Agriculteurs en colère : mobilisation à Avignon contre les prix de la grande distribution

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 18 janvier 2024 - 13:20
Image
Agriculteurs en colère
Crédits
Damien Meyer / AFP
Les coups de sang des agriculteurs contre la grande distribution ne datent pas d'hier : ici à Rennes, le 25 février 2021.
Damien Meyer / AFP

FRANCE - Le 16 janvier, plusieurs syndicats d’agriculteurs en Occitanie et dans le Vaucluse ont appelé à une mobilisation. En cause : les prix payés par la grande distribution.

Le syndicat des jeunes agriculteurs du Vaucluse et les agriculteurs de la FDSEA 84 ainsi que la FRSEA Occitanie avaient appelé à une journée de mobilisation le 16 janvier. Rassemblés dès neuf heures du matin devant la Chambre d'agriculture d’Avignon, les manifestants ont ensuite pris le chemin de la préfecture pour y présenter leurs revendications. 

“Ça suffit, on ne peut plus continuer comme ça “

Sophie Vache, présidente de la FDSEA 84, nous explique que “les industriels annoncent des prix à la baisse de 10 à 15 % sur certains produits dans la grande distribution. Ils récupèrent les marges sur les agriculteurs “. Avant de prévenir  : “Si les négociations se passent mal, on ira voir une centrale d’achats ou un supermarché. Ça suffit, on ne peut plus continuer comme ça, vendre à perte, on est le seul secteur où on laisse faire ça sans rien dire.”

Elle se montre d’ailleurs particulièrement inquiète sur la situation des paysans de son département : “Il y a vraiment des agriculteurs désespérés. Même la viticulture, qui porte habituellement la région, décroche”. La représentante syndicale confie que “beaucoup n’ont plus rien à perdre”.

Elle remarque aussi que certains prennent des “initiatives personnelles “ en marge des manifestations. Bien que son syndicat ait invité les manifestants à se disperser à la sortie de la préfecture aux alentours de 15 heures, quelques-uns ont décidé de prendre d’assaut un magasin Auchan situé à quelques kilomètres de là. 

Face à cette colère grandissante, un embrasement “à l’allemande” est-il envisageable ? A cette question, la présidente de la FDSEA 84 répond que les agriculteurs français n’ont “pas les mêmes revendications. Les Allemands “sont inquiets à propos du gazole non routier (GNR). Il y a un écart de presque 50 centimes sur les coûts du carburant par rapport à la France”, précise-t-elle. 

Cependant, elle admet, en fin de compte, que la racine du problème reste la même, quel que soit le pays : “Lorsqu'un agriculteur parvient à vendre ses produits à un prix juste et à en vivre, il est en mesure d’absorber les normes et les contraintes. Mais lorsque plus rien ne fonctionne, cela devient impossible et cela déclenche les manifestations.”

Un mouvement national n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant 

Arnaud Rousseau, le président de la FNSEA, pense, lui, que le ferment des révoltes actuelles réside plutôt dans “l'incompréhension grandissante entre la réalité et la pratique du métier des agriculteurs sur le terrain, et des décisions administratives centralisées.” Du reste, le syndicaliste a bien fait la différence entre la situation de l’Allemagne et celle de la France lorsqu’il a présenté ses vœux à la presse le 10 janvier dernier. 

Tout d’abord, parce que la FNSEA a réussi à négocier une détaxation progressive du diesel agricole, sur six ans, assortie de compensations. Le gouvernement d’Olaf Scholz a lui concédé une détaxe sur trois ans. Ensuite, le mouvement “On marche sur la tête !”, initié début novembre, a conduit l’ancien Premier ministre Elisabeth Borne à suspendre deux taxes.

C’est pourquoi la FNSEA n’a pas prévu de prendre part au mouvement allemand, même si, en soutien, la FDSEA 67 a été autorisée à participer à la manifestation du 9 janvier outre-Rhin. L’organisation d’un nouveau mouvement national n’est pas non plus à l’ordre du jour pour l’instant. Mais si les raisons diffèrent, la colère “de la base “ en France monte, comme en Allemagne il y a quelques semaines... 

À LIRE AUSSI

Image
Hannequin Entretien Essentiel
“On marche sur la tête ! ” Le bon sens paysan retourne donc les panneaux !
ENTRETIEN ESSENTIEL - Voilà trois semaines que les agriculteurs français manifestent à travers tout le pays. Jean-Guillaume Hannequin, président de la FDSEA (Fédératio...
22 décembre 2023 - 17:12
Vidéos
Image
Accord libre-échange UE Nouvelle-Zélande
Le Parlement européen approuve à une très large majorité l’accord de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande
MONDE - Mercredi 22 novembre, le Parlement européen a largement adopté l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et la Nouvelle-Zélande. Ce texte va conduire ...
27 novembre 2023 - 19:57
Politique
Image
Manif agriculteurs allemands Berlin
Manifestations des agriculteurs allemands : l’heure n’est pas aux concessions
MONDE - Le 15 janvier, des milliers d'agriculteurs allemands étaient réunis à Berlin. Ils ont promis de rester mobilisés jusqu'à ce que le gouvernement d'Olaf Scholz r...
16 janvier 2024 - 11:07
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.