Présidentielle américaine : les recours se multiplient

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Présidentielle américaine : les recours se multiplient

Publié le 30/11/2020 à 09:37 - Mise à jour à 09:41
© Brendan Smialowski / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Elisabeth Dancet, journaliste pour FranceSoir

-A +A

« Ceux qui votent ne décident de rien, ceux qui comptent les votes décident de tout. »

Cette citation attribuée à Joseph Staline a-t-elle traversé l’Atlantique en novembre 2020 ?

Au milieu du silence assourdissant des médias mainstream aux États-Unis comme en Europe, les actions publiques, civiles et judicaires se multiplient dans les états-clés pour faire la lumière sur les résultats des élections américaines.

Mercredi 25 novembre, la superlawyer (avocate d'exception) Sidney Powell représentant un collectif de Républicains a déposé une poursuite judiciaire devant le tribunal fédéral de Géorgie contre le gouverneur Brian Kemp et le secrétaire d’état Brad Raffensperger, responsable des élections. Cette plainte de 104 pages dénonce les fraudes massives advenues durant les élections générales de 2020 organisées dans l’état et contient des preuves certaines et tangibles, notamment de 96 600 votes par correspondance qui ont été comptabilisés mais n’ont pas été enregistrés comme ayant effectivement été reçus par les bureaux de vote. L’avocate demande l’annulation de ces bulletins. La fraude la plus inquiétante dénoncée également dans la plainte concerne la manipulation des résultats par les logiciels des machines de vote Dominion, programmés pour assurer l’élection du candidat démocrate et opérés par des acteurs domestiques et étrangers.

Le même jour, l’avocate a déposé une action en justice similaire auprès du tribunal fédéral du Michigan, contre la gouverneure Gretchen Whitmer et la secrétaire d’état Jocelyn Benson, alléguant aussi de fraudes massives de deux types, les fraudes dites « traditionnelles » et la manipulation des logiciels électoraux pour favoriser systématiquement Joe Biden.

En conséquence, Twitter a suspendu le compte de Sidney Powell pendant 12 heures et bloqué l’accès à son site permettant des dons en ligne pour financer les actions en justice en cours. Alors que Jack Dorsey, CEO de Twitter, a affirmé lors de sa récente audition au Sénat, ne pas influencer les élections américaines par des actes de censure…

Le même jour encore, Rudy Giuliani, avocat de l’équipe électorale de Donald Trump a organisé une audition publique avec les représentants de l’état de Pennsylvanie sur le déroulement des élections. Durant ces auditions, plusieurs observateurs ont témoigné avoir été mis dans l’impossibilité d’observer correctement le dépouillement des bulletins de vote. Un spécialiste du renseignement et de cyber sécurité, le colonel Phil Waldron, a confirmé la capacité de manipuler les logiciels des machines à voter utilisées durant ces élections, comme cela a été fait au Venezuela et en Argentine. Il a expliqué que les anomalies de pointes du nombre de votes enregistrées pour Joe Biden dans un temps très court ne sont pas possibles dans des circonstances normales. Ces pics informatiques réapparaissent à plusieurs reprises dans les décomptes des voix de Pennsylvanie et comptabilisent plus de 570 000 votes pour Biden, et moins de 3200 pour Trump.

Si les résultats s’inversent uniquement dans ces trois états du fait de ces fraudes, Donald Trump dépasse largement les 270 votes de grands électeurs nécessaires pour gagner l'élection présidentielle.

Mais les fraudes ne s’arrêtent pas là !

