Négociations entre Madrid et Londres sur le statut post-Brexit de Gibraltar

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 04 décembre 2023 - 12:47
Image
Gibraltar négociation Espagne-Royaume-Uni
Crédits
Michal Mrozek / Unsplash
Le rocher de Gibraltar, territoire britannique et stratégique, domine l'entrée en mer Méditerranée.
Michal Mrozek / Unsplash

MONDE - Les négociations entre l'Espagne et le Royaume-Uni sur le statut post-Brexit de Gibraltar suscitent l'espoir d'un accord. Les discussions portent sur des aspects clés tels que le commerce, l'immigration, et la circulation des travailleurs. Cependant, des divergences persistent, alimentant le scepticisme à Londres.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a annoncé la disposition de l'Espagne à signer un accord sur le statut de Gibraltar après le Brexit. La rencontre du 28 novembre à Bruxelles avec David Cameron avait pour but de discuter des détails de cet accord.

José Manuel Albares a déclaré qu'il s'était entretenu avec David Cameron pour discuter du statut du territoire situé à l'extrémité sud de l'Espagne, sous domination britannique depuis le XVIIIe siècle. Lors d'une interview sur la chaîne de télévision espagnole Telecinco mardi 28 novembre, José Manuel Albares a déclaré : "Il y a de nombreux mois, nous avons présenté un accord généreux et équilibré." Après sa réunion avec David Cameron, il a noté que les négociations entre le Royaume-Uni et l'Espagne stagnaient depuis un certain temps, mais qu'une opportunité de relance se présentait.

Levée de la barrière frontalière pour faciliter la circulation entre le territoire et l'UE

"Nous progressons constamment, ne laissant que des aspects spécifiques en suspens. L'essentiel de l'accord est déjà conclu." Ce qui était proposé était un "accord global couvrant les aspects de la vie quotidienne de Gibraltar et de Campo de Gibraltar, visant à renforcer cette zone de prospérité partagée."

Les enjeux sont considérables car l'accord portera sur le commerce, l'immigration et la circulation des travailleurs vers et depuis l'Espagne. Selon l'agence de presse espagnole Efe, il comprendra des plans visant à transformer le Campo de Gibraltar (la zone espagnole autour de Gibraltar) en une "zone de prospérité partagée" qui supprimerait la barrière frontalière afin de permettre la circulation des personnes et des biens entre le territoire et l'UE.

Selon le ministère espagnol des affaires étrangères, l'accord permettrait à l'Espagne d'utiliser l'accord de Schengen pour contrôler les frontières extérieures de Gibraltar. Il permettrait également à l'Espagne de protéger et d'améliorer les droits des travailleurs transfrontaliers et faciliterait la libre circulation des marchandises "sans accroître les risques pour le marché intérieur de l'UE".

Droits des travailleurs et protection des intérêts citoyens espagnols

L'accord comprendrait des mesures visant à lutter contre le blanchiment d'argent et à garantir la protection de l'environnement et les normes de sécurité nucléaire. L'objectif principal, a déclaré José Manuel Albares, est "la défense et la protection des intérêts et des droits" des citoyens espagnols, en particulier des 270 000 personnes qui vivent dans le Campo de Gibraltar.

Le statut de Gibraltar - et la manière de surveiller la frontière avec l'Espagne - est un point de discorde depuis le vote britannique en faveur de la sortie de l'UE en 2016. Le commerce et la libre circulation ne faisaient pas partie de l'accord de sortie conclu entre le Royaume-Uni et l'UE.

Dans le cadre des négociations sur le Brexit, l'Espagne, la Grande-Bretagne et l'UE ont convenu que Gibraltar continuerait à faire partie des accords de l'espace Schengen, et que l'Espagne assurerait la police du port et de l'aéroport, dans l'attente d'une solution durable.

Scepticisme à Londres, prudence à Bruxelles

Albares a annoncé que l'objectif était d'établir un nouveau cadre juridique post-Brexit afin de "poser les bases d'une relation stable entre l'Espagne et l'UE, d'une part, et le territoire de Gibraltar, par l'intermédiaire du Royaume-Uni, d'autre part".

À Londres, un certain scepticisme prévaut, même si Albares a déclaré aux journalistes à Bruxelles que l'accord pour la "zone de prospérité future" dans le Campo de Gibraltar était préférable à l'application de la législation européenne suite à la décision des citoyens britanniques de quitter l'Union européenne.

Bien que l'Espagne aspire à conclure l'accord rapidement, Albares a exprimé son intention de discuter avec Cameron des délais envisageables pour finaliser le processus. Des sources basées à Bruxelles ont adopté une approche prudente, indiquant qu'un "[un] long chemin reste à parcourir", surtout avant une réunion entre l'Union européenne et le Royaume-Uni qui doit être tenue au cours des prochaines semaines.

Le ministre a souligné que la position de l'Espagne sur la souveraineté de Gibraltar restait inchangée. "Ni le futur accord, ni aucune option ou mesure prise en application ou à la suite de celui-ci, n'impliquent ou n'impliqueront un renoncement ou une modification de la position juridique de l'Espagne en ce qui concerne la souveraineté et la juridiction par rapport à Gibraltar", a-t-il indiqué.

À LIRE AUSSI

Image
Irlande émeutes
Dublin sous tension : après les émeutes, la liberté d'expression en prend un coup...
MONDE - Le gouvernement irlandais utilise les troubles qui ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi 24 novembre pour promouvoir des lois draconiennes. Le gouverne...
30 novembre 2023 - 13:10
Politique
Image
Audrey Azoulay
Unesco, World Economic Forum, ONU : vers une régulation numérique globale
MONDE - Près de 60 % de la population mondiale utilise les réseaux sociaux. L'Unesco a donc décidé d’établir des directives pour encadrer les espaces virtuels, ta...
28 novembre 2023 - 12:25
Politique
Image
Yacht Abramovitch
Le 1 % pollue autant que les deux tiers des humains les plus pauvres
ENVIRONNEMENT - Les 1 % les plus riches, soit 77 millions de personnes à l'échelle mondiale, émettent une pollution des deux tiers les plus défavorisés. Ces conclusion...
23 novembre 2023 - 13:29
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.