Mona Ozouf juge et condamne Didier Raoult : le contre-populisme intellectuel des bien-pensants

Mona Ozouf juge et condamne Didier Raoult : le contre-populisme intellectuel des bien-pensants

Publié le 31/05/2021 à 09:50
France 5
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Christophe Lemardelé, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Dans l’émission C à vous de France 5 du 28 mai, l’historienne Mona Ozouf a osé affirmer que Didier Raoult était « un personnage atroce » et même « un criminel »… Le sens des mots est-il à ce point perdu pour porter une telle accusation envers un chercheur et médecin en activité et qui a déployé tant d’énergie avec ses collaborateurs de l’IHU Méditerranée face au covid, pour tester, soigner, publier, séquencer, etc. ?

Pour dénoncer ce qu’Axel Kahn nomme « populisme scientifique », l’intellectuelle se montre contre-populiste à la manière de Michel Onfray qui pourfendait Freud et la psychanalyse il y a dix ans en se complaisant dans la critique outrancière, sans nuance. Or, la nuance doit être le propre de l’intellectuel non populiste, sinon, c’est à désespérer de la pensée... Jean-Paul Sartre était-il un criminel en ne dénonçant pas les atteintes terribles aux libertés dans les démocraties populaires et le régime soviétique ? Qui est criminel ? Celui qui relativise les bienfaits des vaccins anti-covid ou celui qui en connaît les risques et ne les dénonce pas suffisamment ?

Sur la même chaîne, mais dans une autre émission le 28 avril (C ce soir), le même Axel Kahn a clairement énoncé que le vaccin AstraZeneca était dangereux pour les jeunes et que lui le savait dès le début… Il a même dit que l’Agence européenne du médicament, pour ce vaccin, avait été « à côté de la plaque » et même qu’elle avait « fait de la propagande » pour le promouvoir. Le physicien Etienne Klein, qui était à ses côtés, de même que l’animateur de l’émission, ne semblait pas en croire ses oreilles, lui qui avait encore vanté la réussite scientifique des vaccins nouvelle génération un matin juste avant sur France Culture...

Or, qui a accusé le président de la Ligue contre le cancer de jeter la suspicion sur la vaccination ? Personne. Qui l’a accusé de n’avoir pas alerté suffisamment tôt, avant qu’un jeune étudiant en médecine de Nantes ne baigne dans son sang, des dangers de ce vaccin ? Personne. Tout occupé, selon ses tout récents dires sur France Inter – décidément, France ceci, France cela… -, à faire de sa mort prochaine « un chef d’œuvre », il ne sera pas interrogé de cette manière car il appartient au camp du « bien », celui, pour Mona Ozouf et bien d’autres, qui ne dit que des demi-vérités pour le bien commun. Que ce bien commun comporte une part d’ombre doit donc être tu, même si celle-ci tue...

Sur le plateau, aux côtés d’Ozouf et de l’historienne Michelle Perrot, la philosophe Cynthia Fleury n’a pas réagi alors qu’elle vient d’écrire un livre sur le ressentiment et qu’elle s’exprimait sur la fraternité. Quelle fraternité pourra exister quand tant de ressentiments se trouveront exacerbés, quand la liberté de chacun est mise en cause sans discussion au nom d’une immunité collective aléatoire et impossible à atteindre, et pour une maladie faiblement létale ?

Ozouf s’exprimait sur la liberté dans l’émission mais elle est toute prête à ce que des jeunes la sacrifient sur l’autel de la déraison et de la haine d’autrui quand celui-ci pense et agit différemment de la doxa scientifique et médicale et de la bien-pensance politique et intellectuelle actuelle. Ne jamais parler des effets secondaires graves de vaccins rejoint en substance la manière dont des intellectuels minimisaient les inconvénients inhérents aux régimes totalitaires communistes pourtant fondés sur une conception du… bien commun. Ce « bien commun » imposé et non démontré ni même justifié est une atteinte grave à nos libertés.
 

Christophe Lemardelé est enseignant et historien.

Auteur(s): Christophe Lemardelé, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Mona Ozouf

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir