Retraites : les syndicats espèrent frapper "plus haut, plus fort"

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 31 janvier 2023 - 12:00
Image
Syndicats 31 janvier retraites
Crédits
AFP
1,2 million de manifestants sont attendus en fourchette haute dont 100 000 à Paris, selon une source policière.
AFP

Un 2e round "plus haut, plus fort" ? De Arras à Nice, les opposants à la réforme des retraites ont commencé à défiler dans des cortèges où mardi, sont attendus des centaines de milliers de Français, les syndicats espérant une mobilisation au moins équivalente à celle du 19 pour faire plier le gouvernement sur son projet phare.

La grève est très suivie dans les transports avec une circulation des métros et RER "très perturbée" en région parisienne, de même que celle des TGV. La situation est encore plus difficile pour les trains régionaux et Intercités.

Dans les manifestations, dont les premières ont débuté à 10 h 00, "nous espérons être au moins autant (que le 19)", a souligné mardi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sur BFMTV et RMC. Il a fait état de quelque 250 rassemblements et manifestations.

"Si la Première ministre n'a pas entendu le message, aujourd'hui, on va le lui dire plus haut, plus fort et plus nombreux", a-t-il martelé.

"Beaucoup de colère"

"Il y a beaucoup de colère contre cette réforme", a témoigné auprès de l'AFP un agent de sécurité à Marseille, qui a requis l'anonymat. "Travailler jusqu'à 64 ans ou plus, c'est très, très dur, surtout dans nos métiers".

La journée du 19, à l'appel des huit principaux syndicats français, avait réuni selon les autorités 1,12 million de manifestants, plus de deux millions selon la CGT.

Cette fois-ci, 1,2 million de manifestants sont attendus en fourchette haute dont 100 000 à Paris, selon une source policière.

Onze mille policiers et gendarmes sont mobilisés, dont 4 000 à Paris, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Une intersyndicale doit se réunir à partir de 18 h 00 au siège de FO pour décider des suites du mouvement, et probablement annoncer au moins une nouvelle journée de mobilisation.

Actions étudiantes 

Les syndicats enseignants ont prévu 50% de grévistes mardi parmi les professeurs, de la maternelle au lycée.

Mardi matin, des lycéens se sont mobilisés, notamment dans les établissements parisiens Turgot ou Hélène Boucher. Devant ce dernier, brièvement occupé, une quarantaine de lycéens sous bonnets et masques ont arboré des pancartes comme "Borne out" ou "2023 on ne se taira pas".

"Bien sûr que la jeunesse est concernée", a plaidé Colin Champion, président du syndicat La Voix Lycéenne lors d’un point presse devant le lycée parisien Voltaire, assurant que "les lycées sont plus mobilisés que le 19 janvier où 60 étaient bloqués".

Des étudiants étaient également mobilisés, comme au site Saint-Charles de l'université Aix-Marseille, où un piquet de grève a été installé avec une banderole "Réforme accablante, riposte étudiante". Sciences Po a été occupé dans la nuit par une cinquantaine d'étudiants.

La CGT a annoncé 75 à 100% de grévistes dans les raffineries et dépôts de TotalEnergies. Quant aux grévistes d'EDF, ils ont occasionné dans la nuit des baisses de charges dans les centrales électriques de "près de 3 000 MWH", sans toutefois causer de coupures, selon la CGT et EDF.

La mobilisation concerne des secteurs professionnels variés. À Nîmes, les entrées de la maison d'arrêt ont été bloquées et l'extraction de détenus rendue impossible, selon une source syndicale.

"Très mal engagée" 

Pris en étau entre la détermination de la rue et la virulence des oppositions à l'Assemblée, où le projet est débattu depuis lundi, le gouvernement a durci le ton ce week-end, M. Darmanin dénonçant "le profond mépris de la valeur travail" d'une partie de la gauche.

Des responsables de gauche ont eux accusé l'exécutif de prendre "le risque de fracturer durement notre pays", à l'instar de Fabien Roussel (PCF) sur Public Sénat ou d'être "un gouvernement d'extrémistes", selon François Ruffin (LFI) sur RTL.

Elisabeth Borne a, elle, joué la carte de la fermeté, affirmant que le recul de l'âge n'était "plus négociable", même si des mesures en faveur des femmes, plus impactées par la réforme que les hommes, sont envisagées.

En retrait sur ce dossier, le président Emmanuel Macron, qui joue en partie son quinquennat sur cette réforme, l'a jugée lundi "indispensable".

Mais pour l'exécutif, la bataille de l'opinion "est très mal engagée", selon Frédéric Dabi, de l'institut de sondages Ifop: "Au fur et à mesure que les Français entrent dans la connaissance de la réforme, l'adhésion recule" dans les sondages.

À LIRE AUSSI

Image
Chenu
“Scandaleux“ : Chenu fustige la volonté des syndicats "qui ont fait élire Macron" d'écarter les élus RN des manifestations
Sébastien Chenu a estimé que le fait que les syndicats n'acceptent pas les élus de son parti dans les manifestations contre la réforme des retraites était "scandaleux"...
29 janvier 2023 - 12:30
Politique
Image
Borne
Retraites : le report de l'âge de départ à 64 ans "n'est plus négociable", prévient Borne
Le report de l'âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans, contesté par les syndicats et l'essentiel des oppositions, "n'est plus négociable", a affirmé Elisabeth Born...
29 janvier 2023 - 11:30
Politique
Image
Guérini
Retraites : les fonctionnaires reçoivent un e-mail vantant la réforme, des syndicats dénoncent une "propagande politique"
Plusieurs syndicats de la fonction publique, dont la CGT, FO et l'Unsa, ont dénoncé l'envoi d'un courriel officiel sur l'adresse personnelle de “l'ensemble“ des agents...
28 janvier 2023 - 13:00
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.