De Gaulle : "Il ne faut jamais se prosterner"

De Gaulle : "Il ne faut jamais se prosterner"

Publié le 28/10/2021 à 15:20
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

CHRONIQUE - En ces temps de campagne électorale, voilà déjà une idée pour les candidats à la présidence de la République, quelle que soit leur appartenance partisane, puisqu'il est désormais acquis que "tout le monde a été, est ou sera gaulliste", suivant le mot du Général.

La scène a lieu au palais de l'Élysée le 8 août 1962. Elle est rapportée par Alain Peyrefitte dans "C'était de Gaulle" : "Au milieu de tant de soucis, de déceptions et d'espoirs, de Gaulle s'est accordé une récréation en offrant un déjeuner intime à Eisenhower, de passage à Paris".

Même s'il n'est plus président des États-Unis, de Gaulle fait appliquer le protocole réservé aux chefs d'État. Deux géants de la Seconde Guerre mondiale se retrouvent. Eisenhower "est définitivement un homme de l'Histoire. On continue donc à le traiter comme tel", écrit Peyrefitte, qui dépeint le visiteur du Général : "inchangé, indestructible (...), si simple (...) qu'on est saisi du contraste entre le respect presque sacré qu'impose sa gloire, et la bonhomie modeste de son comportement".

S'adressant à de Gaulle, Eisenhower évoque la conférence au sommet organisée, en mai 1960, à l'Élysée : "Devant vous et Macmillan, Khrouchtchev s'était lancé dans une violente diatribe contre moi". La cause : un avion américain abattu quelques jours plus tôt alors qu'il survolait l'Ukraine. Ce survol de l'Union soviétique à haute altitude avait lieu depuis plusieurs années. Mais les Soviétiques, pour frapper l'opinion, avaient choisi la veille de cette conférence de Paris pour abattre un avion américain.

"Comme Khrouchtchev s'emportait, s'emportait, insultait l'Amérique en disant qu'elle était aussi hypocrite qu'une fille vertueuse qui s'est déjà fait coller une douzaine de bâtards, vous avez été -dit Eisenhower en se tournant vers de Gaulle- d'un flegme admirable. Khrouchtchev exigeait que je lui fasse des excuses. Vous avez coupé court (...) et vous lui avez dit calmement que, dans ces conditions, vous ne pouviez, à votre grand regret, que constater l'échec de la conférence de Paris et lever la séance. J'étais prêt à m'excuser".

Et de Gaulle de répondre : "Vos excuses n'auraient servi à rien. Il était prêt à tout casser. Il ne faut jamais se prosterner".

Ce "Il ne faut jamais se prosterner" est une leçon de vie.

Pas davantage que l'on ne saurait demander au peuple allemand de s'excuser éternellement de la folie criminelle d'Adolf Hitler, il ne saurait être question d'appeler périodiquement le peuple français à "revisiter" son passé et à battre sa coulpe pour des évènements qui appartiennent à l'Histoire, et dont les Françaises et les Français d'aujourd'hui ne sont en aucune manière responsables.

Les champions de la repentance et les tenants de l'excuse devraient s'inspirer du "Ne jamais se prosterner" du général de Gaulle.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Vos excuses n'auraient servi à rien. Il était prêt à tout casser. Il ne faut jamais se prosterner".

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir