Le journalisme existe-il encore en France ?

Le journalisme existe-il encore en France ?

Publié le 09/06/2021 à 11:47
Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Estelle Fougères, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

TRIBUNE - « Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit » écrivait Charles Péguy dans Notre jeunesse. Cette phrase pourrait être la définition de ce que devrait être le métier de journaliste et de reporter. Hélas, à l’heure où j’écris cet article, je ne peux faire que le triste constat d’une presse française qui à de rares exceptions est totalement en perdition. Loin de la citation de Péguy, la plupart des journalistes semblent vouloir se boucher les oreilles et se bander les yeux sur une affaire capitale concernant la santé de tous les habitants de cette planète.

Cette affaire désormais appelée affaire Fauci, qui révèle les e-mails du docteur Anthony Fauci, a éclaté vendredi dernier aux États-Unis. Mais qui est Anthony Fauci ? C’est le monsieur Santé de l’Amérique, un homme jugé jusque-là respectable, dont on vient de s’apercevoir qu’il a menti sous serment. Et la lecture de ces 3200 pages d’e-mails désormais révélés par la presse américaine, demande d’être bien sanglé sur sa chaise pour ne pas tomber à la renverse.

Qu’apprend-on de ces correspondances ? Certaines concernent ses relations avec les médecins français et le premier d’entre eux dans cette pandémie, le professeur Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique. Dans un courriel au docteur Fauci, le professeur Delfraissy signale qu’il pourrait y avoir un effet légèrement positif de l’hydroxychloroquine avant de conclure qu’il « a une énorme pression politique pour libérer l’accès à l’hydroxychloroquine pour tout le monde, mais qu’il résiste ».

Nous pouvons également découvrir une correspondance riche d’Anthony Fauci avec divers acteurs concernés sur la manipulation du virus dans le laboratoire de Wuhan et ses « gains de fonction », donnant ainsi raison à la généticienne Alexandra Henrion-Caude et au professeur Luc Montagnier, tous deux traités de complotistes et traînés dans la boue par une presse qui peine désormais à assumer le principe du droit au débat contradictoire sans lequel il n’y a plus de démocratie.

Alors lorsque le professeur Didier Raoult dit à certains journalistes que leur information est valable un jour, je le trouve encore trop aimable. Certaines informations rapportées ou inventées de toutes pièces par des gens qui sont à la solde d’un pouvoir politico-financier ne sont pas valables du tout.

Mais j’apporterai toutefois une nuance aux propos de Didier Raoult dont je comprends parfaitement l’exaspération. Un journaliste qui fait son travail en respectant les règles de déontologie de cette profession, dont la tâche principale est la vérification des faits, peut faire éclater une vérité qui sera valable des années après et sur laquelle les historiens travailleront. Quelques-uns l’ont fait et cela a parfois changé le cours de l’histoire. Albert Londres fut l’un de ces hommes courageux qui regardait ce que personne ne voulait voir. Hélas, tout le monde n’est pas Londres, l’incorruptible qui disait : « Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus que de faire du tort, il est de porter hla plume dans la plaie ».

Quant aux journalistes qu’on essaie tous les jours de faire taire en les traitant de complotistes pour refermer les débats gênants, ces attaques injustifiables dans une démocratie censée garantir la pluralité des opinions, n’ont fait que renforcer leur courage. Toujours à la recherche de la vérité qu’ils savent fragile, acceptant le débat contradictoire, ils continuent leur travail malgré les attaques de certains histrions-collabos de la presse mainstream. Et cette affaire des e-mails d’Anthony Fauci montre bien qu’entre le complot et la vérité, il n’y a parfois que quelques mois.

Auteur(s): Estelle Fougères, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les médias mainstream ne savent pas distinguer un discours indépendant et un discours biaisé par les intérêts

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir