Attentat du 14 juillet: pourquoi l'hommage national à Nice est-il célébré trois mois après

Attentat du 14 juillet: pourquoi l'hommage national à Nice est-il célébré trois mois après

Publié le 12/10/2016 à 11:14 - Mise à jour le 16/10/2016 à 18:06
©Valery Hache/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Un hommage national aux victimes de l'attentat du 14 juillet est rendu ce samedi à Nice en présence de François Hollande, trois mois après la tragédie. Une cérémonie qui rompt avec les habitudes en la matière. Mais l'hommage aux victime du terrorisme est une pratique toute récente, et il a fallu tenir compte des demandes, voire peut-être aussi de la colère des familles des victimes.

François Hollande se rend à Nice ce samedi 15 octobre pour participer à l'hommage national aux victimes de l'attentat qui a frappé la Promenade des Anglais le 14 juillet dernier. La cérémonie devait à l'origine se tenir vendredi 14, mais les mauvaises conditions météo ont poussé les autorités à la repousser. Cet hommage prend une forme inédite de part son lieu et le délai intervenu entre le drame et cette commémoration.

Certes, de premières cérémonies avaient eu lieu dans les jours qui ont suivi l'attentat, notamment dans le cadre du deuil national décrété pour les 16, 17 et 18 juillet. Mais l'hommage national diffère du deuil national car est une mesure plus informelle. Par exemple, il ne nécessite pas la prise d'un décret en Conseil des ministres.

Il n'y a donc pas de règle figée pour une telle cérémonie, a fortiori en mémoire des victimes d'attentats puisque le premier hommage national de ce type ne remonte qu'au 27 novembre, deux semaines après les attentats de Paris et Saint-Denis. Jusqu'à ces attaques sans précédent sur le sol français, l'hommage national était une tradition essentiellement militaire. C'est d'ailleurs pourquoi il est habituellement rendu aux Invalides, même lorsqu'il concerne des personnalités civiles (Michel Rocard, Pierre Mauroy). Pour les policiers, il est traditionnellement rendu dans leur préfecture de police de rattachement.

Mais la France n'avait jamais été frappée aussi durement en province qu'à Nice le 14 juillet (86 morts). Et les familles des victimes ont tenu à ce que l'hommage national ait lieu sur place plutôt qu'à Paris. C'est là l'élément clé qui explique les trois mois d'attente entre le drame et la cérémonie: il ne relève pas uniquement d'une décision de l'Etat mais aussi d'une demande des familles des victimes. Celles des trois policiers tués en janvier 2015 l'ont demandé, pas celles des membres de Charlie Hebdo.

Officiellement et selon la secrétaire d'Etat aux victimes Juliette Méadel, ces trois mois ont été nécessaires pour permettre aux associations de victimes de se constituer et de s'organiser, ainsi que pour "laisser le temps aux familles de se recueillir avec leurs proches".

Mais le contexte tendu a pu également avoir joué. En effet, l'efficacité du dispositif de sécurité déployé sur la Promenade des Anglais pour le feu d'artifice du 14 juillet fait encore débat. Et dès les premiers jours qui ont suivi l'attentat, certains parmi les familles des victimes ont mis en cause la responsabilité de l'Etat.

Manuel Valls a fait les frais de cette colère à Nice -ville par ailleurs très marquée à droite- lors de la minute de silence du 18 juillet durant laquelle il avait été hué. François Hollande avait alors choisi d'observer ce moment de recueillement à Paris, au ministère de l'Intérieur. L'exécutif pourrait donc avoir attendu que les tensions s'apaisent avant de célébrer cet hommage national à Nice en présence du chef de l'Etat. Reste à savoir si trois mois après la colère est suffisamment retombée pour que l'hommage ne soit pas gâché.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'émotion mais aussi la colère avaient été fortes à Nice après l'attentat du 14 juillet qui a coûté la vie à 86 personnes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-