Russie-Ukraine : Zelensky est-il vraiment "prêt pour le dialogue" comme il l'affirme ?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 09 mars 2022 - 21:47
Image
Volodymyr Zelensky Ukraine
Crédits
AFP
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine.
AFP

Au cours d'un entretien accordé à la chaîne américaine ABC le 8 mars, le président ukrainien Volodymyr Zelensky assurait être « prêt pour le dialogue » avec Poutine. D'autres de ses prises de paroles laissent entendre le contraire. Confronté à la guerre, l'ancien comédien semble jouer plusieurs rôles à la fois.

Des conditions strictes imposées par la Russie

Le journaliste le soumet à trois conditions posées par la Russie pour que soit mis fin au conflit. A priori, pour satisfaire Vladimir Poutine, il faudrait que :
- L'Ukraine révise sa Constitution pour renoncer à son souhait de rejoindre l'OTAN ;
- qu'elle reconnaisse la Crimée comme partie intégrante de la Russie ;
- et enfin, qu'elle reconnaisse l'indépendance des deux régions séparatistes de l'Est (Lougansk et Donetsk).

« Je suis prêt pour le dialogue »

Sur ABC, le président ukrainien a donné son avis sur deux de ces points. Concernant l'OTAN, il sait que « l'alliance n'est pas prête à accepter l'Ukraine parce qu'elle est effrayée des possibles controverses et confrontations avec la Russie ». Et, au sujet des territoires du Donbass, il assure que « nous pouvons discuter et trouver un compromis sur la façon dont ces territoires vont continuer à vivre. » En somme, Volodymyr Zelensky semble ouvert au dialogue.

Extrait de l'entretien avec ABC, sous-titré en français :

Dans la même journée du 8 mars, Volodymyr Zelensky a aussi été en contact téléphonique avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, après une rencontre de ce dernier avec Vladimir Poutine à Moscou. Sur Twitter, il l'a brièvement remercié pour « ses efforts de médiation ».

Une chose est sûre cependant, le président russe n'est pas homme à négocier facilement, et son homologue ukrainien a clairement signifié ne pas vouloir « être un pays à genoux », faisant ainsi une croix sur la capitulation.

« Nous allons gagner »

Nous sommes toujours le 8 mars quand Volodymyr Zelensky se filme pour faire passer un message positif, mais guerrier :

Puis, entre mardi et mercredi, il a régulièrement rapporté ses échanges avec les autres chefs d'États. Ici et là, il remercie « les Pays-Bas pour leur position intransigeante sur les sanctions à l'encontre de la Russie », discute avec Justin Trudeau de « coopération en matière de défense et [d'accroissement de] la pression des sanctions sur la Russie », ou se montre reconnaissant envers l'Union européenne « pour une autre série de sanctions contre l'agresseur russe ».

Cela étant, c'est avant tout vers les États-Unis que Volodymyr Zelensky se tourne. Le samedi 5 mars, il lançait un appel au Congrès américain pour demander des avions et davantage de sécurité aérienne, mais aussi l'interdiction d'importation de pétrole russe. Si les élus ont assuré débloquer dix milliards de dollars pour venir en aide à l'Ukraine, la question des avions avait dans un premier temps été repoussée.

Voir aussi : entretien avec Xavier Moreau, au cours duquel il expliquait que dans les airs, la domination russe était très claire.

Quelques jours plus tard, le président ukrainien s'est félicité d'avoir obtenu gain de cause, au moins pour le pétrole ; hier, il écrivait être reconnaissant envers les États-Unis « pour leur leadership personnel en frappant au cœur de la machine de guerre de Poutine et en interdisant le pétrole, le gaz et le charbon sur le marché américain », encourageant « les autres pays et les autres dirigeants à suivre ».

Enfin, dans un nouvel entretien accordé à la chaîne américaine ABC ce jour, il relançait son appel, « exhortant l'Occident à envoyer des avions de guerre de fabrication russe », ce qui a provoqué un imbroglio entre les États-Unis et la Pologne... Et pour le moment, toujours pas d'avion.

Prêt pour le dialogue, peut-être, mais déterminé à faire la guerre quand même.

Le « en même temps » existe-t-il, en diplomatie ?

À LIRE AUSSI

Image
Teresita Dussart, sur le plateau de FranceSoir le 4 mars 2022
Ukraine-Russie : "résister à l'hystérie ambiante", l'analyse de Teresita Dussart
"Envahir un État souverain est une erreur gravissime, et probablement irrécupérable pour le futur de Vladimir Poutine, politiquement sur la scène internationale", expl...
05 mars 2022 - 14:04
Vidéos
Image
Xavier Moreau : debriefing
"L'Ukraine est une entité fragile instrumentalisée par les Occidentaux" Xavier Moreau
Saint-Cyrien vivant à Moscou et naturalisé russe, Xavier Moreau revient sur l’origine de l’Ukraine, qui veut dire « périphérie », avant de proposer son analyse. Il évo...
08 mars 2022 - 13:48
Vidéos
Image
Andrey Kortunov : debriefing
"Il faut une médiation pour arrêter ce bain de sang" : Andrey Kortunov propose Angela Merkel
Andrey Kortunov, directeur général du RIAC (Conseil russe des affaires internationales), un groupe de réflexion à la portée internationale, fournit son analyse du conf...
07 mars 2022 - 14:22
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.