Plus de 50 employés de l'administration Biden impliqués dans une vaste opération de censure des réseaux sociaux

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 09 septembre 2022 - 17:25
Image
Joe Biden
Crédits
AFP
Joe Biden, président des États-Unis
AFP

Selon les documents publiés le 31 août 2022 par le journal The Epoch Times, plus de 50 responsables de l’administration du président Biden issus d’une douzaine d’agences, ont été impliqués dans des efforts pour faire pression sur les entreprises de médias sociaux afin que celles-ci luttent contre « la désinformation » présumée. L'objectif : censurer les opinions qui vont à l’encontre du narratif selon lequel le vaccin « sûr et efficace » est la seule possibilité de venir à bout de l’épidémie de Sars-CoV-2.

Les documents ont été révélés dans le cadre d'un procès intenté contre l'État fédéral par les procureurs du Missouri et de la Louisiane qui accusent le gouvernement d'être à l'origine de la censure des Américains en désaccord avec le récit officiel sur le Covid.

La pression du président américain sur les GAFAM

Le 16 juillet 2021, Joe Biden, dans une grande campagne de lutte contre la « désinformation » sur les vaccins contre le Covid-19, propagée selon lui par les réseaux sociaux, accusait Facebook de « tuer des gens ».

« Ils tuent des gens. La seule pandémie que nous avons, touche des personnes qui ne sont pas vaccinées. Ils tuent des gens » avait déclaré le président des États-Unis, répondant à une question sur ce qu’était son message à destination des réseaux sociaux tels que Facebook.

Face à ces allégations, la réponse de la compagnie de Mark Zuckerberg avait été cinglante : « Les faits montrent que Facebook aide à sauver des vies, un point c’est tout… (…) Nous ne nous laisserons pas distraire par des accusations qui ne reposent pas sur des faits », avait répliqué le média social, rappelant au passage que plus de trois millions d’Américains avaient utilisé la plate-forme pour savoir où et comment se faire vacciner.

Pourtant, à la suite de cette affaire, un cadre de Facebook, devenu entretemps Meta depuis le 28 octobre 2021, a contacté le chirurgien Vivek Murthy nommé par Joe Biden quelques mois auparavant, afin de lui assurer que les équipes de Meta et le gouvernement se sont rencontrées, et ce, afin de « mieux comprendre la portée de ce que la Maison-Blanche attend de l’entreprise en matière de désinformation à l’avenir ».

Quelque temps plus tard, ce même dirigeant de Meta a écrit à Vivek Murphy pour lui faire part d’une série de mesures prises par le géant technologique pour lutter contre la « désinformation » en s’attaquant notamment à ce que les autorités ont surnommé « la douzaine de désinformations » ainsi que les pages liées à ce groupe.

Qu’est-ce que « la douzaine de désinformations » ? Selon un rapport du Center for Countering Digital Hate (CCDH) qui fait suite à l’analyse de milliers de publications sur Twitter et Facebook, l’essentiel de la « désinformation anti-vaccins » sur les plateformes, proviendrait de douze comptes.

Qui sont les responsables de l'administration Biden impliqués dans la lutte contre la diffusion des informations ?

De très hauts responsables du gouvernement américain, dont l’avocat de la Maison-Blanche Dana Remus, le directeur de la stratégie numérique et assistant adjoint du président Rob Flaherty et l’ancien conseiller de la Maison-Blanche Andy Slavitt, ont été en contact avec des entreprises de haute technologie dans le but de les amener à renforcer les règles de diffusion des informations sur les plateformes des réseaux sociaux.

Des personnes occupant des postes de direction dans des agences stratégiques ont également participé à cette limitation de certaines informations. Ainsi, en février 2021, la directrice de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), Jen Easterly, a écrit à un responsable de l'agence qu'elle « tentait de nous amener à un endroit où la Fed peut travailler avec des plateformes pour mieux comprendre les tendances en matière de mésinformation/désinformation afin que les agences puissent essayer de pré-débunker ou de debunker comme il se doit ». 

