et les études commencent à démontrer l’efficacité.

La note de texto de opinião cette agence a également donné un lien vers un texte d’opinion de Carlos Orsi, un auteur de science-fiction, publié sur le site d’un institut qui publie habituellement deux types de textes: contre l’hydroxychloroquine pour COVID-19, et en faveur du glyphosate, Monsanto, pour l’agriculture. Le glyphosate cause le cancer.

Et par les miracles que l’ère d’Internet génère, cet écrivain de science-fiction se sent assez qualifié pour dire que la méta-analyse est erronée. Dans le texte, Orsi appelait les scientifiques et les médecins charlatans.

« C’est un texte pathétique qui montre que l’auteur n’a aucune idée de ce qu’est une p-value ou une méta-analyse », a déclaré Daniel Tausk, professeur de mathématiques à l’USP, l’une des universités les plus prestigieuses en Amérique latine.

« Il semble que c’est une personne qui est habituée à certains débats trivial contre certaines pseudosciences bizarres et a fini par extrapoler l’attitude agressive qu’ils utilisent dans ces débats à des choses compliquées qui étaient en dehors du champ d’application de ce qu’ils pouvaient évaluer, at-il ajouté.

Professeur à Harvard a fait une méta-analyse similaire, à peu près la prophylaxie

Miguel Hernan, professeur à Harvard, ainsi que trois autres scientifiques espagnols, ont produit, dans le même principe de rejoindre les études de Harvey Risch et Flavio Abdenur, une autre méta-analyse.  Il s’agit de hcq randomisé comme prophylaxie. Il a également trouvé un résultat positif et statistiquement significatif pour les effets cliniques.

 

Cette étude, qui n’est pas devenue virale, n’est pas devenue la cible de « fact checkers ».

Une troisième méta-analyse, utilisant le même principe, arrive aux mêmes conclusions

Un groupe de scientifiques qui ont préféré produire anonymement, en raison du nombre varié de mises à pied, d’attaques contre la réputation et d’éventuelles réductions budgétaires futures, a produit une méta-analyse dans laquelle l’un des points se concentre uniquement sur des études randomisées, à double insu et contrôlées par placebo. produziu uma meta-análise

Si l’on ne compte que les études « d’étalon-or » en prophylaxie et en traitement précoce, les chances d’être « le travail du hasard » ne sont qu’une sur 100, ont-ils conclu.

À titre de comparaison, la norme de médecine « scientifiquement prouvée » est de savoir si la possibilité d’être aléatoire est d’un sur vingt. Cette barrière a été brisée à plusieurs reprises.

Dans le graphique, le même concept : toutes les études montrent des résultats positifs. Aucun ne montre de résultat négatif.

 

Aucune de ces méta-analyses n’est évaluée par des pairs ou publiée dans une revue de « facteur d’impact ». Apparemment, personne ne veut publier. C’est une affaire incendiaire. Mais à partir du moment où vous avez quatre groupes distincts qui font la même statistique, pratiquement avec la même méthode, et qui arrivent au même résultat, une étude représente l’examen de l’autre.

Personne ne s’est pointé, et il ne se montrera pas, expliquant que ces calculs sont erronés. Ce sont les maths et les statistiques. Tu ne peux pas crier contre les chiffres.

Par conséquent, quiconque nie ces méta-analyses est un négationniste de la science.

Soudain, les scientifiques qui n’ont pas prêté attention à la signification statistique des études ont commencé à en parler, mais sur les masques

Récemment, une étude sur l’effet des masques pour prévenir la contagion du coronavirus a été publiée. Ça vient de scientifiques danois. C’est un procès randomisé. 3 030 personnes ont été affectées au port des masques, 2 994 autres étaient le groupe témoin.

Le résultat de l’étude n’est statistiquement pas concluant : en soi, il ne suffit pas de montrer que l’utilisation de masques apporte des avantages significatifs pour éviter la contagion. Parmi ceux qui l’ont utilisé, 1,8 % ont été infectés. Parmi ceux qui ne l’ont pas fait, 2,1 % ont été infectés, mais la probabilité que le résultat soit aléatoire est élevée.

Eric Topol est médecin, scientifique et rédacteur en chef de medscape, l’un des sites médicaux les plus importants au monde. Il s’est toujours dressé contre l’hydroxychloroquine. Plusieurs fois.

Avec l’étude des masques ne soulignant pas scientifiquement les avantages, il devrait être se doit contre l’utilisation d’eux par la population, comme il l’a fait avec des études randomisées de l’hydroxychloroquine.

 

Soudain, Topol a analysé qu’une étude avec peu de patients n’apporte pas de résultats positifs, mais il semble, il est seulement en mesure de faire cette analyse sur les masques. « Sous-alimenté », at-il dit.

Et la chose sensée, avec ces résultats, n’est pas de commencer une guerre pour interdire l’utilisation de masques par la population, mais d’attendre plus d’études avec plus de patients. Il devrait probablement avoir un résultat positif. Environ 15 à 20% dans la réduction des contagions.

Les scientifiques ont déjà compris ce qu’il faut faire pour que l’hydroxychloroquine fonctionne aussi chez les patients grièvement blessés

Université de Cordoue

Une grande partie de la confusion des médias est que l’immense partie des études faites avec l’hydroxychloroquine, avec ou sans la combinaison avec l’azithromycine, s’est produite chez des patients gravement hospitalisés, beaucoup aux soins intensifs, contrairement à l’idée initiale de Didier Raoult de l’application de médicaments au début des symptômes.

Chez les patients critiques, aujourd’hui, le jour où j’écris cet article, le 24 novembre, il y a 92 études. Seuls 71,7% d’entre eux donnent des résultats positifs.

En outre, chez ces patients déjà atteints d’une maladie avancée, hospitalisés, l’effet sur la mortalité est modeste, environ 20%. C’est pourquoi il y a une contradiction dans ces études. Certains signalent des effets positifs et d’autres signalent des effets négatifs.

En revanche, chez les patients au début des symptômes, nous avons 23 études. Et ils rapportent tous des résultats positifs pour les patients. C’est unanime.

Cependant, dans deux études portant sur un nombre critique de patients, les scientifiques ont inclus de nouveaux médicaments, également génériques et bon marché, qui ont amélioré l’effet de l’hydroxychloroquine. Dans ces études, les résultats ont été spectaculaires. Et par coïncidence, bien sûr, ces résultats ne sont pas devenus des nouvelles dans les médias grand public, youtubers scientifiques ou des sites d’information scientifique.

Le premier est venu d’Espagne, l’Université de Cordoue, produite par l’équipe dirigée par la scientifique Marta Castillo. Il s’agitd’un essai randomisé, mais au lieud’être un placebo, la moitié a reçu de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, et l’autre moitié a reçu de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine et du calcifediol, qui est une vitamine D absorbante plus rapidement par l’organisme.

Ceux qui ont reçu le cocktail avec du calcifediol, 2% ont dû aller aux soins intensifs. Parmi ceux qui n’ont pas reçu le cocktail complet, 50 % sont allés aux soins intensifs. Une différence impressionnante. Il a généré une réduction de 89,5% du nombre de décès chez les patients atteints d’une maladie avancée.

 

La deuxième étude avec de bons résultats chez les patients grièvement blessés est venue d’Iran. Il a été produit par l’équipe dirigée par Khalil Ansarin del’université de Tabriz, l’une des plus anciennes du pays. Chez 39 patients hospitalisés, l’hydroxychloroquine et le bromhexine, un autre médicament bon marché et générique. Chez 39 autres patients, à titre de comparaison, seule l’hydroxychloroquine.

Sur les 39 personnes qui ont reçu le cocktail complet, une seule a été intubée et personne n’est mort. Sur les 39 personnes qui n’ont reçu que le HCQ, neuf ont été intubées et cinq sont décédées. Une découverte très encourageante de la science iranienne. En Chine, ils ont répété l’expérience avec des résultats similaires.

Deux randomisés avec une signification statistique dans les études elles-mêmes, mais dans les éditoriaux scientifiques des grands journaux, et le Medscape de Topol, un silence assourdissant demeure.

