Covid au Royaume-Uni : Boris Johnson reconnaît “ne pas avoir suffisamment réfléchi” avant de décréter le confinement et présente ses excuses

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 07 décembre 2023 - 18:30
Image
Audition Boris Johnson Covid
Crédits
Justin Tallis / AFP
Pas certain que cette dame accepte les excuses de "Bojo"... Des manifestants se sont réunis le mercredi 6 décembre, à Londres, devant le bâtiment de la commission d'enquête sur le Covid, où l'ancien Premier ministre était auditionné.
Justin Tallis / AFP

MONDE - L’audition tant attendue au Royaume-Uni a débuté mercredi 6 décembre 2023. Après le passage de ses ex-collaborateurs au 10 Downing Street devant la commission d’enquête publique sur la gestion de la pandémie de Covid-19, c’est au tour de l’ex-Premier ministre Boris Johnson de s’expliquer sur les principales décisions prises par son gouvernement et lui-même pour lutter contre la pandémie. L’ancien maire de Londres a reconnu s’être “trompé sur certains points”, présentant ses excuses aux familles des victimes du Covid. Il a reconnu que le premier confinement a été décrété sur des “fondements incertains”, affirmant assumer “personnellement la responsabilité” et avoir “fait de son mieux”. Il a ainsi confirmé les impressions d’un exécutif confus, incertain et divisé, dévoilées au public par The Daily Telegraph et son enquête sur les Lockdown Files.

A entendre les ex-membres du gouvernement Johnson, auditionnés fin octobre par la commission d’enquête publique sur la gestion de la pandémie de Covid-19, on avait déjà pu se faire une idée de l’ambiance qui régnait au coeur du pouvoir britannique. Parmi les premières personnalités à témoigner, figuraient Lee Cain et Dominic Cummings, respectivement directeur de la communication et conseiller politique de l’ex-Premier ministre. Durant leur auditions, ils n’avaient pas mâché leurs mots, qualifiant leur ex-patron de “girouette”, “d’incompétent” et de “menteur”.

La commission, annoncée en mai 2021, a été mise en place en juillet 2022 grâce à la pression des familles des victimes du Covid mais n’a entrepris ses audiences qu’en juin 2023. Les premiers appelés à la barre furent les experts, les juristes et les spécialistes de gestion des situations de crise. Cette commission, rappelons-le, n’a aucun pouvoir lui permettant de porter des accusations criminelles ou civiles contre des individus.

“Nous n'avons pas suffisamment réfléchi”

Néanmoins, deux anciens Premiers ministres et l’actuel seront entendus. A commencer par Boris Johnson, en attendant le tour de David Cameron et Rishi Sunak. Face à des questions difficiles des juristes, dont la présidente de la commission Heather Hallett, Johnson, qui “espère que cette enquête aidera à obtenir des réponses aux questions les plus urgentes”, a peiné à convaincre, refoulant même des larmes, selon le Telegraph.

A propos du premier confinement, Boris Johnson a justifié sa décision de ne pas temporiser afin de voir si les restrictions s’imposaient, sous la pression des “avis scientifiques qui devenaient de plus en plus prudents. J'avais l'impression que nous n'avions plus de marge de manœuvre”, a-t-il expliqué. Un argument sur lequel un avocat a vite rebondi, qualifiant le sentiment du gouvernement de “manquer de manoeuvre” comme une “base très très incertaine pour ordonner la sanction ultime”.

Le confinement (lockdown en anglais) fut une décision très critiquée au Royaume-Uni. Boris Johnson admet que sa décision “extraordinaire” était précipitée, voire irréfléchie. "Nous n'avons pas suffisamment réfléchi à l'impact du confinement sur différents groupes et, franchement, il était beaucoup plus facile pour les personnes ayant un emploi de passer outre le confinement que pour d'autres, qu'elles soient dans le secteur de l'hôtellerie ou autre", a-t-il déclaré.

Il évoque particulièrement les personnes à faibles revenus qui “ont vraiment traversé une période assez difficile et il était essentiel de se concentrer sur ces personnes et de faire tout ce que nous pouvions pour les aider à traverser le confinement”. Ce à quoi un avocat a répondu : “C’est l’une des raisons pour lesquelles vous deviez être très prudent avant de vous lancer dans un confinement en septembre [2020].

L’ex-Premier ministre a ajouté avoir décrété le confinement “sans vraiment être sûr” des données. Il confirme le contenu de messages Whatsapp échangés avec ses collaborateurs et dévoilés dans le cadre de l’enquête des “Lockdown Files”, dans lesquels il s’interrogeait sur le nombre exact des décès liés au Covid.

