Loi travail: nouvelle évacuation ce samedi de manifestants "Nuit Debout" à République

Loi travail: nouvelle évacuation ce samedi de manifestants "Nuit Debout" à République

Publié le 02/04/2016 à 09:35 - Mise à jour à 09:39
©Capture d'écran Twitter/ Nuit Debout
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP avec AFP
-A +A

Les militants "Nuit debout" rassemblés place de la République à Paris ont de nouveau été délogés par la police, ce samedi matin. Ce collectif inspiré des "Indignés" espagnols protestait pacifiquement contre la loi Travail et pour "libérer la parole citoyenne".

Les forces de l'ordre ont procédé à une nouvelle évacuation ce samedi 2 à l'aube de manifestants qui occupaient la place de la République à Paris pour s'opposer à la loi travail, au deuxième jour de l'opération "Nuit Debout".

"80 militants ont été évacués à 5h25, l'évacuation s'est bien passée", a-t-on appris de source policière. Le rassemblement de la place de la République n'était "pas autorisé", a précisé cette source. Dans la soirée, la page Facebook de Nuit debout faisait état d'une "foule immense" rassemblée place de la République, une photo montrant plusieurs centaines de personnes rassemblées.

"La loi travail a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de notre indignation. (...) A la convergence des luttes sociales et écologistes puis de la mobilisation étudiante, notre mobilisation vise d'abord à rassembler et à libérer une parole citoyenne inaudible dans les cadres étriqués de la représentation politique traditionnelle", invoque le mouvement qui s'inspire des "Indignés" espagnols. Puis de prévenir: "La Nuit Debout ne fait que commencer".

"Nouvelle évacuation en cours. Le pouvoir n'aime pas que les manifestants lui prennent ses places" a tweeté l'ancien porte-parole du NPA Olivier Besancenot samedi peu avant 7h. Il a appelé à la "reprise de la place de la République à 14h avec le Droit au Logement", qui organise, au côté d'autres associations et syndicats un rassemblement contre les expulsions locatives, au lendemain de la fin de la trêve hivernale.

Une première "Nuit debout" s'était déjà déroulée dans la nuit de jeudi 31 mars à vendredi 1er avril, dans la foulée de la manifestation contre la loi travail. Une cinquantaine de manifestants qui avaient passé la nuit place de la République avaient été délogés par les forces de l'ordre vendredi matin.

La mobilisation contre le projet de loi travail a pris de l'ampleur jeudi malgré les concessions du gouvernement sur le texte: entre près de 390.000 personnes selon les autorités, 1,2 million, dont 200.000 jeunes, selon les organisateurs, ont manifesté dans 250 villes, "avec plusieurs milliers d'arrêts de travail", à l'appel de sept syndicats de salariés et d'étudiants (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, FIDL, UNL). Plusieurs défilés ont été émaillés de heurts avec les forces de l'ordre qui ont interpellé plus d'une centaine de personnes.

Lors de la précédente journée de mobilisation, le 9 mars, à l'appel des mêmes organisations, les autorités avaient recensé 224.000 manifestants, et les organisateurs entre 400.000 et 500.000.

 

Auteur(s): PP avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le pouvoir n'aime pas que les manifestants lui prennent ses places", a dénonce Olivier Besancenot après l'évacuation de ce samedi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-