Chaque pays où l’hydroxychloroquine est utilisée à grande échelle, meurt moins de gens, mais le médicament ne fonctionne pas

C’est plus un cours de sciences fondamentales. Lorsque vous répétez l’expérience et générez le même résultat, vous avez la preuve scientifique.

C’est l’une des études les plus intéressantes jamais faites. C’est par le même groupe de scientifiques qui préfèrent l’anonymat par crainte de représailles.

 

Il s’agit d’une référence croisée des données de nouvelles provenant de pays qui utilisent le médicament avec le nombre de décès. L’hydroxychloroquine est une politique de l’État dans de nombreux pays, leurs scientifiques et autorités la recommandant.

« Le groupe de traitement a un taux de mortalité inférieur de 69,9 % »,ont conclu les scientifiques dans le dernier examen du14 novembre. C’est une recherche à garder dans les favoris. Il est toujours mis à jour avec de nouvelles données.

Newsguard, l’agence américaine de vérification des faits, également composée d’incompétents, a tenté de disqualifier l’étude en utilisant l’absence du Brésil comme exemple. Il a été rapidement combattu par moi.  Au Brésil, l’utilisation de la drogue est faible. Une information même confirmée par une récente enquête, publiée à Folha de S. Paulo, le journal le plus important du Brésil.

Il ya deux conclusions possibles, sans plus d’options: la première est que le médicament fonctionne. La seconde est que les virus lisent des signes et respectent les frontières, ce qui semble moins probable.

Une analyse statistique à l’U:00: états où les lois permettent aux gens d’avoir accès à la médecine, moins de gens meurent

Hal M. Switkay,PHD en mathématiques, a fait de la science pure. Inspiré par l’étude de l’utilisation par les pays, il a croisé les décès par rapport aux lois de chaque État par rapport à l’hydroxychloroquine. Certains États créent des difficultés pour les médecins à prescrire, d’autres pas.

Toutes les lois sont liées au site Web de Frontline Doctors aux États-Unis..

 

Switkay a fait le calcul le 16 août.  C’est une image des données et des lois de l’époque. « Chaque niveau supplémentaire de restriction hcq ajoute environ 37% en moyenne à la mortalité par coronavirus, at-il dit.

La différence de mortalité entre les états verts, où la prescription est plus libre, par rapport aux États en rouge, où il est plus difficile, était de 72% ce jour-là.

Des lois qui permettent au médecin de prescrire avec la mortalité, qui a besoin d’une étude randomisée à double indentalité publiée dans une revue majeure « impact » pour conclure que cela fonctionne? COVID-19 n’est pas une maladie rare. C’est une maladie de millions de personnes.

Vous ne trouverez cette analyse dans aucune revue scientifique. Pas votre écrivain scientifique préféré ou votre Youtuber préféré qui parle de science.

Comment écrivez-vous sur ces calculs et terminez-vous le texte en disant qu’il n’y a pas de preuves scientifiques? Je peux pas. Il est nécessaire de posséder une créativité de Julio Verne. C’est une chose rare.

Aux États-Unis, plus l’électeur a de colère de Trump, plus il a de chances de mourir de COVID-19

 

Le Maroc est le chef-d’œuvre des études scientifiques de cette pandémie. Parmi tous, c’est le hors-concours. Je crois que je suis l’un des meilleurs candidats pour le prix IgNobel. 

Cependant, c’est aussi une preuve de l’exploitation de l’hydroxychloroquine.

Il s’avère que la pandémie se produit dans le monde entier et que des données sont à la disposition des scientifiques de tous les continents. Tout le monde pense à l’approche qu’ils jugent la meilleure. Certains ont fait des études inhabituelles. Ce fut le cas des professeurs Elbazidi et Erraih, d’une université également au nom inhabituel : l’Université de Tofail. Oui, c’est vrai, le nom est le même, voici le lien.

En regardant à travers les États-Unis, le monde entier a été étonné quand il a découvert qu’un homme, peu de temps après l’annonce de Trump, tout en allant après la chloroquine, est allé dans une animalerie, a acheté un produit propre aquarium qui contenait de la chloroquine dans la formule, l’a pris et est mort. Cela a même conduit la FDA à demander aux animaleries d’arrêter de vendre le produit.

Dans la foulée, la population mondiale a été surprise de voir Trump proposer un désinfectant pour lutter contre le coronavirus et a vu plus de 100 personnes en état d’ébriété.

Dans ce contexte, la planète a conclu que la moitié de la population américaine, les électeurs du Parti républicain, sont stupides.

Cela s’est poursuivi jusqu’à ce qu’Elbazidi et Erraih, ces deux légendes de la science, recoupent les données de popularité et de mortalité de Trump dans chaque État américain.

Les électeurs démocrates ont associé le traitement à l’hydroxychloroquine à Trump, pas à Didier Raoult.

Résultat? Dans les États où la popularité de Trump est plus élevée, plus les chances que les patients prennent des médicaments et guérissent, et dans les États où la popularité de Trump est faible, moins les patients sont susceptibles d’être médicamentés. « La lucidité est de plus en plus un sport d’élite que peu de gens pratiquent », ont conclu les enseignants.

« L’acceptation d’un traitement basé sur le HCQ est fortement liée à l’approbation de Trump », ont-ils écrit. « Constatation surprenante: il existe une forte corrélation entre le degré d’approbation de M. Trump et le taux de mortalité. Plus précisément: Aux États-Unis, plus vous approuvez Trump, moins vous êtes susceptible de mourir de Covid19.

C’est-à-dire que les Marocains correspondaient aux deux côtés. Ils ont scientifiquement prouvé que les électeurs de Biden sont venus au point de mourir de rage de l’homme orange. Littéralement.

C’est lié. Hydroxychloroquine fonctionne et vous ne verrez pas cette étude dans les médias principaux.

Ce n’est pas de la science, c’est de la politique, idiot !

De la série d’études que vous ne verrez pas dans les médias grand public, c’est l’un des plus intéressants.  C’est aussi un journalisme d’investigation de haute qualité. Cela prouve définitivement que la science lorsqu’elle est politisée cesse d’être une science et devient un gaspillage scientifique.

L’article scientifique est écrit par Andrew Berry du Larkin Community Hospital de Miami, aux États-Unis, et quatre autres scientifiques. Aujourd’hui, il ya déjà plus de 150 études sur ce médicament, il est déjà possible de recueillir des statistiques.

Ils ont décidé de recouper les résultats de chaque étude sur l’hydroxychloroquine avec des dons de scientifiques à des partis politiques.

La première conclusion est que nous les études sur ce médicament sont plus susceptibles de donner des résultats négatifs. 57,4% aux Etats-Unis contre 33,2% dans le reste du monde.

L’autre conclusion est que si les auteurs des études données au Parti démocrate, l’opposition à Donald Trump, qui a promu le médicament, la probabilité qu’ils produisent une étude négative pour l’hydroxychloroquine est augmenté de 20,4%.

Parmi les articles de revue éditoriale aux Etats-Unis sur HCQ, 50% étaient négatifs, 45,5% neutres et seulement 4,5% positifs.

Cependant, lorsque les auteurs ont une histoire de don au Parti démocrate, 85,7% ont pris position contre l’hydroxychloroquine.

C’est la science que si je me pose la question, un idiot essaie de me classer comme « négationniste » ?

« Malheureusement, le climat politique persistant a rendu impossible toute discussion objective de ce médicament », a déclaré un éditorial dans les États-Unis Henry Ford Health Systems, quiproduisait des études avec des résultats positifs pourl’hydroxychloroquine.

 

Peu avant les élections américaines, le New England Journal of Medicine, qui n’a pas encore répondu à Watanabe, Luco, Wiseman, Yang et Birnbaun, a publié un éditorial. « Mourir dans le vide du leadership. »

Le texte qui qualifie les autres de « charlatans » et appelle à des conséquences juridiques pour les responsables de la tragédie a été signé par les 32 rédacteurs en chef du magazine. Il s’élève contre Trump, qui a promu la drogue.

 

Selon l’enquête, 14 des 32 éditeurs ont déjà fait des dons politiques au Parti démocrate, l’opposition à Trump. Aucun d’entre eux n’a fait de dons au Parti républicain.

