Vaccins ARNm  : Vivre avec une épée de Damoclès

Auteur(s)
Christophe Lemardelé, pour France-Soir
Publié le 18 mars 2023 - 18:45
Image
Les apprentis sorcier
Crédits
Visuel éditeur
Les apprentis sorciers : "Tout ce que l'on vous cache sur l'ARN messager".
Visuel éditeur

ANALYSE - Dans son ouvrage Les apprentis sorciers (éd. Albin Michel) consacré à l’ARN et à la technologie vaccinale de l’ARN messager, la généticienne Alexandra Henrion-Caude écrit cette phrase lourde de sens :

« Imaginer qu’on a injecté ce vaccin à des millions d’hommes, de femmes, de jeunes, et maintenant d’enfants sans avoir pris la moindre précaution pour protéger la molécule la plus intime qui soit - notre ADN, notre génome, notre patrimoine génétique - me plonge dans une perplexité vertigineuse » (p. 113).

Dense et sans fioritures, le livre comporte trois aspects principaux : la passion d’une scientifique pour son objet de recherche : l’ARN ; des décennies d’échec concernant les thérapies vaccinales avec ARNm ; les conséquences actuelles et à venir des vaccins ARNm anti-Covid.

L’ARNm : des échecs thérapeutiques successifs

L’ARNm étant thérapeutique – 12 médicaments, souvent hors de prix, ont été mis au point pour traiter diverses maladies graves (p. 54) –, « C'est une folie de traiter une population saine comme si elle était malade » (p. 10).

Les échecs successifs de vaccins pour traiter les cancers de la prostate, de la peau ou le VIH (p. 72-77) montrent à l’évidence toute la difficulté à faire de cette technologie médicale une réussite.

Et il ne s’agissait, évidemment, que de ne traiter que des malades puisque ces « vaccins » avaient pour objectif de soigner : « Le vaccin ARNm est un échec pour soigner le sida. Et nous en sommes là, en décembre 2019, à moins d’un an d’une vaccination massive de l’humanité avec le fameux ARNm contre le Covid » (p. 77). D’autant que la technologie avait été utilisée en essais cliniques contre la grippe aviaire et que de nombreux effets indésirables étaient apparus (p. 79).

Bref, « en 2021 (…), on a derrière nous plus de vingt ans de recherches sur l’ARNm et 70 essais cliniques concernant les vaccins ARNm ». Pour passer outre, « les États ont assoupli les réglementations » (p. 84), donnant libre cours à l’industrie pharmaceutique de développer des vaccins non éprouvés.

La responsabilité est donc politique, les dirigeants ayant remis le sort des populations qu’ils dirigeaient entre les mains d’une science sans garde-fous.

L’ARN : une connaissance scientifique encore insuffisante

Découvert il y a plus de cinquante ans, le rôle de l’ARN en lien avec l’ADN dans la cellule reste difficile à comprendre et à circonscrire : il est l’élément instable qui s’intercale entre l’ADN stable et les protéines (p. 30).

Les ARN servent de régulateurs dans les organismes, qu’il s’agisse des plantes, des animaux et bien entendu des humains puisque nous appartenons au règne animal, et ils sont sensibles à l’environnement. Il y a même des microARN, les MitomiR notamment, qui assurent le lien de la cellule avec nos mitochondries : « Tous ces éléments nous interdisent de dire qu’on les connaît » (p. 37).

L’ARN messager permet la transcription et la traduction entre l’ADN et les protéines mais avec bien des inconnues : « Ce serait trop simple de s’imaginer qu’il ne comporte qu’un seul message ! » (p. 69). Surtout, injecter de l’ARNm dans un organisme comporte toujours une part d’aléatoire : « La cellule s’autorise toutes les combinaisons possibles à partir de l’ARNm qui, lui, est passif (…) avec l’ARN messager, tout, absolument tout peut arriver. Comme un feu d’artifice non maîtrisé et pas toujours prévisible » (p. 70-71).

Alors, faire produire de la protéine Spike aux cellules humaines est juste aventureux. Le vaccin ARNm fut un échec aussi pour soigner le glioblastome (tumeur cérébrale) (p. 79), mais rien n’interdit de penser qu’il puisse le déclencher. Puisque l’ARN est comparé à Maître Yoda par Alexandra Henrion-Caude, du fait de son omniprésence (p. 29), on peut dire alors que le vaccin ARNm est un laser surpuissant qui balaye large là où il faudrait une arme moins spectaculaire, mais réellement efficace.

Les vaccins ARNm anti-Covid : une « radioactivité » à l’intérieur des corps ?

Les données concernant les effets indésirables de ces vaccins sont incroyables : à partir des documents déclassifiés de Pfizer par un juge américain, on observe :

  • qu’il y eut 14 morts par jour lors des essais cliniques, soit 1 223 en trois mois, et que 158 893 effets indésirables ont été constatés entre le 1er décembre 2020 et le 28 février 2021 (p. 17) ;
  • que la pharmacovigilance américaine révèle une augmentation de 4 800% d’effets indésirables pour ces seuls vaccins par rapport aux vaccins habituels ces dix dernières années (p. 18) ;
  • que la baisse de l’immunité générale des vaccinés conduit à de nombreuses infections auxquelles ne sont pas sensibles les non-vaccinés (p. 19), etc. 

