Sciences Po Paris : une professeure de danse affirme avoir été virée après avoir réparti ses élèves entre “hommes” et “femmes"

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 10 décembre 2022 - 13:50
Image
Sciences Po
Crédits
AFP
Son affaire a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où des internautes dénoncent une “tyrannie du wokisme”.
AFP

Une professeure de danse de salon à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris a été congédiée après avoir été accusée d’avoir tenu des propos “sexistes, dégradants, discriminatoires et racistes”. Des élèves se sont plaints d’être “mal à l’aise” car elle a demandé à ses disciples de se répartir en couples d’“hommes” et de “femmes”.

L'enseignante, qui donnait des cours à Science Po Paris depuis huit ans “sans jamais avoir de problème”, s’est dite surprise d’avoir reçu un appel de la part de l’administration, qui lui a annoncé “qu’un élève s’était plaint de [son] comportement, [qu’elle l’avait] mis mal à l’aise. Ils m’ont demandé de respecter les "principes d’inclusion" et la charte éthique de l’école”, a-t-elle déclaré.

À l’origine de cette histoire, un changement dans les catégories d’inscription pour ses cours de danse. La professeure, Valérie Plazenet, ne retrouve plus les mentions “homme” et “femme” mais celles de “leader” et “follower”. “D’ailleurs, beaucoup de candidats se sont inscrits comme “leader” car ils pensaient que cela signifiait un niveau supérieur”, a-t-elle expliqué au micro de CNews.

Interdiction de répartir les élèves entre “hommes” et “femmes”

L'enseignante décide quand même de répartir les disciples selon les catégories “homme” et “femme”. “Je leur ai dit que de reprendre leurs positions, c’est-à-dire les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Je leur ai aussi dit que je n’oblige pas les filles à faire le rôle du garçon. S’il y en a qui veulent faire le rôle des garçons, car il en manque souvent dans les cours de danse, y a pas de problème”, ajoute-t-elle.  Il n’en fallait pas plus pour que “des étudiants dénoncent le sexisme de [cette femme], jugée old school. Ils étaient mal à l’aise”, a témoigné une élève, relayée par Le Parisien le mercredi 7 décembre.

La direction de l’Institut d’études politiques explique ainsi à la professeures que ses “propos à caractère discriminatoire ou perçus comme tels notamment liés à l'orientation sexuelle n'ont pas leur place dans les activités que nous proposons à nos étudiant.e.s”. Elle impose à Valérie de ne plus répartir les couples sur la base du "genre des participants” mais selon les catégories “leader” et “follower”.

Une obligation rejetée par cette professeure, qui a mis en avant la “notion de séduction” entre un homme et une femme présente dans la danse de salon. Elle a ainsi dénoncé le “politiquement correct” et une “censure”. “Je ne marche pas à la dictature”, a-t-elle martelé, citée encore par Le Parisien. “Un email me demandait de m’excuser et de ne plus recommencer en disant “homme” ou “femme” soit Sciences Po ne me reprend plus”, a affirmé Valérie au micro de CNews.

Une “démission”, pas un congédiement

Face à la médiatisation de l’affaire, Sciences Po a publié un communiqué pour démentir l’information selon laquelle, elle a été congédiée. “Plusieurs étudiants inscrits à un cours de danse, composé de 20 élèves, se sont plaints auprès de l’administration de Sciences Po de propos sexistes, discriminatoires, dégradants et minimisant les violences sexistes et sexuelles, tenus de façon répétée par l'enseignante”, lit-on.

Sciences Po lui a fait part de “la nécessité de cesser ses propos à caractère discriminatoire, conformément à la loi et à notre charte de déontologie”.

“(...) contrairement aux allégations de la presse relayant l'information selon laquelle elle aurait été congédiée de Sciences Po, l'enseignante a indiqué à l’administration de Sciences Po qu’elle ne souhaitait pas poursuivre ses activités au sein de notre institution”, poursuit Sciences Po, qui dit “s'engager contre toutes les formes de discriminations et dénonce fermement les mensonges et l’instrumentalisation politique générée par la démission” de la prof.

“#TyrannieWoke”

Une décision applaudie sur Twitter par un des étudiants de l'enseignante, qui se présente sous le pseudo "romeowiththeaccent". Co-responsable EELV pour la commune de Puteaux, il se dit adepte de l'écologie politique radicale et intersectionnelle, de l'éco-socialisme et de l'éco-féminisme.

Valérie Plazenet a démenti, lors de sa déclaration à CNews, avoir tenu des propos “sexistes, discriminatoires, dégradants et minimisant les violences sexistes et sexuelles”.

Son affaire a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où des internautes dénoncent une “tyrannie du wokisme”, mouvement qui est monté en puissance dans l’établissement. “Sciences Po est devenu Sciences Woke”, écrit un internaute.

Pour rappel, selon une étude menée par un politologue et une sociologue affirme que “la gauche radicale progresse considérablement au sein de Sciences Po, où, en 2022, “71% des étudiants se revendiquent de gauche”.

Les trois quarts des étudiants sondés affirment même ne pas reconnaître l'identité biologique, répondant par l'affirmative à la question si les différences entre les hommes et les femmes sont “artificielles et uniquement produites par la société”.

À LIRE AUSSI

Image
Le wokiste modéré n'existe pas
Qu’est-ce qu’un wokiste modéré  ?
Tous les wokistes vous le diront : le wokisme n’existe pas. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît : les wokistes n’assument pas. Ou plutôt ils biaisent. Ils rusen...
16 juin 2022 - 16:59
Opinions
Image
Jocovici
Jean-Marc Jancovici, favorable à un système communiste pour lutter contre le réchauffement climatique
Limiter la température à 19° C, le nombre de vols par avion à 4 par an, la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h... Pour Jean-Marc Jancovici, la lutte contre le réchau...
01 décembre 2022 - 16:15
Société
Image
Tulsi Gabbard
Un parti wokiste "contrôlé par des va-t-en-guerre" : une ex-parlementaire rompt avec le Parti démocrate
L'ex-parlementaire américaine Tulsi Gabbard a annoncé son départ du Parti démocrate dans une vidéo mise en ligne le 11 octobre. Elle reproche notamment à son ancienne ...
14 octobre 2022 - 12:15
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.