Comment la presse désinforme sur le Gardasil

Auteur(s)
Gérard Delépine pour France-Soir
Publié le 11 janvier 2024 - 19:15
Image
Gardasil
Crédits
AFP
Le vaccin Gardasil contre le cancer du col de l'utérus.
AFP

TRIBUNE - Dans un article récemment publié dans Le Parisien, l'absence de neutralité de la journaliste Elsa Mari est évidente dans son analyse de l'actuel échec de la campagne scolaire de vaccination par Gardasil. Elle se contente de répéter les déclarations trompeuses d'experts étroitement liés à l'industrie pharmaceutique.

Elle cite en exemple  "l’Australie, qui table sur une quasi-disparition du cancer du col de l’utérus d’ici 2035" sans préciser que l’article qui le prétend n’est qu’une simulation publicitaire établie sur des hypothèses fausses, et elle ne consulte pas non plus les données de l’agence officielle australienne. 

Dans le monde réel, depuis la campagne de vaccination scolaire, le nombre annuel de cancers invasifs a augmenté de 25 % passant de 756 en 2007 à 942 en 2022 : 

 

Et l’incidence globale standardisée, qui corrige les modifications liées au vieillissement et à l’augmentation de la population, ne diminue plus, se stabilisant autour de 7,2/100000 :

Une image contenant texte, capture d’écran, ligne, Police

Description générée automatiquement

 

Même dans le groupe d’âge des 25-34 ans, le plus vacciné, l’incidence des cancers invasifs est passé de 7,9/100000 à 9,1 :