Accusée d'emploi fictif, Anne Hidalgo compte porter plainte pour diffamation contre "Capital"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 25 octobre 2017 - 20:33
Image
La maire de Paris, Anne Hidalgo, à l'Hôtel de Ville, le 29 mars 2016
Crédits
© THOMAS SAMSON / AFP/Archives
Anne Hidalgo est soupçonné d'emploi fictif par "Capital" selon qui elle aurait continué à percevoir ses indemnités du ministère du Travail, après avoir été élue première adjointe à la mairie de Paris en 2001.
© THOMAS SAMSON / AFP/Archives
Anne Hidalgo est à son tour soupçonnée d'emploi fictif. Le magazine "Capital" assure qu'elle a continué à être payée pour son ancien emploi au ministère du Travail, après avoir été élue première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. La désormais maire a porté plainte pour diffamation à l'encontre de Philippe Eliakim, qui a rédigé l'article accusateur.

Anne Hidalgo aurait-elle, elle aussi, succombé à la tentation de l'emploi fictif? C'est en tout cas ce qu'affirme un article du magazine Capital, rédigé par le journaliste Philippe Eliakim.

Les faits qui sont reprochés à l'actuelle maire de Paris remontent au début des années 2000. A l'époque où elle était première adjointe de Bertrand Delanoë, entre 2001 et 2003. Selon Capital, qui a eu accès à 25 fiches de paie de l'intéressée, Anne Hidalgo aurait continué à percevoir pendant plusieurs mois le salaire de son ancien poste au ministère du Travail. Ce salaire s'élevait à 3.040 euros par mois (plus 1.000 à 2.000 euros de primes).

Cette somme s'additionnait évidemment au salaire en vigueur pour son poste d'adjointe, qui était dans un premier de 5.575 euros puis de 6.424 euros à partir d'octobre 2002.

Toujours selon Capital, ces sommes s'élèvent à "plus de 100.000 euros" dont 21.000 ont été remboursés après une mise en détachement rétroactive à la mairie de Paris par le ministère du Travail.

Après avoir pris connaissance de ces accusations, Anne Hidalgo a annoncé ce mercredi soir qu'elle comptait porter plainte pour diffamation contre Philippe Eliakim et le magazine Capital.

Anne Hidalgo "conteste avec la plus grande fermeté l’accusation d’emploi fictif", précise un communiqué. La maire PS "rappelle son attachement le plus complet au respect du droit", et indique avoir "exercé des responsabilités" de 1997 à 2002 au cabinet du ministre du Travail puis au cabinet du ministre de la Justice. Elle est ensuite partie en congé maternité en 2003 avant de demander son détachement "avec cessation du paiement de sa rémunération".

Elle précise aussi qu'elle avait déjà été visée par ce genre d'accusations par le passé, par un syndicaliste du Sud-Travail d'ailleurs cité dans l'article de Capital. Et qu'elle avait à l'époque fournit tous les éléments prouvant sa bonne foi et la "légalité de la situation".

À LIRE AUSSI

Image
Anne Hidalgo et son adjoint Mao Péninou sur les quais de Seine à Paris le 20 juillet 2015
Anne Hidalgo remanie son exécutif à Paris, plus étoffé
La maire PS de Paris Anne Hidalgo a remanié vendredi son exécutif, un peu plus étoffé, qui réunit comme le précédent une majorité PS, PCF, PRG et écologistes, et maint...
06 octobre 2017 - 13:58
Image
La maire PS de Paris Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse depuis l'Hôtel de Ville, le octobr
Anne Hidalgo ne veut pas de "péage urbain"
La maire PS de Paris Anne Hidalgo a affirmé lundi qu'elle ne voulait pas de "péage urbain" pour entrer dans la capitale, tout en se disant intéressée à l'idée "d'aller...
23 octobre 2017 - 17:52
Lifestyle
Image
Anne Hidalgo, le 26 septembre 2017 à Paris
Municipales: détrôner Anne Hidalgo, beaucoup y pensent
Les municipales ont beau être encore loin, les appétits commencent à s'aiguiser à Paris pour détrôner la maire PS Anne Hidalgo, elle-même prête à se succéder mais frag...
21 octobre 2017 - 12:26
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don