Génération identitaire : le gouvernement réfléchit à dissoudre le groupe d'extrême droite

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 03 avril 2019 - 18:26
Image
Une manifestation de l'association Génération Identitaire à Paris le 28 mai 2016
Crédits
© MATTHIEU ALEXANDRE / AFP/Archives
Le groupe Génération identitaire pourrait être dissout.
© MATTHIEU ALEXANDRE / AFP/Archives

Christelle Dubos, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé, a annoncé ce mercredi 3 la décision du gouvernement de réflchir aux moyens de dissoudre le groupe d'extrême droite Génération identitaire. Dernier fait de l'organisation, le déploiement illégal d'une banderole sur le toit de la Caf de Bobigny en Seine-Saint-Denis.

Pour le gouvernement, c'est le geste de trop. Christelle Dubos, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé a annoncé qu'un rendez-vous a été pris avec le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Justice pour envisager les moyens légaux de dissoudre le mouvement d'extrême droite Génération identitaire comme le rapporte Libération (voir ici). Vendredi 29 mars, 19 militants identitaires se sont introduits sur le toit de la Caisse des allocations familiales (Caf) de Bobigny en Seine-Saint-Denis pour y dérouler une banderole portant l'inscription "De l'argent pour les Français. Pas pour les étrangers!".

Sur le même sujet: Dissolution de Génération identitaire - sur quelles bases et pour quels effets?

Le groupe Génération identitaire s'est fait connaître par plusieurs actions choc notamment celles menées dans le col de l'Echelle non loin de Briançon (Hautes-Alpes) au printemps 2018, visant à empêcher, ou à dénoncer, l'entrée en France de migrants par la frontière alpine. Quatre personnes ont été arrêtées dans cette affaire pour "immixtion dans une fonction publique".

Lire aussi - Génération identitaire: deux vagues d'arrestations de jeunes proches du groupe d'extrême droite

Le nom de Génération identitaire était revenu sur le devant de la scène en marge de la tuerie de Christchurch perpétrée par Brenton Tarrant. Celui qui a abattu 50 personnes le 15 mars dernier –et qui a passé plusieurs semaines en France en 2017– avait versé un don de 1.500 euros (voir ici) à la branche autrichienne du mouvement. Certains membres de cette branche autrichienne, dont son dirigeant, avaient participé aux opérations au col de l'Echelle.

Voir aussi:

Génération identitaire occupe la CAF de Bobigny, une plainte déposée (vidéo)

Lille: Génération Identitaire proteste contre un concert de Médine

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.