Dès avril 2021, Rob Flaherty avait fait part à Andy Slavitt ainsi qu'à d'autres personnes que le personnel de la Maison-Blanche serait tenu informé par Twitter « des fausses informations sur les vaccins » ainsi que sur « les moyens par lesquels la Maison-Blanche et les experts du Covid peuvent collaborer pour travailler sur le produit ». 

Les procureurs généraux du Missouri et de la Louisiane intentent un procès au gouvernement

À l’occasion du procès intenté par les États du Missouri et de la Louisiane contre l’État fédéral, un ensemble de documents faisant partie d’une production préliminaire ont été révélés par le média The Epoch Times.

« S'il y avait un doute sur le fait que le gouvernement fédéral était derrière la censure des Américains qui osaient être en désaccord avec le narratif officiel sur le Covid, ce doute a été effacé », a déclaré dans un communiqué Jenin Younes, un avocat de la New Civil Liberties Alliance qui représente certains des plaignants dans cette affaire. « L'étendue choquante de l'implication du gouvernement dans la réduction au silence des Américains, par le biais de la coercition des entreprises de médias sociaux, a maintenant été révélée»

Les plaignants ont déclaré que la campagne de pression massive équivalait à une « entreprise de censure », car elle impliquait un très grand nombre de fonctionnaires et d'agences.

La bataille juridique

Les premiers éléments de la bataille juridique révèlent des désaccords entre le nombre de fonctionnaires qui ont communiqué avec les entreprises de médias sociaux.

Les avocats du gouvernement n'ont identifié que 45 fonctionnaires de cinq agences - le ministère de la Sécurité intérieure, la CISA, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, et le bureau de Murthy - qui ont communiqué avec les entreprises de médias sociaux sur la désinformation.

Cependant, les documents qu’ils ont fournis révèlent que plus de fonctionnaires étaient impliqués. En effet, des fonctionnaires du Bureau du recensement et des départements du Trésor et de l'État auraient également été en contact avec les plateformes de réseaux sociaux.

De leurs côtés, les réponses des plateformes de réseaux sociaux font, elles aussi, état d’un nombre plus important de fonctionnaires impliqués dans « la modération du contenu ».

Ainsi, Meta a avancé qu’elle était en lien avec pas moins de 32 fonctionnaires fédéraux, dont des hauts responsables de la Maison-Blanche et de la Food and Drug Administration (FDA). De son côté, YouTube a parlé de onze responsables non révélés par le gouvernement et Twitter en aurait identifié neuf, dont certains seraient des hauts fonctionnaires du département d'État. 

Face à ces injonctions des autorités, la très grande majorité des réseaux sociaux dont Facebook / Meta a obtempéré, se pliant progressivement à la demande en instaurant des règles qui limitent les messages critiques contre les campagnes de vaccination, n’hésitant pas au besoin à censurer des messages ou à bannir de manière provisoire ou définitive certains utilisateurs.

Cependant, le bannissement complet n'est pas sans risque pour un réseau social comme Facebook / Meta qui perçoit parfois d'importants revenus publicitaires de la part d'entrepreneurs opposés à la vaccination contre le Sars-CoV-2, comme a pu l'identifier le rapport du Center for Countering Digital Hate.

À LIRE AUSSI

Image
Cour suprême
La Cour suprême américaine bloque l'obligation vaccinale en entreprise, Biden "déçu", Trump "fier"
C’est un échec cinglant pour le président démocrate. La Cour suprême américaine a bloqué ce jeudi la décision de Joe Biden d'imposer la vaccination anti-Covid aux empl...
14 janvier 2022 - 17:45
Politique
Image
Joe Biden
Le naufrage politique de Joe Biden
 TRIBUNE — Alors que l'on vient d'apprendre que plus d'Américains sont morts du virus Covid-19 (en neuf mois) qu'au cours de l'année 2020 en entier (et il n'y avait pa...
20 octobre 2021 - 13:53
Opinions
Image
Raphaël Berland, journaliste et réalisateur
"Effets secondaires : la face cachée des vaccins" le documentaire de Raphaël Berland
« Il y a une invisibilisation des victimes, on ne veut pas les voir ni les entendre ». Journaliste et réalisateur, Raphaël Berland vient nous présenter son documentair...
15 février 2022 - 15:11
Vidéos

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.