Nouveau pacte européen sur la migration : Viktor Orbàn critique Bruxelles et promet de se battre contre “l’empire de George Soros”

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 23 avril 2024 - 10:37
Image
afp
Crédits
Wohlfahrt / AFP
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors de la conférence sur le conservatisme national "NatCon", à Bruxelles, le 17 avril 2024
Wohlfahrt / AFP

Adopté le 10 avril dernier par le Parlement européen, le nouveau Pacte sur la migration et l’asile fait sortir le Premier ministre hongrois, Viktor Orbàn, de ses gonds. Mardi dernier, devant des eurodéputés, il a critiqué les textes, affirmant que leur adoption fait partie du plan du milliardaire George Soros. Regrettant que le vote ne permette pas le véto des États membres, il a dénoncé un “chantage politique” et affirmé que Budapest “continuera à se battre”. Quelques jours plus tard, devant les membres du parti de Fidesz, il a appelé les siens à prendre le contrôle de Bruxelles lors des prochaines européennes, prévues en juin. "Non à l'immigration, à l'affirmation de genre, et à la guerre", a-t-il martelé.  

Le Parlement européen a adopté le 10 avril dernier dix textes législatifs, neuf règlements et une directive, visant à réformer la politique européenne en matière de migration et d’asile. Ce “Pacte sur la migration et l’asile” énonce de nouvelles mesures, qui permettent, selon l’UE, de traiter plus rapidement les demandes d’asile, d’améliorer l’identification des migrants à l’arrivée et qui octroie aux États membres “la liberté” de choisir entre “assumer la responsabilité des demandeurs d’asile, apporter des contributions financières ou fournir un soutien opérationnel”.  

La Hongrie “continuera à se battre” 

En décembre 2023, peu après un accord entre le Parlement européen et les États membres, la Hongrie exprimait ouvertement son rejet du nouveau Pacte, frustrée de ne pas pouvoir opposer son véto. “Nous rejetons ce pacte migratoire avec force. Nous ne laisserons entrer personne contre notre volonté”, avait affirmé Peter Szijjarto, chef de la diplomatie hongroise.  

Mardi dernier à Bruxelles, le Premier ministre Viktor Orbàn s’adressait à des parlementaires européens pour leur réitérer sa position, sur le fond et sur la forme. “La question la plus importante concernant le Pacte sur la migration et asile de l'UE est de savoir si ceux qui souhaitent venir en Europe peuvent rester sur le territoire de l'UE pendant le traitement de leur demande ou s'ils doivent attendre hors des frontières de l'UE jusqu'à ce qu'une décision soit prise”, estime-t-il.  

La mise en application des dix textes adoptés le 10 avril dernier serait un échec, “si nous n’avons pas le courage de dire que tout le monde doit rester à l’extérieur des frontières pendant qu’une décision est prise concernant leur demande (...) Cela ne fonctionnera pas”. De même concernant la procédure de vote. De l’avis de Viktor Orbàn, si ce Pacte “ne nécessite pas un soutien unanime, mais uniquement un vote majoritaire, la mise en oeuvre de ces textes sera bloquée”.  

Il cite comme exemple la transition verte, qui “a échoué parce qu’elle est allée à l’encontre des évidences économiques et industrielles”. Rappelant les sanctions de la Commission européenne contre Budapest en raison de la “non-conformité” des “réglementations hongroises en matière de migration” avec le droit de l’UE, il a affirmé que son pays “a résisté et continuera de se battre”, malgré un “chantage politique”.  

Orbàn en croisade contre “l’Empire de George Soros” 

Ce Pacte, poursuit-il, n’est que le plan du milliardaire George Soros, originaire de Hongrie, dont l’organisation OSF n’est plus la bienvenue depuis 2018 et que Viktor Orban considère comme son “premier opposant”, le qualifiant de "très influente figure de l'ombre" qui cherche à compromettre, à travers ses soutiens aux migrants, la politique du parti de droite, Fidesz. 

“Souvenez-vous que M. Soros a publié son plan en anglais dans un article sur Project Syndicate. ‘L'UE doit accepter au moins un million de demandeurs d'asile par an’. C'est son premier point”, rappelle le Premier ministre hongrois.  

“Deuxièmement, il écrit qu’un ‘financement approprié est crucial’. Il propose d'émettre des euro-obligations à long terme pour financer la crise migratoire et la prise sociale des migrants à leur arrivée dans l’UE. L'autre point, très important pour la Hongrie car il implique le territoire hongrois directement, dit qu’il ‘faut établir des canaux sûrs pour les demandeurs d'asile, en commençant par les acheminer de la Grèce et l'Italie à leur destination finale’”, ajoute Orbàn. 

Il affirme que le gouvernement hongrois “[se bat] contre une bande organisée, appelée Empire de George Soros, des ONG qui soutiennent quiconque qui transgresse notre système juridique et notre réglementation et qui financent des actions illégales contre notre nation”. 

Lors du lancement officiel de la campagne du Fidesz pour les européennes de juin, vendredi dernier, il a évoqué, devant ses militants, ce nouveau texte sur l’immigration. Mais pas que. "Non à l'immigration, à l'affirmation de genre, et à la guerre", a martelé Viktor Orbàn. “Nous ne voulons pas de la guerre et nous ne voulons pas que la Hongrie redevienne le jouet des grandes puissances. C’est pourquoi nous devons défendre la paix. Chez nous, à Bruxelles, à Washington, à l’ONU et à l’OTAN, je propose que nous prenions un engagement clair. Tant qu’il y aura un gouvernement national, la Hongrie n’entrera pas dans la guerre russo-ukrainienne du côté de qui que ce soit”, a-t-il déclaré.  

Pour cela, poursuit-il, il faut “prendre le contrôle de Bruxelles, écarter les bureaucrates et prendre les choses en main. Si nous ne le faisons pas, ce n’est pas seulement l’Europe, mais aussi nous, les Hongrois, qui paierons le prix fort pour l’incompétence et l’impuissance des dirigeants de Bruxelles”. 

Pour que le nouveau pacte sur la migration et l’asile soit définitivement adopté, les mesures doivent être approuvées par le Conseil européen par un vote à la majorité qualifiée. Ceci prive alors les pays individuels de leur droit de veto. Le pacte entrerait alors en vigueur en 2026. 

À LIRE AUSSI

Image
USA
États-Unis : La Chambre des représentants vote une aide de 60 milliards de dollars pour l'Ukraine après des mois de blocage
Après plus de six mois de tractations, l’aide américaine à l’Ukraine a été adoptée samedi 20 avril 2024 à la Chambre des représentants. Kiev, mis à mal sur le front, b...
22 avril 2024 - 11:52
Politique
Image
euronews
Euronews : Un tiers des fonds ayant servi au rachat de la chaîne en 2022 provient de la Hongrie
Un tiers des fonds du rachat de la chaine d’information européenne Euronews en 2022 par un fonds d’investissement portugais provient de la Hongrie, ou, plus particuliè...
17 avril 2024 - 10:27
Politique
Image
Trump
Affaire Stormy Daniels : En attendant la sélection du jury pour le procès pénal, Donald Trump dénonce une “tentative de lui ôter la liberté”
Un autre procès contre Donald Trump s’est ouvert lundi 15 avril 2024 à New York. Cette fois-ci, il fait face à la justice pénale, une première dans l’histoire pour un ...
16 avril 2024 - 11:03
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.