La science montre une grande coïncidence: plus vous avez reçu d’argent de Gilead, plus vos opinions contre l’hydroxychloroquine

La plupart des gens savent déjà que Didier Raoult est l’un des plus grands spécialistes mondiaux des maladies infectieuses.

Ce que personne ne savait jusqu’à présent, c’est que Raoult est aussi un excellent journaliste d’investigation. Peut-être l’un des meilleurs d’Europe.

Il a produit, avec un autre scientifique, Y. Russel, l’un des plus grands trous journalistiques de la pandémie.  Mais malgré cela, il n’a pas fait de nouvelles dans les médias grand public.

Il a fait sous la forme d’un article scientifique et a été publié dans une revue scientifique. Les deux ont vérifié l’opinion publique des experts de l’organisme Français CMIT — Conseil des professeurs en maladies infectieuses et tropicales, sur le traitement du COVID par hydroxychloroquine.

Ils ont interrogé et constaté que seulement 13 des 98 membres de la CMIT n’ont reçu aucun avantage, compensation ou accord de Gilead Sciences, le fabricant de Remdesivir, au cours des dernières années.

C'est une surprise. Plus les experts gagnaient d’argent auprès de Gilead, plus leurs opinions sur l’hydroxychloroquine étaient défavorables. Les neuf experts aux opinions « très défavorables » ont obtenu en moyenne 26.950 euros de Gilead.

Dans l’enquête, seulement huit de ces 98 spécialistes étaient très favorables au traitement par hydroxychloroquine. Le montant moyen reçu par eux de l’industrie pharmaceutique était de 52 euros. Certains de ces « très favorables » n’ont rien reçu.

Après tout, Didier s’amuse à écrire. Il a cité la célèbre phrase de l’économiste Milton Friedman : « Il n’y a pas de déjeuner gratuit. »

Ma conclusion est que s’il ya quelqu’un là-bas avec des opinions extrêmement défavorables sur l’hydroxychloroquine sans leurs poches pleines, ils sont un idiot.

Les études des Noirs n’ont pas d’importance

Les études noires n’ont pas d’importance

 

La discussion sur l’hydroxychloroquine est intéressante. Il y a toute une explication de la signification statistique, des méta-analyses, des différences entre les études observationnelles et les études « étalon-or ».

Au milieu de cette époque, un autre médicament se pose, également générique bon marché: l’ivermectine. Et dès la première étude, un randomisé a été fait. Ce n’est pas l’étalon-or de 18 carats. Mais c’est de l’or. Et ils ont déjà eu des résultats statistiquement significatifs dans l’étude elle-même.

C’est à propos de l’ivermectine. Fabriqué par Waheed Shouman del’Université zagazig en Egypte. La prophylaxie post-exposition était à l’étude.

À partir du moment où les gens ont été identifiés avec covid positif, ils pouvaient transmettre à leurs familles dans leurs maisons. Pour les membres de ces familles a donné le médicament. Dans l’autre bras, il n’y a pas eu d’intervention. La réduction du nombre de cas chez les personnes prenant de l’ivermectine était de 91 %. Un nombre impressionnant.

La deuxième étude était également un ECR. Il y avait 183 dans le groupe de traitement et 180 patients de contrôle. Fabriqué par Reaz Mahmuddu Dhaka College au Bangladesh. Il y a eu une réduction de 85 % du nombre de décès. La progression de la maladie a chuté de 55 %. C’était une double thérapie, avec de l’ivermectine et de la doxycycline.

La troisième étude est venue d’Irak. Dirigé par le scientifique Hashim A. Hashim de l’hôpital Alkarkh à Bagdad. Il a également été randomisé et contrôlé. Dans ce cas aussi avec la doxycycline. Il y avait 70 patients dans chaque groupe. Les décès ont diminué de 66 % chez les patients qui ont commencé le traitement alors que la situation était déjà critique. Pour ceux qui ont commencé un peu plus tôt, une réduction de 90% des décès.

Une quatrième étude est venued’Iran, menée par l’équipe du scientifique Morteza Shakhsi Niaee. « Gold standard » complet. Essai randomisé, à double insu et contrôlé par placebo de l’ivermectine chez les patients hospitalisés. Mortalité de 18,3% dans le groupe placebo et de 3,3% dans le groupe de traitement.

Un succès absolu. Beaucoup de « gold standard », générant des preuves scientifiques du plus haut niveau de preuves. Il devait faire la couverture de tous les journaux du monde. Mais ils sont tous tombés dans la spirale du silence. Vous ne verrez pas de nouvelles sur même les sites scientifiques.

De l’histoire que j’ai apprise depuis mars, je sais ce qui peut arriver si l’information sur l’ivermectine commence à devenir virale sur les réseaux sociaux aux États-Unis et en Europe: ils feront une étude disant que c’est « plus étalon-or » que les autres, donnera une dose au cheval et seulement au moment de l’onction extrême.

Et ce sera publié dans certains « magazine d’impact », en plus de tourner des nouvelles dans tous les journaux: « ne fonctionne pas », sera le titre.

Et ceux qui s’interrogent seront taxés comme des « négationnistes de la science ».

Avec l’hydroxychloroquine, nous n’avons probablement pas besoin du vaccin pour éradiquer covid-19

La prophylaxie à l’hydroxychloroquine a d’excellents chiffres. Dans une étude menée en Inde,   Mahesh Kumar Goenka et son équipe des hôpitaux Apollo Gleneagles,un centre médical renommé en Asie, ont montré que la possibilité d’une utilisation massive du médicament peut réduire la vitesse de la pandémie et prévenir les décès.

 

Parmi les 885 professionnels de la santé qui n’ont pas reçu d’hydroxychloroquine, 12,29 % ont été infectés. Parmi ceux qui ont reçu la dose définie pour être juste, 400mg par semaine, pendant au moins six semaines, seulement 1,30% a été infecté. Le potentiel de transmission réduite du virus est immense.

Un autre, également del’Inde, également avec des professionnels de la santé, a obtenu les mêmes résultats. C’est de Sheila Samanta Mathai et d’autres scientifiques de l’hôpital de la marine indienne. Ils ont constaté une réduction de 88,5 % des cas symptomatiques utilisant le médicament dans la prophylaxie pré-exposition. L’étude rétrospective a impliqué 604 personnes.

Parmi les études positives, il y en a une qui a été « oubliée » par la communauté scientifique. Il a été publié dans un magazine à comité de travail sur le « facteur d’impact », avec tout ce qui est juste, mais qui est tombé à l’eau. Il parle aussi de prophylaxie.

Il a été fabriqué en Chine et est sorti dans le Lancet. C’est du professeur Jixin Zhong et de son équipe. La recherche a eu lieu dans la province de Hubei chez des patients atteints de maladies rhumatismales. Ces patients prennent ce médicament sur une vie quotidienne. Ils ont constaté une réduction de 91% des cas.

Avec tant de prophylaxie positive et de résultats de traitement, le Professeur Christian Perrone de France a conclu dans une interview avec Jean-Pierre Kiekens qu’avec un traitement approprié « on peut facilement arrêter une pandémie ».

 

Regardez ici.

Wikileaks révèle: Anthony Fauci était ravi d’entendre le discours d’Hillary Clinton

 

En 2012, quatre ans avant l’élection de Donald Trump, qui a longtemps promu l’hydroxychloroquine, Anthony Fauci s’est dit ému d’entendre un discours d’Hillary Clinton, l’une des figures de proue du Parti démocrate, opposée à Trump.

« Très rarement un discours m’amène aux larmes, mais celui-ci l’a fait », a déclaré Fauci dans un courriel divulgué.  « S’il vous plaît dire à la secrétaire que je l’aime plus que jamais, at-il ajouté.

Le discours était sur la « santé mondiale ». Ça devait être vraiment bien. J’avais l’habitude d’imaginer que rien ne pouvait surmonter Toy Story 3.

Une question de 21 milliards ou près de 1 000 milliards de dollars

En plus des études interrompues de l’étalon-or que j’ai montrées au début de l’article, il y en avait une qui reproduit exactement le protocole d’hydroxychloroquine et d’azithromycine de Didier Raoult au début du traitement.

