Glyphosate: les lobbys ont gagné?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Glyphosate: les lobbys ont gagné?

Publié le 29/05/2018 à 09:55 - Mise à jour à 10:02
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Engagement présidentiel, la sortie du glyphosate d'ici 2021 a été rejeté par les députés dans la nuit de lundi à mardi. Le poids des lobbys de l'agro-alimentaire est mis en cause par les opposants à l'herbicide controversé.

Les députés ont refusé dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 d'inscrire dans la loi l'interdiction progressive de l'herbicide le plus utilisé de France. En effet, l'Assemblée nationale a rejeté des amendements à la loi agriculture et alimentation, y compris provenant de la majorité, qui visaient à graver dans le projet la sortie du glyphosate en 2021. Il s'agissait pourtant d'un engagement d'Emmanuel Macron.

Un rejet sur lequel de nombreux opposants au glyphosate voient planer l'ombre des puissants lobbys de l'agro-alimentaire. Déjà mercredi 23, l'ancienne ministre PS Delphine Batho avait déclaré à la tribune de l'Assemblée que l'Uipp (Monsanto, Bayer, etc) avait eu accès ces dernières semaines à son amendement d'interdiction du glyphosate "plus de 90 heures" avant les députés, dans le cadre du projet de loi sur l'agriculture.

Lire aussi - Sortie du glyphosate d'ici trois ans: "ce sera fait", assure Griveaux

"Leur argumentaire contre mon amendement comporte une erreur qui n'existait que dans une version de mon amendement présente dans les logiciels internes de l'Assemblée nationale pendant quelques heures, et bien avant qu'il soit traité par les services de l'Assemblée nationale et mis en ligne, et même 90 heures avant qu'il ne soit porté à la connaissance de mes collègues députés", a précisé la députée.

Une fuite confirmée par le président de la chambre basse en personne, François de Rugy. Toutefois, ce dernier a fait savoir que l'enquête interne destinée à découvrir l'origine de cette fuite "n'avait pas permis de déterminer" d'où elle provenait.

Bottant en touche, il a jugé que ce dysfonctionnement pointé par Delphine Batho illustrait l'"importance" du travail parlementaire puisque "des amendements, même déposés par une députée d'opposition, sont pris au sérieux par l'industrie et par des lobbies qui s'organisent pour les contrer". Et de poursuivre: "Il ne faut pas non plus fantasmer sur des lobbies. Le fait que des groupes, qu'ils soient économiques, associatifs ou syndicaux, fassent des propositions d'amendements et qu'il y ait des députés qui les reprennent (...) ce n'est pas nouveau".

Voir - Hulot relance les spéculations sur son avenir au gouvernement

A noter que lors de ce vote particulièrement important, le ministre de la Transition écologique n'était pas au Palais Bourbon mais en Corse. Nicolas Hulot y a inauguré une station d'épuration. Il avait pourtant plaidé de son côté pour que l'interdiction du glyphosate soit bien inscrite dans la loi car, a-t-il dit sur BFMTV, "si on ne se fixe pas ces points d'étape, je sais très, très bien qu'il ne se passera rien". "Il faut être cohérent", a argué le ministre, qui a promis de faire au cours de l'été un bilan de son action au gouvernement, prélude à une décision sur son avenir.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les députés ont refusé d'inscrire dans la loi l'interdiction progressive du glyphosate.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-