Expulsés par la France, des demandeurs d'asile soudanais torturés dans leur pays

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 24 avril 2018 - 17:48
Image
Le président soudanais Omar el-Béchir, le 9 avril 2017 à la base aérienne militaire de Marwa, près d
Crédits
© ASHRAF SHAZLY / AFP/Archives
des déboutés du droits d'asile en France onyt été torturé par le régime d'Omar el-Béchir.
© ASHRAF SHAZLY / AFP/Archives
Le "New York Times" a révélé dimanche que plusieurs demandeurs d'asile soudanais renvoyés par la France avait été torturés à leur retour. Des "officiels soudanais"avaient été autorisés à pénétrer les centres de rétentions administratifs français.

L'affaire fait grand bruit en Belgique alors qu'elle ne provoque que peu (voir pas) de remous en France. Dans une longue enquête, publiée dimanche 22, le New York Times rapporte que des immigrés soudanais déboutés du droit d'asile par la France, l'Italie et la Belgique, ont été torturés à leur retour dans leur pays.

Selon le grand quotidien américain, la France aurait ainsi autorisé des "officiels soudanais", autrement dit des policiers, à pénétrer les centres de rétentions administratifs et interroger les migrants soudanais. Officiellement, la France souhaitait obtenir des éléments d'informations supplémentaires pour pouvoir juger ou non de la viabilité de la demande d'asile des réfugiés.

Des entretiens réalisés par des fonctionnaires du régime du dictateur Omar el-Béchir ont été effectués "en l'absence de fonctionnaire capable de traduire les propos échangés". Au mois de septembre, le ministère de l'Intérieur avait confirmé cette "mission d'identification" mais assurait qu'il n'y avait pas d'accord entre la France et le Soudan.

A en croire les témoignages de quatre d'entre eux, recueillis par le New York Times, ils ont été arrêtés dès leur retour puis torturés par le régime de Kharthoum. L'un d'eux, un dissident politique du Darfour expulsé par la France fin 2017, affirme avoir été électrocuté, battu et frappé par les services secrets soudanais (NISS) avec des tuyaux en métal pendant dix jours. Il a affirme qu'avant son expulsion, des officiers de police soudanais l'ont menacé en présence d'officiers français: 
"Je leur ai dit: «Ils vont nous tuer », mais ils n'ont pas compris".

Omar el-Béchir dirige d'une main de fer le Soudan depuis 1989. La Cour pénale internationale a délivré contre lui un mandat d'arrêt en 2008 pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. 

Lire aussi - La CPI entend Pretoria sur son refus d'arrêter Omar el-Béchir

La publication de cet article a provoqué en Belgique l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire tandis que dans le même temps, les députés français adoptaient le très controversé projet de loi asile et immigration.

 

À LIRE AUSSI

Image
Omar al-Bashir, le 29 mars 2017, en Jordanie
La CPI entend Pretoria sur son refus d'arrêter Omar el-Béchir
Pretoria a affirmé vendredi lors d'une audience inédite devant la Cour pénale internationale (CPI) n'avoir violé aucune loi ni règle en refusant d'arrêter sur son sol ...
07 avril 2017 - 06:08
Image
Des réfugiés sus-soudanais à Al-Eligat, au Soudan, le 27 février 2017
Fatigués et affamés, les Sud-Soudanais se réfugient au Soudan
Fatiguée et affamée, elle fait partie des centaines de Sud-Soudanais --principalement des femmes et des enfants-- rassemblés lundi dans un "centre pour les réfugiés" à...
27 février 2017 - 21:59
Image
Calais opération escargot
Jungle de Calais: après le départ des Soudanais, celui des Afghans
De nombreux réfugiés de la Jungle de Calais ont préféré attendre plutôt que de partir dans les bus dès lundi. En cause, la peur de devoir abandonner son rêve de Royaum...
25 octobre 2016 - 15:30
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don