Il a été annoncé à la mi-mai. Deux mois après que Raoult ait publié son protocole et ses résultats, comme si personne n’était pressé. « Mieux vaut tard que jamais. Anthony Fauci reprend conscience », a déclaré Raoult à la date de l’annonce.

 

Cet essai clinique n’a pas été annulé lorsque la fraude lancet était en place, comme les autres, mais quelques semaines plus tard.  C’était niaid — National Institutes of Health, un organisme gouvernemental américain.

Le Dr Anthony Fauci est directeur de cette institution.

La demande d’annulation ? Peu d’abonnés. La planification initiale devait avoir 2000 patients. Seulement 20 d’entre nous se sont portés volontaires. Un grand contraste avec les bénévoles pour les vaccins qui ont même des dizaines de milliers d’abonnés.

 

Avec 2000 patients, n’étant pas une étude sous-surdimensionnée, et avec l’effet le plus fort sur la maladie quand il s’agit d’une double thérapie, il n’y aurait aucun doute sur les résultats. Ce serait statistiquement significatif.

La question la plus inquiétante de cette pandémie est la suivante : pourquoi personne n’a-t-il fait une étude « étalon-or » avec l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dans les premiers traitements et chez les patients à risque?

Oui, c’est vrai. Nulle part dans le monde personne n’a fait une étude « étalon-or » chez les patients à risque, c’est-à-dire plus de 60 ans, avec le protocole Raoult, où il atteint 0,6% de mortalité.

Peut-être celui qui nous donne la réponse à cette question est James Todaro,un médecin américain. Il a écrit un article avec le titre suivant: "Gilead: Vingt et un milliards de raisons pour discréditer l’hydroxychloroquine« .

Todaro a également écrit sur les gains et les pertes sur les bourses et a raconté quelques coïncidences: en France, l’hydroxychloroquine a été vendu dans les pharmacies sans ordonnance pendant des années. Au début de 2020, il est devenu « toxique » par la classification du gouvernement, créant un obstacle à son achat.

« Pourquoi l’hydroxychloroquine -- un médicament utilisé en toute sécurité depuis plus d’un demi-siècle -- a-t-elle été agressivement étiquetée dangereuse, alors qu’un médicament qui s’est avéré inefficace pour l’hépatite C avec un profil de sécurité inconnu a été approuvé? », demande Todaro, après avoir évalué les progrès et les bas des actions de Gilead à chaque moment de la pandémie.

« Peut-être aucune autre entreprise n’aura plus à gagner dans un avenir immédiat de la défaillance de l’hydroxychloroquine que Gilead, at-il dit. James a également démontré comment l’entreprise finance qui, y compriscontribuer deux fois la valeur de pays commel’Espagne et douze fois plus que le Brésil.

En outre, il a expliqué le pouvoir de lobbying des industries pharmaceutiques par rapport au gouvernement américain. Cette branche des affaires gasta avec lobbying officiel plus du double de celle de l’industrie pétrolière, qui est l’un des plus grands facteurs de motivation des conflits de guerre avec les pays producteurs pour la mise en œuvre des démocraties dans ces pays.

Une autre personne qui fournit des indices sur l’interruption des études est le Dr Lee Merritt. Elle a fait quelques considérations intéressantes sur l’histoire de la médecine dans son article.

Merritt commence par parler d’un dogme existant : « Depuis que j’ai commencé l’école de médecine en 1976, jusqu’en 2020, j’ai entendu le dogme selon lequel les maladies virales ne sont pas traitables (à quelques exceptions près, comme les antiviraux contre le VIH/sida) ».

Elle commente l’interdiction de l’hydroxychloroquine dans de nombreux États américains et fait une comparaison. « Comme je le sais, ni les gouverneurs ni les conseils des pharmacies n’ont jamais interdit les médicaments légaux , pas même les opioïdes comme l’Oxycontin, qui causent environ 30 000 décès par année. »

Le médecin a posé une question qui coïncide avec la pensée du professeur Perrone. « L’industrie croissante des vaccins a-t-elle été construite au détriment de la vie des patients? »

« À l’ère des énormes profits des vaccins, il est devenu le premier choix pour toutes les maladies », a-t-il noté.

Des rapports récents de Reuters rapportent que Pfizer fait une demande de permis d’utilisation d’urgence aux autorités américaines. Les nouvelles suggèrent qu’un autre vaccin, de Moderna, fera également bientôt.

Le site Web du gouvernement de la FDA nous informe de la loi. Les permis d’urgence se produisent lorsqu’il n’y a pas d’autres solutions.

Le seul argument qui reste pour ceux qui souhaitent continuer à affirmer qu’il n’y a aucune preuve scientifique du fonctionnement de l’hydroxychloroquine

 

Dans cet article, j’ai déjà montré que nous avons des cas anecdotiques, des études observationnelles, des études randomisées randomisées, à double insu, non corrigées contrôlées par placebo, des méta-analyses, des études statistiques par pays, par idéologie, par états américains. Tous montrant des résultats positifs pour l’hydroxychloroquine.

Il n’y a plus d’arguments rationnels dis-le qui ne fonctionne pas. Il n’y a pas d’autre moyen de le prouver.

Toutefois, comme je l’ai dit au début du texte, il y a, oui, un argument pour ceux qui souhaitent continuer à dire qu’il n’y a pas de « preuves scientifiques » : c’est-à-dire qu’aucune étude positive du RCT n’a été publiée dans de prestigieuses revues médicales.

En fait, ces magazines ont publié exactement le contraire. Aujourd’hui, début novembre, jama, l’une des revues médicales les plus respectées, a publié un éditorial. «Abus d’hydroxychloroquine pour COVID-19« .

Peu après la fin du texte, des informations importantes sur l’auteur: « Dr Saag a déclaré les subventions versées à son institution par ViiV Healthcare et Gilead Sciences ». En lisant ça, j’ai ri. Et j’affirme que les arguments du Dr Saag n’ont pas été en mesure de changer mon option de prendre ces médicaments s’il contractait le virus.

Et il n’y a pas que Jama, le New England Journal of Medicine a publié un contenu similaire. Lancet aussi.

Mais dans le même temps, les éditeurs des magazines m’ont déjà dit de ne pas faire confiance aux revues scientifiques designer.

Dans un article paru en 2005, Richard Smith, un scientifique qui a été rédacteur en chef de bmj pendant 25 ans, a expliqué que «lesrevues médicales sont une extension de la branche marketing des compagniespharmaceutiques».

Richard a commenté une citation de Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, qui,en mars2004, a déclaré : « Les journaux ont évolué vers des opérations de blanchiment d’information pour l’industrie pharmaceutique. »

Il a également commenté Marcia Angell, ancienne rédactrice en chef du New England Journal of Medicine, quia critiqué l’industrie pharmaceutique pour être devenue « essentiellement une machine de marketing » et avoircoopté « toutes les institutions qui pourraient se mettre sur leur chemin ».

Smith a donné encore plus d’exemples. Il a parlé de Jerry Kassirer, un autre ancien rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, quia soutenu que l’industrie« détourné la boussole morale de nombreux médecins. »

Mais la question est la suivante: la vérité scientifique publiée dans une revue « impact » ou la vérité scientifique est-elle simplement la vérité scientifique?

Ce texte est long parce que j’avais besoin de démanteler tous les arguments, un par un, de ceux qui disent qu’il n’y a aucune preuve.

Cependant, la vérité scientifique est vraiment simple. Un exemple est l’ardoise de Brian Procter. C’est un docteur en Amérique. Il traite tous ceux qui frappent à sa porte avec de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine et quelques médicaments de plus dans son protocole, comme des vitamines.

L’ardoise est dans votre bureau. Chaque fois qu’il y a mise à jour, il poste une nouvelle photo sur son Twitter.

 

Le 14 novembre, 754 patients ont été traités, 11 hospitalisés et un seul est mort. C’est vrai, je vais obtenir Juste un mort. La simple ardoise de Procter est, et a toujours été, la confirmation scientifique de l’exploitation de l’hydroxychloroquine. C’est aussi simple que ça. Et je me souviens qu’il n’y a pas d’examen par les pairs qui puisse faire en sorte que les morts deviennent vivants ou vivants pour mourir.

