"En Marche !" de Macron séduit la droite et rebute une partie de la gauche

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 07 avril 2016 - 14:30
Image
Emmanuel Macron de trois quart, un dossier à la main devant l'Elysée
Crédits
©Jacky Naegelen/Reuters
Le lancement par Emmanuel Macron de "En Marche!" était surtout bien reçu à droite jeudi, la gauche affichant quant à elle sa prudence, voire son hostilité.
©Jacky Naegelen/Reuters
Les réactions des politiques ne se sont pas fait attendre après le lancement du mouvement "En Marche!" par le ministre de l'Économie. La droite semble séduite par le mouvement tandis qu'à gauche c'est la circonspection qui domine quand ce n'est pas l'hostilité.

Le lancement par Emmanuel Macron d'un mouvement "ni à droite, ni à gauche" était surtout bien reçu à droite jeudi, Jean-Pierre Raffarin allant même jusqu'à l'imaginer en Premier ministre d'Alain Juppé, la gauche affichant quant à elle sa prudence, voire son hostilité.

L'hebdomadaire Le Point rapporte cette semaine une déclaration de Jean-Pierre Raffarin (Les Républicains), soutien d'Alain Juppé pour 2017, lors d'une conférence à l'European Business School: "le meilleur Premier ministre d'un président de droite modérée, ce serait Emmanuel Macron".

L'enthousiasme de l'ancien Premier ministre n'était pas retombé ce jeudi matin, au lendemain du lancement par M. Macron de son mouvement politique "En Marche!" lors d'une réunion publique à Amiens. "Il n'y a pas d'incompatibilité entre les sensibilités, les deux tempéraments, les deux cultures, je trouve. Qu'il y ait, dans l'avenir, des partenariats, je ne sais sous quelle forme, ça ne me paraît pas impossible", a-t-il ajouté sur France 2.

Alain Juppé lui-même avait évoqué le cas Macron le 17 février. "Il vaut mieux être dans un gouvernement de droite que dans un gouvernement de gauche pour faire valoir des idées de droite", avait-il glissé.

Même constat ce jeudi matin, mais avec une pointe d'agacement supplémentaire, du centriste Jean-Christophe Lagarde. "Emmanuel Macron me semble parfaitement compatible avec l'UDI. Mais il se trouve coincé dans un paradoxe: à chaque fois qu'il dit quelque chose d'intéressant, son gouvernement lui dit de la fermer", a lancé le patron du parti centriste qui voit le ministre de l’Économie investir son terrain.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, qui a souvent ferraillé avec Emmanuel Macron, ne semble pas lui assigner d'autre rôle. "S'il contribue à élargir la majorité, son apport est positif". Mais "s'il veut changer le centre de gravité de la gauche, il fait fausse route", a-t-il averti dans Les Echos.

Selon l'Elysée, François Hollande était au courant de l'initiative politique de son ministre de l'Economie, 38 ans, qui fut son secrétaire général adjoint avant de rejoindre Bercy et n'a encore jamais sollicité de mandat électif. Le chef de l'Etat a "une grande confiance" en lui, et "tout ce qui participe du succès de l'exécutif et de la politique que nous menons va dans le bon sens".

Mais même le député PS réformateur Christophe Caresche, soutien de l'exécutif, s'est montré circonspect. "Ce n'est pas en alignant des stratégies contradictoires qu'on peut construire une ligne cohérente", a-t-il déclaré à l'AFP.

Les réactions sont nettement plus hostiles à la gauche de la gauche, alors que le projet de loi sur le travail continue de susciter l'opposition de la jeunesse et alors qu'émerge le mouvement "Nuit debout" à Paris et dans plusieurs villes de l'Hexagone.

M. Macron "est quelqu'un qui pense que la précarisation du salariat est l'avenir de nos sociétés, je ne le crois pas. Le ni-droite ni gauche, c'est une mode qu'il enfourche et qui est toujours en fait le masque de ceux qui finiront à droite et qui mènent des politiques de droite", a jugé le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

"Les gens qui ont mis en panne tout le système et l'économie du pays et qui font un truc qui s'appelle +En Marche+, ça me fait rire", a renchéri Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche). "Il y a une ambiance de révolution de palais que tout le monde sent. On ne sait pas très bien qui manœuvre pour qui dans cette histoire. Mais on voit bien qu'ils sont en pleine préparation de la campagne présidentielle de François Hollande et que chacun des importants a une pièce sur chaque case du damier", en cas de victoire ou de défaite du président sortant.

Pierre Gattaz, le président du Medef, a, lui, assuré: "j'aime bien l'initiative d'Emmanuel Macron. Je trouve que c'est rafraîchissant, que ça permet de sortir de la politique politicienne".

 

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron crée son mouvement "pas à droite, pas à gauche"
Lors d'un déplacement à Amiens aux airs de campagne, Emmanuel Macron a annoncé lancer son propre mouvement qui ne sera "pas à droite, pas à gauche". Il se défend cepen...
06 avril 2016 - 23:09
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.