On trouve dans le livre une liste non exhaustive de ces effets indésirables, qui vont des désordres immunologiques aux désordres neurologiques (p. 22-23). Mais dans les 450 000 pages de Pfizer, on recense 15 302 maladies dont 90 maladies génétiques (p. 113-114). Comment expliquer cela ?

L’ARNm conduit les cellules à se transformer en usine, à produire la protéine Spike : « Ce sont donc nos cellules qui produisent la protéine de virus, et c’est notre propre défense immunitaire qui va attaquer les cellules la générant » (p. 87-88). Il y a de grandes chances pour que les maladies auto-immunes explosent… Les recrudescences de cancer s’expliquent ainsi : « Spike est capable de réactiver des séquences de virus dans nos globules blancs » (p. 90).

Et comme cet ARNm n’est pas naturel, il reste longtemps dans l’organisme, tout en circulant partout jusque dans le lait maternel (p. 102). Par transcription inverse, il peut de même s’insérer dans l’ADN et modifier le génome d’un individu (p. 111). Or, un génome modifié augmente le risque de cancer (p. 112). Et, bien sûr, il n’y eut pas d’études au préalable pour évaluer la cancérogénicité ni la génotoxicité du vaccin (p. 112 et 125) puisque le temps manquait… et que le temps, c’est de l’argent !

On comprend pourquoi la généticienne a donné comme titre à son livre les apprentis sorciers. Car il s’agit bien de cela. La vaccination ARNm anti-Covid semble bien être notre Tchernobyl à nous… Les gains astronomiques générés par l’industrie pharmaceutique avec la complicité des États (p. 128-129) semblent sonner la fin d’un système capitaliste néo-libéral qui est allé au bout de sa logique au point de mettre en danger des populations entières.

L’Occident entre arrogance et idéologie déconnectée du réel

La seule approximation commise par Alexandra Henrion-Caude est géographique : non, toute l’humanité n’a pas été concernée par cette vaccination, car si 70% de la population mondiale a été vaccinée (p. 126), les vaccins ARNm ont principalement été utilisés dans les pays occidentaux, pays si fiers de cette avancée technologique.

Ces pays sont : l’anglosphère (pour parler comme Emmanuel Todd), de l’Angleterre à l’Australie, en passant, bien évidemment, par la « Maison mère » : les États-Unis, et les pays de l’Union européenne, essentiellement d’Europe de l’Ouest. Prenons un exemple : avant l’arrivée de Mario Draghi à la tête de l’Italie, ce pays semblait favorable à la production du vaccin russe. Par idéologie, l’ancien directeur de la Banque centrale européenne Draghi ne se fia plus qu’à l’Agence européenne du médicament, validant les vaccins anglo-américains et refusant les vaccins non-occidentaux (russe, chinois et indien), tout en entonnant un discours de peur et accusatoire : si on ne se fait pas vacciner, on meurt et on tue… (p. 14).

À l’heure où le ministre de la Santé allemand, Karl Lauterbach, reconnaît les effets indésirables des vaccins ARNm, il est temps en France aussi que les consciences se réveillent. L’enfer est pavé de bonnes et de mauvaises intentions, entremêlées, et science sans conscience n’est que ruine de l’esprit et du corps.
Le livre se conclut sur la vaccination des enfants qui a freiné l’ardeur autocratique des dirigeants occidentaux, mais nombre d’entre eux l’ont été quand même. Dans quel monde voulons-nous les faire grandir ? Un monde opaque dans lequel on voue aux gémonies, antivax et complotistes ou bien un monde de vérité et de débats constructifs ?

Les pays occidentaux sont à l’heure du choix : soit ils reconnaissent leurs failles, soit ils poursuivent dans leur déni et vont droit vers l’effondrement. Malheureusement, nous ne voyons pas venir à la tête de la première puissance mondiale l’équivalent d’un Gorbatchev pour nous sortir de cette idéologisation excessive qui confine à l’aveuglement total.

  • Christophe Lemardelé est historien des religions, spécialiste des sacrifices dans l'Antiquité méditerranéenne.

Alexandra Henrion-Caude, Les apprentis sorciers. Tout ce que l’on vous cache sur l’ARN messager, Paris, Albin Michel, 2023, 159 pages, 16,90 euros.

À LIRE AUSSI

Image
Une allégorie de la Justice.
Responsable et coupable !
TRIBUNE/OPINION - On se souvient de la fameuse formule d’une ministre de la santé lors du scandale du sang contaminé par le virus du VIH à la fin du siècle dernier : r...
14 mars 2023 - 17:00
Opinions
Image
Retour vers le futur
Une société de crédules incrédules : quand la science s’érige en pouvoir religieux
TRIBUNE - En tant qu’historien des religions, je me sens interpellé par l’opposition presque omniprésente depuis un an entre science et croyance. Dans un pays laïque o...
31 mars 2021 - 14:58
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.