J’ai donc une question : à qui dois-je faire confiance pour faire mon choix ? Dans les documents médicaux « impact » ou sur l’ardoise du Dr Brian Procter?

Quelque chose me dit que je dois croire l’ardoise de Procter au détriment du Lancet, qui poste les données de l’actrice.

Et les confirmations sont simples de toute façon. A São Paulo, Prevent Senior, un gigantesque plan de santé avec 25% de la population âgée de la région comme client, a annoncé fin mars qu’il traiterait tous les patients avec le protocole marseillais.

Maintenant, en Septembre, l’un des médecins plan de santé a donné une interview à une chaîne presque inconnue sur Youtube. Il a dit qu’à partir du moment où ils ont mis en œuvre le protocole, au début d’avril, ils sont passé de 350 patients simultanés hospitalisés par COVID à seulement 60. En outre, le PDG de l’entreprise a récemment déclaré que moins de personnes sont mortes cette année qu’en 2019, quand il n’y avait pas de pandémie, même avec le Brésil passant à 200.000 morts.

À qui dois-je faire confiance? Dans l’interview du médecin sur une chaîne Youtube sans importance ou dans le New England Journal of Medicine qui a également publié un article avec des données de l’actrice?

Je peux passer des heures et des heures à cataloguer les résultats pratiques de la confirmation scientifique, comme la ville de Porto Feliz,dans l’État de São Paulo, au Brésil, qui, par rapport à la mienne, a près de 80% moins de morts, avec plus ou moins la même quantité d’infectés.

Le maire de Porto Feliz, le Dr Cássio, est un passionné de traitement précoce. Il a implanté le traitement dans toute la ville. À la télévision et dans les grands médias, il a été accusé d’être un charlatan. Il n’y a pas si longtemps, nous avons eu des élections à la mairie. Ils ont appelé les gens à donner leur avis. Il a été réélu avec 92,10% des voix.

L’économiste Vladimir Vale a généré plusieurs graphiques en plus des données officielles.

 

Dans ce graphique, toutes les villes avec une population comprise entre 40 et 60.000 habitants dans l’État de São Paulo. Tous ont une structure de santé publique similaire. A gauche, le taux de létalité parmi ceux confirmés par pcr positif. En jaune, les villes de la même région. En rouge, Happy Harbor.

Ou je peux parler des preuves scientifiques de Sertãozinho-SP, qui a vu ses soins intensifs vides après qu’il a commencé à appliquer les médicaments. Ou la ville de Janaúba, à l’intérieur du Minas Gerais, où le maire a déclaré qu’il « a réussi à contrôler l’évolution de la maladie et arrêter les décès », la possibilité expliquée par le professeur Perrone, de la France.

Ou à Marseille, où Didier Raoult a montré un graphique expliquant qu’ils sont morts moins âgés cette année que l’an dernier.

 

Eh bien, si l’on veut s’accrocher à l’impact des magazines, comme si la vérité scientifique n’existait que si elle est publiée en eux, par moi, c’est très bien.

Cependant, c’est un négationniste de la science.

À l’heure actuelle, il y a le plus grand black-out journalistique de l’histoire de l’humanité

C’est beaucoup plus facile à comprendre que quiconque ne l’imagine. Chaque journal a son rédacteur scientifique. Les journalistes de cet éditorial sont, dans la grande majorité du temps, des journalistes ringards, des aficionados de films comme Star Wars et avec peu de notion de réalité. Beaucoup sont des scientifiques frustrés qui croient qu’ils ont trouvé un endroit où ils sont finalement évalués.

Ils n’écrivent pas sur la science. Ils sont, en fait, éblouis par la science. Les éditeurs les considéraient toujours comme des écrivains de divertissement. Ses textes sont généralement publiés les jours où les journaux ont peu de publicités. La plupart de ces professionnels ne comprennent toujours pas cela.

Passe-temps favori ? Promenez-vous dans la salle de rédaction en se moquant d’une autre section que le rédacteur en chef a toujours considéré comme un divertissement: l’horoscope. « Le journal publie la pseudoscience », disent-ils, comme une pose de vainqueurs, comme si quelqu’un, en plus des adolescents amoureux, a pris l’influence des étoiles au sérieux.

Un autre éditorial à partir duquel ils passent loin et traitent du dédain est le sport. « Quel ridicule vingt-deux hommes qui courent après une balle », disent-ils avec un sourire. C’est comme ça. Je connais ces gens. J’ai travaillé dans la salle de rédaction d’un grand journal.

« Le gaz se trouve dans l’atmosphère de Vénus et la planète peut avoir la vie », dit le titre des nouvelles de l’éditeur de la science. « On trouve des poissons brillants avec des ailes à 4 000 mètres de profondeur dans l’océan Atlantique », dit un autre.

Wall Street a augmenté ou baissé quand ils ont trouvé de l’essence sur Vénus ? Combien de milliards de dollars de contrats ont été conclus avec plusieurs pays en raison de cette nouveauté? Si un autre scientifique s’assoit qu’il ne s’agit pas de gaz, mais de poussière, tous les contrats sont-ils menacés? Non. Il ne fait aucune différence significative le gaz venus.

Tout comme il ne fait aucune différence si oui ou non le poisson brillant a des ailes. Personne ne se soucie si quelqu’un dit que les ailes du poisson ont été évaluées par des pairs. Tout comme personne n’est menacé de mort pour avoir dit que le poisson n’a pas d’ailes, ce qui entrave le marché d’un milliard de dollars pour les poissons brillants.

De temps en temps, certains sujets sont retirés de l’éditorial scientifique et passent à la responsabilité des vrais journalistes. C’est le cas de la déforestation de l’Amazonie au Brésil. S’il était sous la responsabilité des diffuseurs scientifiques, ils discuteraient des mégapixels des caméras satellites et des trajectoires orbitales, émerveillés par les vidéos des lancements de fusées.

Sous la responsabilité des journalistes d’investigation, ces choses spatiales n’ont pas d’importance. Ce qui importe, ce sont ceux qui tirent profit de la déforestation : les prospecteurs, l’agro-industrie qui met le feu à la forêt et le gouvernement qui a l’air aveugle. Les Indiens qui sont massacrés comptent aussi.

Avec des conversations sur les « cellules », la « tempête de cytokine », les tests in vitro, « l’examen par les pairs » et l'« édition d’impact », les connaissances de base et presque inutiles pour produire des rapports sur ce sujet, ces personnes ont réussi à convaincre les éditeurs qu’ils devraient produire des nouvelles d’une industrie d’un billion de dollars. Ainsi, très peu de journalistes d’investigation couvrent la question.

Craignant d’être appelés astrologues et négationnistes, ces diffuseurs scientifiques ne savent pas remettre en question. Ils ne jouent que des communiqués de presse et fabriquent du contenu consensuel.

La contre-preuve de ce que je dis est l’absence de couverture sur la probabilité plus élevée d’un spécialiste d’être contre l’hydroxychloroquine s’il recevait des valeurs et des cadeaux de Gilead. C’est une bombe. Cherchez ce titre dans les grands journaux, vous ne le trouverez pas. Et aucun journaliste sérieux au monde n’est en mesure de dire que ce n’est pas une question d’intérêt public.

Cependant, cet échec de la presse traditionnelle à couvrir correctement l’hydroxychloroquine coûtera cher à l’humanité. À l’heure actuelle, parmi les médias qui peuvent être considérés comme « moyens », avec une pénétration dans leur pays, seuls France Soir de France et Sky News d’Australie ont produit des rapports d’enquête sur les pouvoirs forts qui influencent la science. Maintes et maintes fois, Fox News, usa, interviewe quelqu’un qui conteste le « consensus ».

Le reste produit une lacune absolue en matière d’enquête. Et cela s’est produit à un moment crucial, de la vie ou de la mort, de la presse traditionnelle. Le documentaire effrayant et excellent "The Dilemma of Networks« , disponible surNetflix, montre que les algorithmes du réseau ont créé des vérités personnalisées.