Ancien directeur de la stratégie de la campagne de Trump en 2016, Matt Braynard a immédiatement douté des résultats de l’élection présidentielle de 2020. Quelques jours après l’élection, ce spécialiste des data rassemble une équipe pour analyser les votes suspicieux dans 6 états-clés. L’équipe analyse et croise les données concernant 1,25 millions de votants. Elle les contacte par téléphone, message ou mail et fait alors une découverte majeure : les votants ayant signalé leur changement d’adresse à la Poste suite à leur déménagement dans un autre état ont quand même voté dans leur état précédent. Les chiffres sont astronomiques : 138 221 votants en Géorgie, 51 302 au Michigan, 26 673 dans le Wisconsin, 27 271 dans le Nevada, 19 997 en Arizona, 13 671 en Pennsylvanie ! La quantité de bulletins contestables dépasse le différentiel entre les deux candidats dans au moins 3 états, affirme Braynard, membre du Voter Integrity Project, de quoi retourner facilement - une fois de plus - le résultat de l‘élection présidentielle.

Pour s’assurer de la tournure des élections, les Big Tech - principalement Google - ont influencé les électeurs en manipulant les contenus répondant à leurs recherches en ligne.

Depuis 2016, le Dr. Robert Epstein, chercheur en comportement humain à l’AIBRT, conduit une large étude sur le rôle des Big Tech dans les élections. Ce projet rassemble 733 citoyens de différents états-clés enregistrés sur les listes électorales, un panel comprenant démocrates, républicains et indépendants. L’équipe de recherche d’Epstein a observé et analysé pendant des semaines les comportements en ligne de ces citoyens, avant l’élection et jusqu’au jour de l’élection. L’observation des messages et contenus reçus par ces citoyens démontre les biais flagrants introduits par Google : les citoyens démocrates ont eu droit à une page d’accueil spécifique les incitant à aller voter, alors que les républicains n’ont pas reçu cette invitation. Là encore les Big Tech, devenues machines de propagande, font tourner leurs algorithmes et leur big data pour forcer les votes dans le sens qui leur convient. D’après les calculs de Robert Epstein, Google a ainsi contribué à influencer au minimum 6 millions de votants vers le candidat libéral.

Cette censure est mise en œuvre non seulement par Google mais aussi par Facebook et Twitter. Les auditions en cours auprès du Sénat américain qui se sont poursuivies ces dernières semaines visent à le démontrer. Le sénateur Ted Cruz est persuadé que Google, l’entreprise la plus puissante des USA, influence les élections en manipulant les résultats de recherche, et en censurant systématiquement les conservateurs et les actions du Président Trump. Il accuse Jack Dorsey, patron de Twitter, plateforme de distribution d’informations, d’avoir censuré les articles du New York Post, un des plus anciens journaux américains, qui relataient les affaires fort lucratives menées par Hunter Biden au nom de son père en Ukraine, en Russie et en Chine. Cette découverte aurait dû être relayée par les médias avec des conséquences désastreuses pour le candidat Biden, soupçonné de corruption. Cela n’a pas été le cas : Google et les plateformes Twitter et Facebook ont censuré toute publication sur ce sujet sensible. Cette censure constitue une violation de la loi fédérale et du Premier amendement de la Constitution qui protège la liberté d’expression.

Les instituts de sondage eux-mêmes ont été manipulés, prédisant une « vague bleue ». En fait c’est plutôt d’une vague rouge que témoigne cette élection. Il est d’autant plus remarquable que malgré cette censure systématique des médias comme des plateformes en ligne, les recours et dépôts de plainte pour fraudes massives conduisent de plus en plus à mettre en lumière la victoire du candidat républicain. Que l’on soit anti ou pro-Trump, si l’on respecte et applique les principes démocratiques, il semble probable que le candidat Trump l’emporte, et l’emporte largement.

Olivia Jane Winters, enregistrée au parti démocrate, a témoigné de l’observation de comportements abusifs dans son bureau de Pennsylvanie, y compris la non-vérification des signatures des votants pour empêcher les doubles votes.

 Comme elle l’a affirmé lors des auditions publiques du 25 Novembre : « Peu importe qui gagne, ce qui importe c’est que ces élections soient justes ».

Auteur(s): Elisabeth Dancet, journaliste pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Donald Trump

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-