L’aide humanitaire de l’UNRWA à Gaza risque de s’arrêter. Le chef du Hamas au Caire pour discuter d’une proposition de trêve

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 02 février 2024 - 12:09
Image
Gaza
Crédits
Anas Baba / AFP
Vue du camp paslestinien de Maghazi, après des bombardements israéliens (1er février 2024).
Anas Baba / AFP

MONDE - Les combats se poursuivent toujours à Khan Younès. L’ONU a évoqué jeudi 1er février 2024 “d’intenses bombardements” menés par l’armée israélienne, principale ville du sud de la bande de Gaza. Une information confirmée par des témoins, qui localisent ces frappes à proximité de l’hôpital Nasser. Le Hamas fait état de 119 morts dans la nuit du mercredi à jeudi, portant le bilan total à 27 019 décès et 66 140 blessés depuis le début du conflit, le 7 octobre. Tel-Aviv intensifie ses opérations au moment où le chef du Hamas, Ismaël Haniyeh, était attendu en Egypte pour discuter d’une proposition de trêve, formulée le week-end passé à Paris entre des dirigeants américains, égyptiens, israéliens et qataris. Douze pays ont suspendu leur financement de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (URNWA), qui évoque le risque d’une cessation de ses activités “d’ici fin février”.

Au nord et au centre de l’enclave palestinienne, l’armée de Tsahal a annoncé jeudi l’élimination de “dizaines” de membres du Hamas. Ses troupes poursuivent surtout leurs opérations au Sud, à Khan Younès, qu’elles considèrent comme un bastion des chefs locaux du mouvement palestinien. L’armée israélienne affirme avoir “encerclé” cette localité, épicentre de combats acharnés depuis plusieurs semaines.

119 morts en une nuit

Les Nations unies ont dénoncé “d’intenses bombardements” à Khan Younès, où la situation humanitaire, comme ailleurs à Gaza, est très critique. Elle dénombre 184 000 Palestiniens déplacés et inscrits pour demander une aide humanitaire. Selon des témoins, ces raids aériens ont ciblé des zones proches de l’hôpital Nasser. Le bilan de cette nuit, communiqué par le Hamas, est très élevé, avec 119 morts dans l’enclave palestinienne.

Son ministère de la Santé local un nouveau décompte de 27 019 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, et 66 139 blessés. “En ce moment, ce qui est en train de se passer, c’est un massacre”, témoigne Léo Cans, chef de mission pour Médecins sans frontières (MSF) dans les territoires palestiniens. “Ce n’est pas possible qu’aujourd’hui, dans une guerre où les gens n’ont pas le droit de sortir, où les gens sont assiégés, où ils n’ont nulle part où aller, on accepte de tuer 150 femmes et enfants par jour (…). Donc, la première demande, c’est un cessez-le-feu immédiat et total”, a-t-il ajouté.

L’autre agence de l’ONU, l’OMS, tire la sonnette d’alarme. La population à Gaza “meurt de faim” et “est poussée au bord du gouffre”, selon un de ses responsables. L’Office de coordination humanitaire des Nations unies décrit une “apocalypse”.

La moitié de tous les bâtiments du territoire palestinien, qui est “inhabitable”, est endommagée, poursuit l’ONU. Sa conférence sur le commerce et le développement (CNUCED) chiffre sa reconstruction à des dizaines de milliards de dollars. A cela, s’ajoutent les pénuries de nourriture et de médicaments, notamment dans les hôpitaux de l’enclave.

Le même jour de jeudi, des heurts violents ont éclaté à Toubas, en Cisjordanie occupée. A l’hôpital de Jénine, des Israéliens, déguisés en Palestiniens, ont réussi à entrer et tuer trois hommes.

200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages encore retenus à Gaza

Les appels à un cessez-le-feu se font de moins en moins insistants, au moment où des dirigeants américains, qataris et égyptiens poursuivent, avec des hauts responsables de Tel-Aviv, leurs négociations. Celles-ci ont abouti, le week-end dernier, à une proposition, formulée à Paris. Le chef politique du Hamas, Ismaël Haniyeh, basé au Qatar, était attendu jeudi au Caire pour examiner une proposition composée de trois phases. La première trêve de six semaines devrait permettre la libération de 200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages encore retenus à Gaza.

Le Hamas réclame un cessez-le-feu total, sa condition à tout accord. Le gouvernement israélien et son Premier ministre, Benjamin Netanyahou, qui rejette toute cessation de combats et toute reconnaissance de l’État palestinien, évoquent une pause, mais pas la fin des opérations à Gaza. Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, est une nouvelle fois attendu, “dans les prochains jours” au Moyen-Orient, pour soutenir cette initiative. Son ou ses pays de destination n’ont pas été dévoilés.

Ces discussions interviennent au moment où l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, risque de cesser ses activités. Cette semaine, douze pays parmi ses plus gros donateurs ont suspendu leurs financements. Tel-Aviv accuse l'agence d’employer plusieurs personnes impliquées dans les attaques du 7 octobre.

L'UNRWA est "totalement infiltrée" par le Hamas, déclarait Netanyahou. "Nous avons besoin d'autres agences des Nations unies et d'autres organisations humanitaires", a-t-il estimé. 

Des accusations prises au sérieux par le chef de l’institution, Philippe Lazzarini, qui a déclaré que tout employé impliqué dans des actes de terrorisme devrait en répondre, y compris à travers des poursuites judiciaires.

Il a néanmoins souligné que l'UNRWA risquait de mettre la clé sous la porte “d’ici fin février”. “Si les financements restent suspendus, nous devrons très probablement cesser nos opérations d’ici fin février, non seulement à Gaza, mais aussi dans toute la région”, c’est-à-dire en Cisjordanie, au Liban, en Syrie et en Jordanie. L’ONU précise de son côté que "le retrait des fonds à l'UNRWA est périlleux et entraînerait l'effondrement du système humanitaire à Gaza, ce qui aurait des conséquences considérables".

À LIRE AUSSI

Image
Intensification des combats à Khan Younès
Gaza : Israël intensifie ses opérations à Khan Younès, où elle a enregistré sa plus lourde perte quotidienne depuis le début du conflit
MONDE - Des combats acharnés se sont poursuivis cette semaine à Khan Younès, dans la bande de Gaza. L’armée israélienne a intensifié ses bombardements et ses opération...
26 janvier 2024 - 11:29
Politique
Image
Gaza Mehdi 22012024
Gaza-Israël : les combats acharnés se poursuivent au sud, Benjamin Netanyahou reste inflexible
MONDE - Israël accroît la pression sur le Hamas à Gaza. Des combats acharnés dans la principale ville du sud de l’enclave palestinienne, Khan Younès, se poursuivent. D...
22 janvier 2024 - 11:16
Politique
Image
Gaza 100e jour de guerre
Cent jours de conflit Israël-Hamas : Netanyahou affirme que “ni La Haye ni l’Axe du Mal” ne l’arrêteront
MONDE - Le conflit entre le Hamas et Israël dans la bande de Gaza est entré, dimanche 14 janvier 2024, dans son 100e jour. Selon un bilan de l’organisation palestinien...
15 janvier 2024 - 11:07
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.