Dans ce contexte, le manque de couverture honnête sur le sujet dans la « sphère de sécurité » des grands journaux nous conduira à une nouvelle vague d’extrême droite populiste, traditionnellement anti-science et anti-vérité, dans tout l’Occident.

Les négationnistes de la réalité se sentiront habilités. Tout cela en raison d’une chute imminente de la crédibilité de la « science », politisée et monétisée, ainsi que d’une presse en sommeil profond qui n’a pas appris à remettre en question.

Dans le même temps, la gauche occidentale réagit simplement aux lignes démagogiques de Trump et Bolsonaro comme chiens de Pavlov, sans critique et sans se rendre compte qu’elle est devenue un instrument de défense des « ténèbres ». Les deux dirigeants chauves, même sans avoir pris de mesures concrètes en faveur du traitement, mais produisant des scènes flashy bon marché, à l’image du public, seront élevés au poste de visionnaires.

Didier Raoult dans une de ses récentes interviews a enseigné la voie à la presse. Il a demandé à un journaliste d’investigation, et non à un journaliste scientifique, d’interroger les personnes qui ont décidé d’arrêter les études « gold standard » en France: « J’aimerais que les journalistes d’investigation interrogent les responsables de ces tests et leur demandent: pourquoi les avez-vous interrompus, quelle est la base scientifique alors que les résultats préliminaires étaient en faveur de l’hydroxychloroquine ? ».

« En proie à des études avec de petits échantillons, des effets minuscules, des analyses exploratoires invalides, et des conflits d’intérêts flagrants, ainsi que l’obsession de suivre les tendances de la mode d’une importance douteuse, la science s’est transformée en obscurité », a déclaré Richard Horton,rédacteur en chef du Lancet, en 2015.

Je vais répéter, « un tour vers le noir. » J'ai pas dit ça. C’est le rédacteur en chef du Lancet. Et c’est exactement cette obscurité qui est défendue par les médias avec engagement, craignant de donner la parole à ceux qui ne sont pas d’accord et d’être classés comme « anti-science ».

Parce que l’hydroxychloroquine va gagner la bataille des récits

 

Le 29 octobre 2018, un Boeing 737 Max de Lion Air, une compagnie indonésienne, s’est écrasé en mer de Java. Il avait décollé il y a peu de temps et était sur une montée stabilisée, près de 6000 pieds de haut. Même à vitesse normale, le nez de l’avion a chuté brusquement. Le 737 plongea dans la mer. C’était un accident inhabituel dans l’aviation. Parmi les passagers et l’équipage, 189 personnes sont mortes.

Max était le plus récent modèle du géant américain Boeing. Il était en service depuis un peu plus d’un an. La ligne 737 a commencé au milieu des années 1960 et s’est consolidée comme l’un des plus grands succès commerciaux de l’histoire de l’aviation.

Depuis le début de l’ère du jet, à la fin des années 1950, visuellement et aérodynamiquement, les avions n’ont presque rien changé. En outre, la vitesse est restée la même (sauf dans la conception exceptionnelle de la Concorde, déjà hors d’usage) avec les avions, à ce jour, traversant le ciel à environ 80% de la vitesse du son.

L’évolution de l’aviation a suivi une autre voie : dans la technologie embarquée des panneaux, facilitant le fonctionnement des pilotes, dans les techniques de navigation telles que le GPS, dans les matériaux composites utilisés dans la fabrication, laissant les avions plus légers, et dans les moteurs de plus en plus économiques et puissants.

Ainsi, le 737 était en cours de modernisation. Tout a commencé avec le modèle 737-200. Puis le plus populaire était le 737-300. Après, il est allé à la 737-NG, jusqu’à atteindre la version la plus mise à jour, l’actuel 737-MAX.

Cependant, les moteurs, qui se trouvent sous les ailes au début de cette ère, avaient une forme de cigare. Ils s’élargissaient de plus en plus.

Cela a forcé une adaptation dans les projets. Dans les années 60, quand il était 737 initialement pensé, personne n’imaginait que les moteurs seraient plus grands. Et sur ce plan, les ailes ne sont pas hautes.

Avec l’évolution de l’évolution, les moteurs se rapprochaient de plus en plus du sol. Dans la version MAX, les moteurs ne s’adaptent plus sous les ailes.

Au lieu que Boeing investisse dans un nouveau projet, abandonne la séquence du 737 et crée un nouvel avion plus grand, la compagnie a pris la décision de continuer à moderniser le même modèle. Une solution plus rapide, plus économique et plus rentable.

Chez MAX, les ingénieurs ont installé les moteurs de plus en plus haut, les laissant presque les mêmes que les ailes. Ils ont également augmenté la hauteur du train d’atterrissage.

Evolution de la largeur du moteur.

Après tous les calculs effectués, Boeing a constaté que le moteur plus haut a généré des turbulences dans la queue de l’avion. Cela pourrait conduire, dans certaines circonstances de vol, au nez de l’avion exagérément vers le haut.

Pour compenser cela, un nouveau système a dû être inventé, le MCAS (Maneuver Characteristics Increase System). Le système a été conçu pour identifier les moments où le nez pouvait se relever et agir prophylactiquement, automatiquement, en poussant les commandes vers l’avant. Le tout sans attendre les actions des pilotes, en leur prenant les commandes de l’avion.

Mais les turbulences, ainsi que les épidémies, sont difficiles à prévoir par des modèles mathématiques. Pendant les vols d’essai, l’action du MCAS devait être augmentée. Le nez de l’avion s’est soulevé plus haut que prévu. La rémunération devait être plus importante et plus grossière.

Sur le vol Lion Air, le système de prophylaxie est entré au mauvais moment et a pointé le nez de l’avion au sol. C’était un accident bizarre. Des soupçons ont été soulevés, mais on a dit que les pilotes étaient mauvais et qu’il fallait attendre un long rapport final pour prendre des décisions concluantes sur les causes de l’accident.

Le 10 mars 2019, un peu plus de quatre mois après le premier accident, un deuxième Boeing 737 Max a plongé dans le sol. Les 157 personnes à bord sont mortes. L’avion était exploité par Ethiopian Airlines. Il avait décollé il y a six minutes d’Ababa Ababa. L’accident était similaire à celui de la mer de Java. Encore une fois, il y avait un moyen de soulever des soupçons quant à la capacité des pilotes. Encore une fois, ils ont dit que l’attente du rapport final serait nécessaire pour toute décision.

Cependant, même les mauvais pilotes ne font pas d’erreurs de cette façon sur les vols stabilisés, poussant le joystick vers l’avant et pointant l’avion vers le sol. Il était immensément probable d’être un défaut de conception.

N’importe quel pilote savait que la probabilité qu’il s’agissait d’une coïncidence était minime. Tout comme la probabilité est que tous les lieux appliquant le protocole de Didier Raoult, avec par conséquent un faible pourcentage de décès, soient des coïncidences.

Les journalistes d’investigation sont allés écouter les pilotes. Aucun d’entre eux n’a été accusé d’être « charlatan » quand ils ont signalé qu’il n’y avait pas de chutes étranges et similaires étant de simples coïncidences.

Le même jour que le deuxième accident, Ethiopian Airlines a arrêté tous ses 737 Max. Le lendemain, toutes les compagnies chinoises ont arrêté leurs avions de ce modèle. Dans la foulée, le monde entier interrompait les opéra tions de Max. Tout le monde a conclu l’évidence: ce n’était pas un hasard.

La FAA, l’agence américaine, était la dernière. Il a admis que ça ne pouvait pas être une coïncidence trois jours plus tard. Les gros titres et le journalisme d’investigation d’une presse qui ne mange pas entre les mains de l’industrie aéronautique étaient essentiels.

Les intérêts commerciaux, semble-t-il, influencent. « C’estune tragédie qui n’aurait jamais dû se produire », adéclaré le président de la Commission des transports de la Chambre PeterDeFazio. Nous prendons des mesures à l’égard de notre législation pour nous assurer que cela ne se reproduise plus pendant que nous réformons le système.

