Les Pays-Bas sous tension après l’instauration du couvre-feu

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 26 janvier 2021 - 13:03
Image
Pays-Bas Eindhoven émeutes
Crédits
ROB ENGELAAR / ANP / AFP
Des scènes de violence urbaine aux Pays-Bas
ROB ENGELAAR / ANP / AFP
Un couvre-feu instauré depuis samedi entre 21 heures et 4h30, avec amende de 95€ pour les réfractaires, déclenche des manifestations qui tournent à l’émeute dans quelques villes.
 
Un cheval s’enfuit dans la ville sans son cavalier-policier, une voiture de police en feu, un magasin pillé ici, une vitrine vandalisée là, quand ce n’est pas un centre de dépistage Covid qui brûle : depuis trois jours les images s’enchaînent sur les émeutes aux Pays-Bas, largement relayées sur les réseaux sociaux. 
 
Affrontements nocturnes
 
Lundi soir, des affrontements avec la police anti-émeute et des groupes de protestataires dans plusieurs villes dont Amsterdam ont mené à l’arrestation d’au moins 70 personnes. Dans le même temps, des maires annonçaient des mesures supplémentaires contre les troubles.
 
Dénonçant la « violence criminelle », le premier ministre néerlandais a réagi lundi : 
 
« Cela n’a rien à voir avec la lutte pour la liberté. Nous ne prenons pas toutes ces mesures pour rire »
 
Mark Rutte a jugé que les Pays-Bas connaissent leurs « pires émeutes en 40 ans », tandis que le maire conservateur de la ville d’Eindhoven estime que « si l’on va sur ce chemin, nous nous dirigeons vers une guerre civile » et qualifie les protestataires de « lie de la société ». 
 
Contexte politique 
 
Les Pays-Bas doivent rester sous couvre-feu, le premier la seconde guerre mondiale, au moins jusqu’au 5 février. Au-delà des protestations dans la rue, la mesure est au centre de la polémique politique.
 
Le parti europhobe Forum pour la démocratie tout comme celui d’extrême-droite, le Parti pour la liberté de Geert Wilders dénoncent l’instauration de ce couvre-feu et les hésitations du gouvernement, un temps tenté par la « méthode suédoise ». 
 
Ces polémiques interviennent qui plus est dans un contexte de démission du gouvernement de coalition, il y a dix jours : le scandale a éclaté quand des milliers de ménages ont été accusés à tord de fraudes aux allocations familiales. 
 

À LIRE AUSSI

Image
Camp quarantaine Allemagne
L'Allemagne va emprisonner ceux qui ne respectent pas leur quarantaine
Dans cette course aux lois liberticides toujours plus folle entre les différents gouvernements européens, l'Allemagne a visiblement décidé de franchir un nouveau palie...
25 janvier 2021 - 17:09
Politique
Image
Les vacances d'hiver, des séjours à la montagne
Un nouveau confinement évoqué pour le vendredi 5 février
Un source proche du gouvernement nous fait part que l’exécutif planche sur un reconfinement le 5 février 2021 après la fermeture des écoles.Et ce serait pour une durée...
24 janvier 2021 - 03:28
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.