La lutte contre le passe sanitaire s’ancre dans un combat civilisationnel

La lutte contre le passe sanitaire s’ancre dans un combat civilisationnel

Publié le 22/11/2021 à 11:00
EPA
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Frédéric Poisson, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

TRIBUNE — Les contestations qui ont cours, à la suite de l’instauration du passe sanitaire par le gouvernement Macron, ne sont pas comme de nombreux politiques aiment à le réduire, un problème exclusivement sanitaire qui opposerait des citoyens altruistes favorables au passe, à des séditieux égoïstes « anti-vax ». Le défi est bien plus élevé : nous avons ici affaire à un véritable enjeu de civilisation. Ce sont nos libertés réelles que nous défendons : cet héritage plurimillénaire que nous nous efforçons de sauvegarder lorsque nous nous opposons, action après action, aux folles mesures discriminatoires imposées au nom d’une soi-disant « liberté collective » par nos responsables politiques. Les libertés individuelles et les libertés collectives doivent être, ici, distinguées, rentrant chacune dans des champs qui leurs sont propres.

Les libertés collectives, depuis la démocratie athénienne au Vème siècle avant Jésus-Christ, sont normalement la garantie de la souveraineté du peuple. Le plébéien ou le patricien de la Rome antique, l’artisan médiéval votant au sein de sa corporation, ou encore le citoyen moderne choisissant ses représentants, participent, par la démocratie directe ou indirecte, à l’exercice des libertés collectives. Aujourd’hui, lorsque l’État rend le vaccin accessible à tous, il représente et exprime théoriquement la volonté du peuple libre, parce que souverain. Cependant, lorsque, sur des prétextes fallacieux, il empêche d’accéder aux traitements précoces contre le Covid (macrolide, ivermectine, zinc…) alors que ceux-ci pourraient permettre de désengorger les hôpitaux, il bafoue le mandat qui lui a été confié et se rie de nos libertés collectives.

Au-delà du collectif, lorsqu’un État ne se contente pas de rendre les vaccins accessibles à tous, mais les impose à toute une population par divers dispositions contraignantes comme le passe sanitaire, il s’agit d’une effraction dans l’intime des individus. C’est alors une atteinte aux libertés individuelles. Il est normal que l’État puisse contraindre ses citoyens dans les domaines qui relèvent du régalien : la défense, la diplomatie, la justice, la police, et la fiscalité. Encore doit-il le faire avec mille précautions. La santé, elle, concerne le for interne de l’individu et n’a jamais fait partie du domaine régalien. Dans l’héritage que nos anciens nous ont légué sur le sujet de la santé, certains principes invariables sont propres à notre civilisation et attestent du poids laissé à la décision libre et éclairée de l’individu : d’abord ne pas nuire. Ensuite ne pas soigner un patient contre son gré. Nous laisserons à d’autres le soin de déterminer si l’Etat a su respecter ces principes hippocratiques… Ces libertés individuelles sont normalement encadrées, en France, par le Code civil laissé par Napoléon Bonaparte. Cette brèche ouverte dans notre droit et dans nos mœurs peut permettre l’instauration d’une multitude de nouvelles règles liberticides et nous entraîner, progressivement, vers une société de contrôle systématique similaire au régime chinois actuel, bien éloigné de notre modèle de société historique.

Comme l’écrit le philosophe Gaspard Koenig [1] : « le passe sanitaire ouvre la voie à une société dystopique qui arrive au grand galop, sur le modèle de la Chine : là-bas, l’espace public s’est transformé en une série de sas que l’on ne peut franchir qu’en montrant des certificats numériques, de bonne santé, de bonne citoyenneté, de bonne fiscalité… ». Ce modèle, nous n’en voulons pas !

L’Europe n’est pas un espace d’entraves et de surveillances. C’est le berceau des libertés, une terre de peuples auxquels n’est imposé qu’un minimum de chaînes. C’est ce qui a fait la force de nos nations à travers les âges et rend possible le bonheur de leurs citoyens. Et de ces nations, la France en est normalement le phare le plus flamboyant. La gestion liberticide de la pandémie par nos gouvernants et par Bruxelles a été, de ce point de vue-là, une véritable remise en question des principes constitutifs de notre identité. In fine, par ce combat, il s’agit de conserver l’un des trésors les plus sacrés de notre civilisation européenne : les libertés. Dans ce contexte, ceux qui sont prêts à sacrifier le futur de leurs enfants en cautionnant ce passe totalitaire sont ceux qui défendent une posture individualiste motivée par l’intérêt, la peur et le conformisme servile. Lutter contre le passe n’est pas une réaction égoïste. C’est un choix exigeant, et même un dur combat qui déterminera le futur de nos sociétés. Au carrefour qui déterminera le destin des Français, choisissons la continuité civilisationnelle plutôt que le totalitarisme technocratique.

 

Jean-Frédéric Poisson est le président de VIA | la voie du peuple.

 

[1] « Gaspard Kœnig-Raphaël Enthoven. Sans interdit ? », Philosophie magazine, le 28/10/2021.

Auteur(s): Jean-Frédéric Poisson, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manifestation anti-pass sanitaire, août 2021

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir