Pour François Kalfon, "Emmanuel Macron est le candidat du système bancaire"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 février 2017 - 18:06
Image
Emmanuel Macron le 25 février 2017 à Saint-Priest-Taurion
Crédits
© PASCAL LACHENAUD / AFP/Archives
François Kalfon reproche à Emmanuel Macron sa responsabilité dans le "divorce entre une base populaire et François Hollande".
© PASCAL LACHENAUD / AFP/Archives
François Kalfon est conseiller régional d’Île-de-France et membre de l’équipe de campagne de Benoît Hamon. Invité sur la matinale de Public Sénat et Sud Radio ce mardi, il a vivement critiqué Emmanuel Macron.

Pour François Kalfon, Emmanuel Macron est loin d'être un "candidat anti-système". Invité ce mardi 28 sur le plateau de Territoires d’Infos, la matinale de Public Sénat et Sud Radio, le conseiller régional d’Île-de-France et membre de l’équipe de campagne de Benoît Hamon a qualifié l’ancien ministre de l’Économie de "candidat du système bancaire, candidat de la banque Rothschild et candidat d’un certain nombre de milieux d’affaires".

Il a reproché à Emmanuel Macron sa responsabilité dans le "divorce entre une base populaire et François Hollande". Selon François Kalfon, le candidat d'En marche! proposerait "un plan d’austérité de 60 milliards d’euros, la suppression de 160.000 fonctionnaires" et "une prolongation des politiques sociales libérales" dont il aurait été l’inspirateur du temps où il était le secrétaire général adjoint de l’Élysée. "Emmanuel Macron est le réceptacle de deux choses: du bilan de ce quinquennat, de l’atomisation de la gauche, et aussi de la persistance de M. Fillon comme candidat de la droite", s'est exprimé François Kalfon. Et concernant le souhait de l'ex-banquier de dépasser le clivage gauche–droite, il a conclu: "C’est un grand fantasme, on verra où ça conduit. Avec quelle majorité parlementaire compte-t-il gouverner?"

François Kalfon est également revenu sur la campagne de Benoît Hamon qu'il supporte. Malgré des sondages qui créditent le candidat PS de la 4e place, avec entre 12 et 15% des intentions de vote, François Kalfon a quand même voulu y voir des signes positifs: "Si vous regardez, dans le contexte d’un quinquennat qui a déstructuré la vie politique et en particulier la gauche, cette gauche frondeuse, au sens large, est à plus de 25%. Le point, c’est qu’elle est portée par deux candidats différents", a-t-il précisé. 

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel Macron.
Autoroutes: Emmanuel Macron veut faire "baisser les tarifs"
Le ministre de l'Economie s'est exprimé sur les tarifs des sociétés d'autoroutes sur le plateau de l'émission "Capital", diffusée sur M6 ce dimanche 9. Il a annoncé vo...
10 novembre 2014 - 13:20
Société
Image
Emmanuel Macron de trois quart, un dossier à la main devant l'Elysée
Emmanuel Macron et les retraites chapeau: une suppression sans précipitation
Le ministre de l'Economie s'est dit favorable ce mardi à la suppression des retraites chapeau. Il a cependant tenu à différencier celles des grands patrons et celles ...
18 novembre 2014 - 19:23
Politique
Image
Emmanuel Macron de trois quart, un dossier à la main devant l'Elysée
Emmanuel Macron veut "plus de souplesse" sur les 35 heures
Emmanuel Macron n'en démord pas: les 35 heures ne sont pas un tabou. Elles doivent rester la base légale de durée hebdomadaire du travail, mais doivent être assouplies...
21 novembre 2014 - 08:23
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.