Elections européennes: les insoumis excluent Djordje Kuzmanovic de leur liste

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 27 novembre 2018
Mis à jour le 27 novembre 2018
Image
Alexis Corbière, membre de la France insoumise lors des journées d'été du parti à Marseille, le 25 a
Crédits
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
La France insoumise a évincé Djordje Kuzmanovic et François Cocq ont été évincés de la liste du mouvement pour les élections européennes.
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
La France insoumise a exclu deux frondeurs de sa liste pour les élections européennes. Les deux souverainistes Djordje Kuzmanovic et François Cocq ont été évincés par le comité électoral du mouvement alors que la direction n'a toujours pas défini de ligne.

Leur éviction risque de faire couler beaucoup d'encre. Deux frondeurs de la France insoumise ont été évincés de la liste électorale de leur mouvement pour les prochaines élections européennes. Le comité électoral de la FI a ainsi décidé d'écarter deux figures souverainistes: Djordje Kuzmanovic et François Cocq.

Les deux orateurs nationaux n'étaient cependant pas en position éligible, comme l'a rappelé Le Figaro ce mardi 27.

François Cocq a été écarté après avoir émis des critiques sur le mouvement. Djordje Kuzmanovic a quant à lui été évincé pour avoir expliqué qu'il était favorable à la "hiérarchisation des luttes". Il avait été le conseiller de Jean-Luc Mélenchon sur les questions internationales.

A voir aussi: Mélenchon, Le Pen, Ruffin... le retour des tribuns à l'Assemblée

Djordje Kuzmanovic avait déjà été en partie écarté de la formation après un entretien controversé sur l'immigration dans la revue, controversée elle aussi, Causeur. Le quadragénaire d'origine serbe très russophile n'hésitait pas à qualifier certain militants de la FI de "gauchistes".

En outre, Djordje Kuzmanivic et François Cocq étaient des figures souverainistes du mouvement, ce qui selon l'ancienne députée Martine Billard n'a pas joué dans leur éviction. Celle-ci serait seulement liée aux diverses critiques qu'ils ont faites de leur mouvement.

"Ce n'est pas le fait qu'ils aient des différents qui me gêne mais le fait qu'ils les utilisent constamment. Quand on est candidat, on est d'accord sur la ligne proposée", a indiqué la membre du comité électoral.

Les tensions sont donc bien vives au sein du mouvement de Jean-Luc Mélenchon où la contradiction est sévèrement punie. Corinne Morel Darleux a ainsi annoncé son départ du Parti de gauche (lié à la FI) dimanche 25.

"La critique interne, même bienveillante, est vécue comme une attaque, le pas de côté comme une trahison", regrettait-elle. "Les affaires internes et le commentaire systématique de l'actualité me semblent de plus en plus hors-sol. Les réactions autocentrées nous coupent les ailes", avait-elle aussi déclaré sur Facebook.

A lire aussi:

Mélenchon accuse les médias de corrompre la justice

Européennes: Marine Le Pen "a fait son choix" de tête de liste

France insoumise: Charlotte Girard renonce à être tête de liste aux européennes