Royaume-Uni : auditionnés par la commission d’enquête sur le Covid, d'anciens conseillers de Boris Johnson le chargent

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 03 novembre 2023 - 12:29
Image
Boris Johnson
Crédits
JUSTIN TALLIS AFP
“Confus”, “indécis”, "incompétent" : Lee Cain, ex-directeur de la communication de Boris n'est guère tendre pour l'ancien pensionnaire de Downing Street...
JUSTIN TALLIS AFP

MONDE - Après les experts et les juristes, c’est au tour des ex-membres du gouvernement Johnson d’être auditionnés par la commission d’enquête publique sur la gestion de la pandémie de Covid-19 au Royaume-Uni. Parmi les premières personnalités à témoigner figurent Lee Cain, ancien directeur de la communication, et Dominic Cummings, conseiller politique de l’ex-Premier ministre, n’ont pas mâché leurs mots. “Incompétent”, “une girouette”, “un menteur”... Boris Johnson tout comme son staff, dont son ministre de la Santé, Matt Hancock, en ont pris pour leur grade.

Les témoins ont confirmé les informations déjà publiées par The Daily Telegraph et son enquête sur les Lockdown Files qui dévoilait, à travers des messages WhatsApp, les coulisses des principales décisions des autorités dans le cadre de la lutte contre la pandémie comme la vaccination, le port du masque, la fermeture des écoles ou encore le confinement.

Quand la journaliste du Daily Telegraph, Isabel Oakeshott, a dévoilé les 2,3 millions de mots de messages WhatsApp échangés par les dirigeants britanniques pendant la pandémie, elle a justifié sa décision par la lenteur de cette enquête publique. “Annoncée en mai 2021, [celle-ci], qui [avait] déjà coûté jusqu’à 85 millions de livres sterling – [n’avait] pas même commencé ses audiences officielles”. La commission, mise en place en juillet 2022 après des mois de pression de la part des familles des victimes, n’a entrepris ses audiences qu’en juin 2023. 

Hancock ? “Incompétent”. Johnson ? “Une girouette”

Les experts, les juristes et les spécialistes de gestion des situations de crise étaient les premiers appelés à la barre. Les proches des victimes ne font pas partie des témoins devant être auditionnés par cette commission, qui n’a aucun pouvoir pour porter des accusations criminelles ou civiles contre des individus. Néanmoins, au moins trois Premiers ministres, à savoir David Cameron, Boris Johnson et Rishi Sunak ainsi que de nombreux de leurs ministres, hauts fonctionnaires seront auditionnés. Chris Whitty et Patrick Vallance, médecins et scientifiques en chef pendant la pandémie, devront aussi s’expliquer.

Le mardi 31 octobre, deux membres influents de l’administration Johnson ont témoigné devant la commission d’enquête, présidée par l’ancienne magistrate Heather Hallett. Il s’agit de Dominic Cummings, chef de cabinet et conseiller politique de l’ex-Premier ministre, et de Lee Cain, ancien directeur de la communication. Face aux enquêteurs, le premier a été confronté aux messages qu’il a échangés en 2020, dans lesquels il qualifiait Matt Hancock de ministre “incompétent, menteur, seulement intéressé par les plateaux télé”, et Boris Jonhson de “girouette, […] pas inquiet d’avoir l’air d’être un Premier ministre qui travaille avec une équipe d’incapables”. Le conseiller a présenté des excuses pour le “langage déplorable” mais assume et maintient ses propos, qui représentaient, selon lui, l’opinion majoritaire au sein de l’administration.

Le chef de cabinet révélait également que son Premier ministre était qualifié de “caddie” de supermarché, en référence à sa propension à être influencé par ses conseillers dans les prises de décisions. Un élément déjà apparent dans les révélations des Lockdown Files. Une information confirmée par Lee Cain, ex-directeur de la communication de Boris Johnson. “Il se décidait en fonction de la dernière personne consultée dans la pièce. C’est quelqu’un qui retardait souvent la prise de décision. Il demandait souvent conseil à plusieurs sources et changeait d'avis sur certaines questions. C’était épuisant”, a-t-il déclaré.

Concerné, Rishi Sunak refuse de dévoiler ses échanges

S’il reconnaît qu’un consensus en politique “pouvait être une grande force”, Lee Cain estime que le contexte ne s’y prêtait pas : “Si vous regardez quelque chose comme le Covid, vous avez besoin de décisions rapides et vous avez besoin de gens qui maintiennent le cap et qui ont la force d’esprit de le faire.”

Il a évoqué, devant les enquêteurs de la commission, un gouvernement “confus”, “indécis”, déchiré “entre les intérêts sanitaires et politiques”. Il ne mâche pas ses mots non plus, expliquant que le prédécesseur de Rishi Sunak était “incompétent”. “C'était la mauvaise crise pour les compétences du Premier ministre”, a-t-il conclu.

Un autre conseiller, Martin Reynolds, a témoigné, admettant que son patron “soufflait le chaud et le froid”. Des messages WhatsApp de Simon Case, ex-secrétaire général de Downing Street, dans lesquels il estimait Johnson “incapable de diriger” ont également été divulgués. "Je suis au bout du rouleau. Il change de direction stratégique tous les jours", confiait-il sur l’application de messagerie.

Au début de la pandémie de Covid, l’ex-dirigeant conservateur s'était vu reproché d'avoir hésité à prendre des mesures, mais celles-ci, une fois prises, ont été maintenues sans aucune raison valable, si ce n’est pour des considérations purement politiques. Son successeur, Rishi Sunak doit également être auditionné en sa qualité d’ex-ministre des Finances et du Trésor pendant plus de deux ans (2020-2022).

La présidente de la commission, Heather Hallett, a demandé au gouvernement de Sunak de lui fournir de nouveaux documents, dont des échanges WhatsApp entre son prédécesseur et son équipe. Elle a toutefois essuyé le refus du Premier ministre, qui a affirmé que ces échanges n’avaient “aucun rapport” avec cette enquête.

Pour de nombreux observateurs, Rishi Sunak doit son élection à sa popularité acquise grâce à ses mesures prises durant la pandémie. Ces auditions sur la gestion de la pandémie de Covid interviennent dans un contexte politique compliqué pour lui, et le Parti conservateur, qui viennent d’essuyer un troisième revers électoral en quelques mois face aux Travaillistes.

À LIRE AUSSI

Image
Lockdown Files
Lockdown Files, la fin de l'histoire du Covid au Royaume-Uni
TRIBUNE/LOCKDOWN FILES - Au Royaume-Uni les Lockdown Files** défraient la chronique depuis plusieurs semaines. Il s’agit d’une énorme fuite de conversations privées en...
30 mars 2023 - 15:30
Opinions
Image
lockdown
Lockdown Files, partie 4 : les Britanniques ont-ils été "conditionnés" pour accepter de futures restrictions sanitaires comme le confinement ?
LOCKDOWN FILES - Afin d'accepter les mesures de confinement et de distanciation sociale, en cas de nouvelles pandémies, le peuple britannique a été conditionné : selon...
13 juillet 2023 - 10:00
Société
Image
Matt Hancock
Lockdown Files, partie 2 : le marchandage politique de Matt Hancock avec des députés pour maintenir des restrictions sanitaires ; les enfants premières victimes du confinement
LOCKDOWN FILES - De nouvelles révélations des Lockdown Files* ont été publiées par The Daily Telegraph. Elles nous démontrent comment le confinement au Royaume-Un...
24 mars 2023 - 11:30
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.