Ce confinement a-t-il au moins eu l’effet escompté ? Cet adepte du forum de Davos, “cette constellation d'egos impliqués dans des orgies d'adulation” selon ses termes, l’ignore. Selon The Telegraph, il admet même ne pas savoir quelles mesures ont mené à une réduction du nombre des cas de contaminations. "Je pense que c'était cumulatif", a-t-il déclaré. “Je pense que le R (Nombre de reproduction de base, représenté en épidémiologie par un R et représentant le degré de contagion d’un virus, NDLR) a commencé à baisser à cause d’une série de choses que nous avons faites et surtout, de l’anxiété populaire à propos du Covid”.

Les excuses de Johnson rejetées par des victimes du COVID

Il maintient néanmoins que le confinement “a fonctionné”. “Mais nous devons comprendre avec beaucoup plus de clarté ce que ces interventions non pharmaceutiques apportent exactement”. “Nous le saurons jamais”, a répliqué un avocat. “Oui, je suppose que c’est scientifiquement regrettable, mais je pensais que nous n’avions pas le temps de découvrir que nous ne pouvions plus attendre”, justifie encore Boris Johnson.

Fin octobre, Dominic Cummings et Lee Cain ne sont pas passés par quatre chemins lorsqu’ils ont évoqué leur ancien chef. Le premier l’a qualifié de “girouette, […] pas inquiet d’avoir l’air d’être un Premier ministre qui travaille avec une équipe d’incapables”. Quant au chef de cabinet, il a révélé que son Premier ministre était qualifié de “caddie” de supermarché, en référence à sa propension à être influencé par ses conseillers dans les prises de décisions. Un élément déjà apparent dans les révélations des Lockdown Files. “Il se décidait en fonction de la dernière personne consultée dans la pièce. C’est quelqu’un qui retardait souvent la prise de décision. Il demandait souvent conseil à plusieurs sources et changeait d'avis sur certaines questions. C’était épuisant”, a confirmé Lee Cain.

A propos des masques, des échanges entre Boris Johnson, le médecin en chef Sir Chris Whitty, Matt Hancock et Lee Cain, ont démontré que la décision de rendre le port du masque obligatoire était un alignement sur une recommandation de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) mais surtout, un alignement sur une décision de Nicola Sturgeon, Première ministre d'Écosse. Les mesures décrétées sur le tard par le gouvernement de “BoJo”, comme le port du masque et la vaccination et leur application, sont particulièrement similaires à celles décrétées par les gouvernements de l’abonné au WEF, l’Italien Mario Draghi ou la Young Global leader Jacinda Arden en Nouvelle-Zélande.

A ce sujet, Boris Johnson a évoqué les communications officielles décentralisées, c’est-à-dire les mesures prises indépendamment par l’Ecosse ou l'Irlande, estimant que ces initiatives “étaient un risque de confusion”. La Grande-Bretagne, a-t-il ajouté durant son audition, avait besoin d’un “message unifié” plutôt que de directives distinctes.

Avant le début de son audition, il s’est dit être “heureux” de contribuer à l’enquête de la commission et “désolé pour la douleur, la perte et la souffrance”. “Je comprends les sentiments des victimes et de leurs familles (...) Et même si je suis reconnaissant envers les centaines de milliers de travailleurs de la santé et de nombreux autres fonctionnaires qui ont contribué à protéger notre pays tout au long d'une terrible pandémie, j'espère que cette enquête aidera à obtenir des réponses aux questions les plus urgentes”.

Ses excuses ont rapidement été rejetées par l’avocat d’une association écossaise de victimes du Covid, Scottish Covid Bereaved. “Au lieu de résoudre la crise, Boris Johnson a présidé à une orgie de narcissisme totalement dégoûtante”, a déclaré Aamer Anwar.

À LIRE AUSSI

Image
Boris Johnson
Royaume-Uni : auditionnés par la commission d’enquête sur le Covid, d'anciens conseillers de Boris Johnson le chargent
MONDE - Après les experts et les juristes, c’est au tour des ex-membres du gouvernement Johnson d’être auditionnés par la commission d’enquête publique sur la gestion ...
03 novembre 2023 - 12:29
Politique
Image
Lockdown Files
Lockdown Files, la fin de l'histoire du Covid au Royaume-Uni
TRIBUNE/LOCKDOWN FILES - Au Royaume-Uni les Lockdown Files** défraient la chronique depuis plusieurs semaines. Il s’agit d’une énorme fuite de conversations privées en...
30 mars 2023 - 15:30
Opinions
Image
lockdown
Lockdown Files, partie 4 : les Britanniques ont-ils été "conditionnés" pour accepter de futures restrictions sanitaires comme le confinement ?
LOCKDOWN FILES - Afin d'accepter les mesures de confinement et de distanciation sociale, en cas de nouvelles pandémies, le peuple britannique a été conditionné : selon...
13 juillet 2023 - 10:00
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.