Primaire de la droite : les soutiens de Juppé tempèrent son offensive contre Fillon

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 23 novembre 2016 - 16:55
Image
Alain Juppé le 5 janvier 2016.
Crédits
©Dominique Faguet/AFP
"Moi, a insisté le maire de Bordeaux, je me suis toujours battu avec la plus grande énergie contre le FN"
©Dominique Faguet/AFP
Alain Juppé a poursuivi ce mercredi 23 son offensive tous azimuts contre François Fillon, qui serait soutenu par des "membres de l'extrême droite", tandis que les soutiens du maire de Bordeaux se montraient plus mesurés, appelant au "respect mutuel".

Pas de trêve entre les Alain Juppé et François Fillon ce mercredi 23 au lendemain de leurs meetings respectifs à Toulouse et à Lyon. "Ce qui risque de fracturer la droite, c'est les prises de position successives de membres de l'extrême droite, anciens membres du FN, pour la candidature de François Fillon", a attaqué Alain Juppé mercredi sur RTL.

"Moi, a insisté le maire de Bordeaux, je me suis toujours battu avec la plus grande énergie contre le FN. Ce sera un enjeu du combat de 2017 bien entendu, c'est de faire barrage au FN (...). Je suis tout à fait clair sur ce point".

Fillon a répliqué sur Europe 1 en rangeant Juppé dans le "petit microcosme, toujours le même", qui "pense qu'il a la vérité sur tous les sujets et croit parler au nom du peuple français". "Je pense pas que les 44% des électeurs qui ont voté pour moi" dimanche soir "se reconnaissent dans cette caricature".

"Oui, j'ai des valeurs. Je ne m'excuse pas d'avoir des valeurs: je crois à la famille, au travail, à l'autorité de l'Etat", a insisté Fillon, qui a jugé "inqualifiable" la polémique lancée par son rival sur ses prises de positions sur l'IVG.

Mercredi matin, le maire de Bordeaux a toutefois dit que ce débat sur les positions de Fillon sur l'avortement était "clos".

Interrogé sur l'identité de ces soutiens d'extrême droite qu'il évoque, Juppé a listé Jacques Bompard, le maire Ligue du Sud d'Orange et ancien membre du FN, Carl Lang, ancien eurodéputé FN et patron du Parti de la France, "Riposte Laïque", un mouvement islamophobe d'extrême droite. "Je vous laisse le choix, vous le verrez au fil des jours".

M. Lang a indiqué à l'AFP mardi soir qu'il ne voterait pas dimanche. M. Bompard a lui tweeté mardi: "Dimanche je voterai Fillon". Riposte laïque, a lancé un appel contre le maire de Bordeaux mardi: "Pour contrer le vote musulman, votons Fillon en masse!". Aymeric Chauprade, ex-eurodéputé FN, a aussi accordé son soutien à M. Fillon.

Après le premier tour, dont la participation définitive s'établit à 4.272.880 électeurs selon la Haute autorité, les deux concurrents s'affronteront jeudi soir lors d'un débat télévisé. Vendredi, François Fillon tiendra un meeting à Paris, Porte de Versailles, et Alain Juppé sera à Nancy.

Les proches et soutiens de M. Juppé ont en revanche adopté un ton plus mesuré que leur candidat à l'égard de son rival. "Il y a une volonté d'Alain Juppé de montrer ses différences avec François Fillon. Le ton est un peu monté hier, un peu trop de mon point de vue", a déclaré sur France 2 le député Benoist Apparu.

"Ni sur les valeurs, ni sur le plan économique, le programme de François Fillon n'est un programme dangereux", a affirmé le député de la Marne.

"Je ne me reconnais pas dans la tension politique de la campagne de second tour", a également déclaré Hervé Mariton, qui "appelle solennellement au respect mutuel pour cette campagne de second tour". Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a dit souhaiter "à la fois du calme de chaque côté et qu'il y ait débat".

"C'est souvent le cas dans les dernières lignes droite de campagne électorale. Ce n'est pas forcément ce avec quoi je suis le plus à l'aise" alors que "je sais qu'il y a entre ces deux personnalités politiques de l'estime et de l'amitié", a abondé le député LR Edouard Philippe.

Dans un autre registre, François Bayrou, soutien affiché de M. Juppé, a dénoncé la "brutalité" du projet de M. Fillon. Si ce dernier remportait la primaire, le président du MoDem entend "essayer de bâtir un autre" projet, tout en précisant: "je n'en suis pas du tout à la question d'une candidature" en 2017.

 

À LIRE AUSSI

Image
Alain Juppé François Fillon
Primaire de la droite : quelles différences entre Fillon et Juppé sur la famille ?
La famille et les mutations qu'elle subit (mariage pour tous, adoption, PMA, GPA) se sont invitées dans le débat du second tour de la primaire de la droite, avec notam...
23 novembre 2016 - 16:03
Politique
Image
Alain Juppé.
Primaire à droite : Juppé dénonce les "soutiens d'extrême droite" dont bénéficie Fillon
A quelques jours du second tour de la primaire à droite, Alain Juppé, en retard dans les sondages, a dénoncé lors d'un meeting à Toulouse mardi soir les "soutiens d'ex...
23 novembre 2016 - 08:58
Politique
Image
Charte primaire vote bureau urne Les Républicains Sarkozy Copé Juppé NKM Fillion Le Maire Poisson
Primaire de la droite : qui étaient les électeurs du premier tour ?
Selon un sondage publié ce mardi, l'électeur type du premier tour de la primaire de la droite est un retraité de plus de 65 ans, vivant dans une "commune urbaines de p...
22 novembre 2016 - 19:38
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.