« Cet avion a été conçu par des clowns qui, à leur tour, sont supervisés par des singes », a déclaré un responsable de Boeing. Révélation faite par le journalisme d’investigation sérieux, prouvant que les décisions du gouvernement ne sont pas à l’abri des intérêts des grandes entreprises, même lorsque des vies sont mises en danger.

« Cette industrie utilise sa richesse et son pouvoir pour coopter toutes les institutions qui peuvent se mettre en travers de leurchemin », a déclaré Marcia Angell,ancienne rédactrice en chef du New England Journal of Medicine, au sujet d’une autre entreprise et d’autres institutions.

Dans le cas de l’hydroxychloroquine, il y a aujourd’hui des milliers de médecins et de scientifiques qui montrent, partout, les preuves scientifiques irréfutables du fonctionnement. Dire qu’il est impossible d’avoir une telle coïncidence.

Cependant, sans l’aide d’une presse d’investigation, c’est une œuvre de fourmi.

Pendant ce temps, chaque jour qui passe, dans le monde entier, l’équivalent de 20 accidents d’avion par jour, ce qui pourrait être évité, continuent de se produire.

La grande presse répète, timidement, en disant la vérité. Mais ils ne savent toujours pas comment relier les points.

 

« Remdesivir peut ne pas guérir le coronavirus, mais il est sur le point de faire des milliardspour Gilead, dit le titre dans le Washington Post, l’un des journaux les plus importants aux États-Unis.

« Des options limitées ont aidé le remdesivir à être libéré commercialement en un temps record. » Aucun commentaire sur les effets secondaires forts n’a été placé.

Reuters a décidé de mélanger des nouvelles importantes et non pertinentes dans un seul titre,très prudent: « Peut-être trop tôt pour exclure l’hydroxychloroquine; tromper le système immunitaire.  Ils parlaient de la méta-analyse du professeur Harvey Risch. La statistique incontestée, pour eux, est devenue une « suggestion ». 

« La « très, très mauvaise apparence » du remdesivir, le premier médicament COVID-19 approuvé par laFDA, dit le titre du magazine scientifique. Ils racontent des histoires de mauvaises données ignorées, d’approbations étranges, de bureaucraties et de négociations lucratives.

« Au lieu du coronavirus, la faim nous tuera. » Une crise alimentaire mondiale approche», affirme un autre titre du New York Times.

« Le monde n’a jamais été confronté à une telle urgence de la faim, disent les experts. Il pourrait doubler le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë à 265 millions d’ici la fin de cette année », explique le journal.

BMJ, l’une des revues médicales les plus importantes a publié un éditorial. Il semble qu’ils soient déjà prêts à écrire qu’il y a corruption et politisation de la science. «Covid-19: politisation, « corruption » et suppression de la science« , dit le titre.

Je crois que s’ils rassemblent les journalistes qui ont écrit ces cinq articles, il est probable qu’après environ trois ans, à un moment de génie intense, ils seront en mesure de relier les points.

En 2005, Richard Smith semble avoir vu l’avenir

 

Dans le même article que Richard Smith explique le marais des conflits d’intérêts de toutes sortes dans les revues médicales, il a fait une liste effrayante et a donné « des exemples de méthodes pour les compagnies pharmaceutiques pour obtenir les résultats souhaités des études cliniques.

Il a expliqué ce qui semble être des astuces sales et constantes que l’industrie fait pour faire face aux médicaments concurrents en produisant des études plus appréciées « étalon-or » : utiliser des doses plus élevées et plus faibles ou produire des études trop petites sans signification statistique.

« Testez vos médicaments à une très faible dose d’un médicament concurrent », a-t-il expliqué. « Faites un test de votre médicament avec une dose très élevée d’un médicament concurrent », et « mener des essais qui sont trop petits pour montrer des différences. »

C’est une recette intimidante pour la façon de tuer les concurrents sans pouvoir de négociation, comme les médicaments bon marché, génériques, sans brevet et fabriqués dans n’importe quel laboratoire.

La suite de la phrase depuis le début de cet article

« Il a pu être si gentil avec les enfants, les faire tomber amoureux de lui, leur apporter des bonbons, penser aux petits détails de leur vie quotidienne et faire des choses que nous admirons vraiment... Et puis, à côté... la fumée des crématoriums et de ces enfants, demain ou dans une demi-heure, y serait envoyée. Eh bien, il y avait l’anomalie.

Celui qui a fait ce rapport était un ancien prisonnier médical juif. Il a parlé de la performance de Josef Mengele, « l’ange de la mort ».

 

Juifs jumeaux maintenus en vie pour une utilisation dans les expériences médicales de Mengele. Ces enfants ont été libérés d’Auschwitz par l’Armée rouge en janvier 1945.

Mengele était un officier allemand du Schutzstaffel (SS). Il était médecin à Auschwitz, dans le plus grand camp de concentration nazi de la Seconde Guerre mondiale. Là, il avait deux fonctions. La première était de recevoir des trains avec des prisonniers juifs et de choisir qui vivrait ou mourrait.

Ceux qui étaient considérés comme aptes au travail ont été admis sur le terrain. Ceux qui étaient jugés inaptes au travail, environ les trois quarts, ont été envoyés directement à la chambre à gaz.

Presque tous les enfants, les femmes avec de jeunes enfants et les femmes enceintes avaient des chambres à gaz comme destination. Chez les personnes âgées, il n’y avait pas d’exception. Tous ont été envoyés à leur mort.

Contrairement à la plupart des médecins, qui considéraient les sélections comme l’une de ses tâches les plus stressantes et horribles, Mengele a pris la tâche de la sélection avec un air extravagant, souriant souvent ou sifflant une mélodie.

La deuxième fonction de « l’ange de la mort » était de sélectionner des personnes pour leurs expériences scientifiques. Il avait une prédilection pour les frères jumeaux. Ses expériences comprenaient des amputations inutiles de membres, une infection intentionnelle par des maladies et la transfusion sanguine d’un jumeau dans l’autre.

Si un jumeau mourait d’une maladie au milieu de l’expérience, Mengele tuerait l’autre afin que les résultats puissent être préparés avec un groupe témoin post mortem.

Mais vos expériences ne se sont pas arrêtées là. Mengele essayait de changer la couleur des yeux en injectant des produits chimiques. À une autre occasion, le témoin Vera Alexander a décrit comment il a cousu deux jumeaux gitans dans leur dos dans une tentative de créer des jumeaux xifopagos. Les enfants sont morts de gangrène après quelques jours de souffrance.

 

Après la guerre, Mengele n’a pas été jugé pour ses crimes. Il s’est échappé de Nuremberg, où une partie des criminels nazis ont essayé et exécuté.

Certains des pendus, comme Julius Streicher, n’ont jamais touché leurs mains sur un Juif. Julius était journaliste et faisait partie d’un réseau de conspiration contre les Juifs, manipulant l’opinion publique avec ses publications. Il a contribué à créer le climat où tous ces crimes étaient possibles.

Aidé par un réseau d’anciens membres SS, Mengele a réussi à s’échapper vers l’Amérique latine. Après des séjours en Argentine et au Paraguay, il est venu au Brésil et a vécu dans ma région.

Des rapports non confirmés disent qu’il est venu dans ma ville plusieurs fois. Mengele a rendu visite à son ancien collègue Franz Wagner, chef de Sobibor, un autre camp d’extermination.

Wagner était connu comme « la bête » et a vécu à Atibaia pendant de nombreuses années. Et même identifié, il a vécu au Brésil impuni, protégé par la dictature militaire qui a tué et torturé, qui a eu lieu entre 1964 et 1985. Dictature, d’ailleurs, de partialité fasciste, qui conspire contre la démocratie et applique un coup d’État. Un temps sombre célébré par Bolsonaro, leprésidentd’extrême droite du Brésil.

Si l’on regarde l’époque actuelle, aujourd’hui, le 27 novembre, nous avons 1 445 923 personnes tuées par le coronavirus. Selon la méta-analyse la plus complète, 672 630 de ces vies auraient pu être épargnées par des conseils corrects sur les traitements à l’hydroxychloroquine, un médicament largement disponible dans le monde entier.

