Les robes noires manifestent contre les injustices de la politique sanitaire

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 02 mars 2022 - 16:30
Image
Me Jean-Marc André et la mobilisation des robes noires
Crédits
Romain Pauc & Neyer Valeriano / FS
Me Jean-Marc André, ancien bâtonnier, lors de la prise de parole des robes noires à Paris.
Romain Pauc & Neyer Valeriano / FS

Avocats, juristes et greffiers se sont rassemblés, hier en fin de journée, pour alerter la population sur les dérives de la justice en France. Demandant la suppression immédiate des passes sanitaire ou vaccinal, ils appellent le peuple à se ranger derrière eux pour mettre la pression sur la justice et les politiques, afin que les responsables soient jugés.

La mobilisation des robes noires s’est tenue ce mardi 1er mars, autour de 17 h, sur le parvis du Tribunal judiciaire de Paris, avant d’être repoussée par la police jusqu'au croisement du boulevard Berthier et de l’avenue de la porte de Clichy. L'ambiance était pourtant totalement pacifique.

Selon eux, des milliers de victimes d’effets secondaires, des familles entières, ont subi une justice partiale dont les jugements étaient biaisés. Ces juristes manifestants alertent également vis-à-vis du droit à l'information et au consentement, qui a été violé : « Les conséquences étaient trop lourdes pour ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner, on ne peut pas parler de choix, surtout pour tout le corps médical qui a été menacé, ou qui a perdu son travail à cause de cette obligation vaccinale », témoigne l'un des avocats, habillé de sa robe noire.

Marianna Reyne, juriste et déclarante de la mobilisation © FranceSoir.

Sur place, c'est leur droit de manifester qui est mis à l'épreuve, bien que la préfecture de Paris leur ait accordé le droit de se rassembler sur le parvis. Marianna Reyne, juriste et co-déclarante de la manifestation, nous fait part de son indignation : « On nous invisibilise encore une fois. Ils nous ont poussés hors de ce lieu symbolique ».

Une habitude chez la préfecture de police de Paris. Didier Lallement a d'ailleurs été maintes fois décrié par les manifestants, qui essaient régulièrement de jouer le jeu en déclarant les rassemblements. De fait, ces protestataires pacifiques sont souvent invisibilisés à cause de trajets largement modifiés, sinon interdits.

L’ancien bâtonnier au barreau de Versailles, Me Jean-Marc André, relativise à ce sujet. Selon lui, cette manipulation de la préfecture leur permet d’être davantage au contact du peuple : « Au dernier moment, on n'a pas eu le droit d’être sur le parvis, mais ça nous permet d’être avec la population. On est plus visible ici. »

Voir aussi : "Où est la transparence ?" Des députés européens demandent des comptes sur les politiques sanitaires

Une centaine de protestataires étaient présents. Parmi eux, une proportion de jeunes plus importante que d'habitude. Certains avaient un drapeau à la main, l’agitant dans les airs au milieu d’une dizaine d’autres parfois marqués du mot « liberté ».

À LIRE AUSSI

Image
Gloriane Blais
Me Gloriane Blais risque son titre d'avocat face à une justice qui "bafoue le droit à la défense"
Au Canada, dans la province de Québec, le passe vaccinal est requis dès l'âge de 13 ans. Me Gloriane Blais, avocate à Québec depuis 23 ans et spécialiste du droit de l...
08 février 2022 - 16:30
Vidéos
Image
Me Jean-Pierre Joseph
Les masques pourraient générer des cancers : l'avocat Jean-Pierre Joseph lance une procédure
ENTRETIEN — Avec l’avocat au barreau de Grenoble et doyen de l’Ordre, Jean-Pierre Joseph, cette fois au sujet de la procédure qu’il a lancée contre le défaut de marqua...
20 février 2022 - 22:30
Opinions
Image
Debriefing Me Thomas Benages
Me Benages, avocat du Pr Perronne : "les Conseils de l'Ordre joueront leur crédibilité !"
Debriefing proposé avec BonSens.org : nous recevons Me Thomas Benages, avocat du professeur Christian Perronne.Me Benages revient sur les évènements des derniers mois...
26 décembre 2020 - 12:00
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.