Primaire: Juppé se rend sur la symbolique dalle d'Argenteuil

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Primaire: Juppé se rend sur la symbolique dalle d'Argenteuil

Publié le 02/11/2016 à 13:00
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La veille d’un nouveau débat entre les candidats à la primaire de la droite, le favori Alain Juppé tente une nouvelle démonstration de force en se rendant sur la symbolique dalle d’Argenteuil, là où Nicolas Sarkozy, qui essaie toujours de rattraper son retard, s’était illustré par ses propos sur les "racailles".

La campagne pour la primaire (20-27 novembre), une première du genre dans l'histoire de la droite française, s'est encore accélérée à moins de trois semaines du premier tour.

Alain Juppé a enregistré mardi soir le soutien de Valérie Pécresse, qui dirige en Ile-de-France le plus gros effectif régional de l'opposition. Parmi les poids lourds des Républicains encore "non-alignés", ne reste plus que le patron de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand. Or le dernier meeting de campagne d'Alain Juppé avant le premier tour est prévu... le 18 novembre à Lille.

Avant le premier débat télévisé le 13 octobre, le maire de Bordeaux avait enregistré le ralliement massif de nombreux élus centristes. Rebelote avec Mme Pécresse (LR) avant le second débat jeudi soir, et poursuite de l'offensive sur le terrain avec une visite mercredi à Argenteuil, sur cette symbolique dalle où M. Sarkozy, en 2005, avait promis à une habitante qui l'interpellait de la "débarrasser" d'une "bande de racailles". "On compte aller chercher les voix une à une, y compris ici", a expliqué sur place un soutien du maire de Bordeaux.

En attendant, les langues se délient quelque peu. Mme Pécresse a expliqué sur RTL que M. Sarkozy était le seul des sept candidats à n'avoir pas répondu à ses questions sur le programme. L'ancienne ministre "a choisi de laisser François Fillon, ce qui pour lui n'est certainement pas sympathique, pour choisir Alain Juppé", a observé en retour Nicolas Sarkozy sur France Info.

"Nous avons apparemment des désaccords. Elle est pour l'augmentation de la TVA, je suis absolument contre. Elle est pour un groupe parlementaire pour M. Bayrou, je suis contre parce que je crois à la nécessité d'une alternance franche", a développé l'ancien président qui poursuit son offensive tous azimuts contre François Bayrou. Soutien revendiqué d'Alain Juppé, le président du MoDem a promis de se présenter en 2017 pour faire barrage à Sarkozy si ce dernier gagne la primaire.

"En 2012, il a voté avec enthousiasme pour François Hollande. Son projet est aux antipodes des idées que je porte. Il veut une nouvelle tranche de l'impôt sur le revenu, il veut l'augmenter. Il est contre l'interdiction du voile. Il veut le droit de vote pour les étrangers. Il ne veut pas la suppression du regroupement familial", a accusé M. Sarkozy.

"Je ne veux pas que demain la future majorité soit otage de M. Bayrou", a martelé l'ancien président, qui agite la perspective d'un groupe parlementaire de "100 à 150 députés" pour François Bayrou et les centristes.

Cet axe de campagne, martelé, le camp sarkozyste se promet encore de l'amplifier avec une conférence de presse de ses principaux soutiens mercredi à la mi-journée. Parmi eux François Baroin, pressenti pour Matignon mais appelé dans un lapsus matinal... "François Bayroin" par M. Sarkozy.

L'écart se resserre entre M. Juppé (37%) et M. Sarkozy (31%) au premier tour, selon le dernier sondage Ifop-Fiducial. M. Juppé détient une nette avance au sein de l'électorat centriste. Nicolas Sarkozy, qui devrait se déplacer à Belfort cette semaine, est lui en tête parmi les hypothétiques électeurs du Front national. "On voit bien que je suis la barrière, et que le choix pour sortir de la primaire, pour que tous ces gens n'aillent pas grossir les rangs du Front national, il vaut mieux que ça soit moi", a-t-il dit.

Les autres candidats entendent, eux, mettre à profit le deuxième débat, prévu jeudi soir sur BFMTV et i>Télé, pour faire entendre leur voix. A commencer par François Fillon, dont la première prestation avait été jugée convaincante. Un troisième débat sera organisé le 17 novembre, à trois jours du premier tour.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le second débat de la primaire de la droite aura lieu jeudi 3.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-