Beaucoup d’autres décès viendront, en raison de la maladie elle-même et de la faim qui devrait se produire, en raison de la chute brutale de l’économie mondiale.

De plus, les taux de suicide sont devenus une préoccupation alarmante. C’est une préoccupation qui touche même les enfants. Et chez les jeunes, selon une étude des CDC,25% des personnes âgéesde 18 à 24 ans ont sérieusement pensé à se suicider.

Et même parmi ceux qui sont infectés et guérissent, 40% reçoit des séquelles.   Un sur cinq est malade mentale. Tout pourrait être minimisé avec un traitement approprié.

C’est l’image de la crise mondiale : la souffrance, la mort et le refus d’un traitement efficace et éprouvé. Tout a déjà été naturalisé dans notre vie quotidienne. Dans ce contexte, il est possible de tirer quelques conclusions.

Les scientifiques et les fonctionnaires ont dit qu’il n’était possible de faire la recommandation hydroxychloroquine avec un positif « étalon-or » étude. Ils ont dit cela parce qu’ils étaient disqualifiés et n’étaient pas au courant des études d’Anglemyer,,  Benson  e  et Frieden,sans aucunproblème. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils l’ont fait pour des intérêts commerciaux ou politiques, je conclus: ces gens possèdent l’esprit de Mengele vivant en eux.

Les éditeurs du NEJM n’ont pas correcté les résultats de la première recherche randomisée du médicament, et ils n’ont pas répondu à Watanabe, Luco, Wiseman, Yang et Birnbaum. Si vous n’avez pas vu ces corrections ou n’avez pas eu le temps, pas de problème. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils l’ont fait pour des intérêts commerciaux ou politiques, je conclus: ces gens possèdent l’esprit de Julius Streicher vivant en eux.

Les journalistes scientifiques ont fait des vidéos et des textes disant que les gens seraient aveugles s’ils prenaient de l’hydroxychloroquine, et beaucoup de gens ont cessé de prendre le médicament à cause de deixou de tomar  cela. S’ils l’ont fait parce qu’ils étaient amateurs, ignorants et n’ont pas étudié,pas de problème. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils ont fait cela pour générer la peur intentionnellement pour n’importe quel intérêt, ces gens possèdent l’esprit de Mengele vivant en eux.

Les scientifiques ont mené des études à des doses très élevées d’hydroxychloroquine, jamais utilisé dans aucune maladie. Ils l’ont fait parce qu’ils n’ont pas lu, par inattention, l’étude de Fiocruz, qui expliquait déjà que des doses élevées étaientnocives, et si aussi, par inattention, ils ne voyaient pas les correspondances de l’Inde avertissant que les doses étaient exagérées, quatre fois plus élevées que la normale, sans problèmes. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils ont donné une dose élevée pour augmenter la mortalité et générer des titres négatifs diffamé le traitement, je conclus: ces gens possèdent l’esprit de Mengele vivant en eux.

Ils ont mené des études avec de fausses données, publiées plus tard dans le Lancet, ce qui a justifié l’arrêt de plusieurs essais cliniques en cours. S’ils l’ont fait par erreur ou confusion dans les bases de données, pas de problèmes. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils l’ont fait dans le but de détruire le traitement et de générer des manchettes dans le monde entier pour avoir menti sur les dangers des médicaments, je conclus: ces gens possèdent l’esprit de Mengele vivant en eux.

Plusieurs scientifiques qui faisaient des études « étalon-or » avec l’hydroxychloroquine les ont abandonnées en raison de l’étude surgisphère faux, même avec des résultats partiels positifs. S’ils ne les ont pas repris pour une simple inattention, pas de problèmes. C’est bon, je n’y vais pas. Mais s’ils n’ont pas repris pour que ces études ne produisent pas de résultats positifs pour des intérêts monétaires ou politiques, je conclus: ces gens possèdent l’esprit de Mengele en eux.

Plusieurs études « d’étalon-or » ont été menées auprès de jeunes patients, où il y a peu de signification statistique parce qu’ils ne sont pas des patients à risque. D’autres ont été fermés tôt, générant également peu de signification statistique. S’ils l’ont fait pour diverses impossibilités ou manque de connaissances statistiques, pas de problèmes, c’est très bien. Mais s’ils l’ont fait dans le but de générer délibérément des études sans résultats, de contribuer au blocus du médicament, je conclus: ces gens ont l’esprit de Mengele vivant en eux.

La banalité du mal

Israël a été fondé en 1948, trois ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux survivants des camps de concentration s’y sont installés. La plupart de ces survivants, lorsqu’ils racontait les histoires d’extermination et les études de Mengele, entendaient des blagues.

Même avec les preuves présentées au procès de Nuremberg, qui a eu lieu entre 45 et 46 ans, les gens ne croyaient pas que les êtres humains pouvaient être si mauvais. L’histoire était difficile à croire de tant de mal. C’était exagéré.

Ces plaisanteries ont eu lieu jusqu’au procès d’Adolf Eichmann, l’un des architectes de l’holocauste, capturé en Argentine par le Mossad, les services secrets israéliens, en 1960.

Le gouvernement israélien a organisé le procès de sorte qu’il a eu une grande couverture médiatique, y compris la télévision, une technologie qui était déjà populaire.

Nuremberg, dans l’aspect médiatique, était déficiente et undid, en plus d’être une nouvelle vérité. Le New York Times, par exemple, a mis beaucoup de temps à y croire. Le mot « holocauste » n’a été publié pour la première fois qu’en 1944. Presque la fin de la guerre.

Dans le cas d’Eichmann, les images télévisées ont fait la différence. C’est comme ça que tout le monde comprenait la proportion de tout ce qui s’est passé.

 

Au cours de ce procès, Hannah Arendt a inventé l’expression « banalité du mal ». Elle a parlé des gens qui ont suivi les ordres sans les interroger, avec le plus grand zèle et efficacité, sans réfléchir sur le bien ou le mal qu’ils pouvaient causer.

En 1962, Eichmann est pendu. En Israël, les blagues sont terminées. En 1979, Mengele, le scientifique monstre, a été enterré avec une fausse identité. Avant de mourir, il vivait dans la peur constante d’être retrouvé par Simon Wiesenthal, le chasseur nazi.

Et si quelqu’un a des questions sur le sujet dont je parle, je le dis très clairement: il s’agit de crimes contre l’humanité.

Par Filipe Rafaeli Cinéaste
indépendant avec des films exposés dans des festivals au Brésil et à l’étranger.
Https://twitter.com/filipe_rafaeli https://twitter.com/filipe_rafaeli


Post scriptum

Pour les fact checkers: la probabilité que l’hydroxychloroquine ne fonctionne pas, selon l’objectif d’analyse le plus complet, est de 1 sur 910 milliards.  Avant d’écrire quoi que ce soit, appelez des statisticiens autres que des charlatans qui disent que ceci et les autres méta-analyses que j’ai citées sont fausses.

Pour les censeurs des réseaux sociaux: la censure est l’outil des lâches sans arguments. En outre, il arrive traditionnellement en même temps que des crimes contre l’humanité sont commis. Ils commencent toujours à brûler des livres, puis ils continuent à brûler les gens. Vous êtes des enfants gâtés de pays qui n’ont jamais vécu ça. Dans mon pays, c’est une réalité non loin de là. J’avais des parents qui ont été arrêtés et je connais plusieurs personnes qui ont été torturées pour avoir simplement dit ce qui ne pouvait pas être dit. Donc, être marchandises de ces décisions, ils peuvent aller aux livres d’histoire.

Aux lecteurs:
Lire mon premier article de Juillet 2020 (portugais, anglais, Français)Lire mon deuxième article de Septembre 2020 (portugais, anglais, Français)

Pour ceux qui trouvent des erreurs possibles: écrire dans les commentaires ce qui est pertinent. Je vais faire des corrections.

Pour ceux qui veulent republier ou traduire: il est autorisé, tant qu’il est dans son intégralité et avec tous les liens. Postez l’adresse de republication dans les commentaires.

 

 

 

Auteur(s): Filipe Rafaeli

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La fable du "poison qui rend fou"

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-