Véronique Riotton (LREM) critique les "conneries" d'Alexis Corbière qui dénonce des "injures" (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 30 janvier 2019 - 14:04
Image
Alexis Corbière, député La France Insoumise, le 27 juin 2017 à Paris
Crédits
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives
Véronique Riotton a qualifié de "conneries" les déclarations d'Alexis Corbière.
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives

Alexis Corbière a dénoncé ce mercredi 30 à l'Assemblée nationale les "injures" que lui aurait adressées la député LREM Véronique Riotton. Celle-ci a reconnu et assumé par la suite l'utilisation du terme "conneries".

Des "conneries". La députée de Haute-Savoie et vice-présidente du groupe LREM Véronique Riotton ne semble pas avoir de problème à assumer les propos qui lui ont vallu la colère d'Alexis Corbière lors d'une prise de parole à l'Assemblée nationale, ce mercredi, du député La France insoumise.

Tout a débuté avec une critique virulente de la part de celui-ci d'une "dérive autoritaire" du gouvernement et plus précisément du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner face à la crise des Gilets jaunes et au projet de loi sur le fichage des casseurs. Alexis Corbière s'est brusquement interrompu désignant Véronique Riotton qui se tenait debout dans l'escalier de l'hémicycle, à quelques mètres de lui.

"Monsieur le président, je tiens à dire que cette personne m'a insulté pendant que je parlais (...) ça commence à bien faire! Je veux bien entendre qu'il y ait des protestations, mais quand ce sont des injures qui sont tenues à côté de moi...", a-t-il poursuivi. Il a ensuite demandé à la députée de regagner sa place, ce qu'elle a refusé de faire.

Voir: Gilets jaunes - des gardes à vue et fichages abusifs ordonnés par le parquet?

Quelle était donc cette injure évoquée par le député Insoumis? On ne peut l'entendre sur la vidéo, mais la réponse est finalement venue de Véronique Riotton elle-même. Sur Twitter, elle a posté un message dans lequel elle revendique l'utilisation du terme "conneries" pour qualifier les propos d'Alexis Corbière. Quant à sa présence à côté de lui durant son intervention, elle affirme avoir voulu simplement attendre la fin de son intervention pour ne pas avoir à lui passer devant.

Le règlement de l'Assemblée nationale prévoit que "peut faire l’objet de peines disciplinaires tout membre de l’Assemblée (...) qui se livre à une mise en cause personnelle, qui interpelle un autre député ou qui adresse à un ou plusieurs de ses collègues des injures, provocations ou menaces".

S'agissant d'une vulgarité mais qui qualifie les propos et non l'homme dans une chambre ou les commentaires acerbes fusent régulièrement , la question est difficile. Ce sera au Bureau de l'Assemblée nationale de trancher.

Lire aussi:

La colère de Ruffin après le rejet d'une loi sur les enfants handicapés (vidéo)

"Gilets jaunes": Corbière (LFI) appelle Macron à "revenir aux urnes"

Propos de Mélenchon contre les journalistes: Radio France "porte plainte"

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.