États-Unis : Tucker Carlson lance une émission aussi attendue que décriée sur Twitter, Fox News le menace de poursuites

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 12 juin 2023 - 09:45
Image
Tucker Carlson
Crédits
Capture d'écran par photographie
Tucker Carlson présente sa nouvelle émission, "Tucker on Twitter".
Capture d'écran par photographie

MÉDIAS - Tucker Carlson "is back". Pas sur le plateau de la Fox News, chaîne américaine qu’il a quittée le 24 avril dernier, mais sur le réseau social Twitter. L’éditorialiste et animateur de télévision a lancé son émission, "Tucker on Twitter", avec déjà deux épisodes en trois jours et plus de 150 millions de vues. Son comeback ne passe inaperçu ni sur Twitter ni chez les médias, où ses fans tout comme ses détracteurs réagissent. 

L'une des voix les plus influentes de l'Amérique conservatrice, Tucker Carlson, qui animait depuis 2016 un show aux millions de téléspectateurs, a annoncé en avril son départ de Fox News. Si les raisons de son licenciement n’ont pas été dévoilées, l’éditorialiste, qui a souvent exprimé son scepticisme quant aux versions officielles de plusieurs récents comme l’élection de Biden, a vraisemblablement fait les frais d’un accord entre Fox News et la société Dominion Voting System.

La chaîne américaine a accepté de verser 787,5 millions de dollars à Dominion, qui commercialise des machines et des logiciels électoraux, pour éviter un procès pour diffamation.  

Maintes fois accusé par ses détracteurs de relayer des "théories complotistes", Carlson Tucker, membre du parti républicain, n'hésitait pas à faire régulièrement l’écho de leurs positions, sur un ton théâtral, ironique ou même moqueur.

Son départ n’a pas acté la fin de ses émissions et ses spectateurs l’ont retrouvé le 7 juin dernier sur Twitter, malgré un contrat qui le lie encore à son ex-employeur jusqu'à janvier 2025. "À partir d'aujourd'hui, nous sommes arrivés sur Twitter", a-t-il annoncé. Et d’avertir: "On nous dit qu'il n'y a pas de gardiens ici. Si cela s'avère faux, nous partirons". 

150 millions de vues en 2 épisodes 

Fidèle à son style et son monologue face caméra, Carlson Tucker a consacré son premier épisode à la guerre en Ukraine, particulièrement à la destruction du barrage de Kakhovka, situé au sud de l’Ukraine et contrôlé par les forces russes. Kiev accuse la Russie d’avoir placé des explosifs pour empêcher les forces ukrainiennes de lancer une offensive, tandis que Moscou accuse l’Ukraine d’avoir "endommagé" le barrage avec une frappe. 

Carlson Tucker s’interroge si Kiev n’était pas derrière la destruction de ce barrage. "Si ce n’est pas intentionnel ni une tactique militaire, c’est un acte terroriste. La question est: qui l’a fait ?". L’animateur estime que l’Ukraine a plus d’intérêt à détruire cette infrastructure, puisque la région est contrôlée par les Russes et que le barrage alimente particulièrement la Crimée, territoire russe de facto depuis 2014. 

"Cela cause plus de tort à la Russie (...). En réalité, ils ont détruit ce barrage comme ils l’ont fait avec le Nord Stream", gazoducs servant à transporter du gaz de la Russie vers l’Europe, sabotés en septembre 2022. Le rôle présumé de Kiev dans cette opération est désormais au cœur des enquêtes européennes, notamment allemande. Selon le Washington Post, un général de Volodymyr Zelensky aurait planifié cette attaque.  

Carlson Tucker critique, sur le même ton ironique, Zelensky, "un rat qui sue, un comédien devenu oligarque, un persécuteur de chrétiens, un ami de BlackRock". Et reproche à des médias et des personnalités politiques, tout comme dans le second épisode, d’être "hostiles à quiconque se penche sur" certains sujets comme le "11 septembre ou la mort de John Kennedy".  

Fox News menace Tucker 

Le retour de Carlson Tucker était visiblement aussi attendu que redouté. Son audience est au rendez-vous. Le premier épisode totalise plus de 100 millions de vues et le second a dépassé les 50 millions de vues. Ses deux émissions sont largement relayées et l’éditorialiste reçoit les félicitations et les encouragements des internautes.  

Le patron de Twitter, Elon Musk, s’est également félicité du "move" de l’ex-animateur vedette de Fox News. Il en a appelé d’autres, notamment "ceux de gauche", à rejoindre le réseau. "Ce serait formidable d'avoir leurs émissions sur cette plateforme (...) Vous recevrez tout notre soutien", a-t-il tweeté.  

La réaction est différente du côté les médias "mainstream". CNN évoque une "émission Twitter à petit budget" et reproche à Carlson, "qui relaie les idées les plus extrêmes de la politique de droite", d’exprimer de la "sympathie" avec Vladimir Poutine.

Ignorant le nombre de vues des deux premiers épisodes, le même média affirme que Tucker est "loin d'être certain que l'émission Twitter ait la même influence et la même portée que le créneau horaire unique sur Fox News". Pourtant, celle-ci totalisait une moyenne de "seulement" 3 millions de téléspectateurs grâce au "Tucker Carlson Show".  

Une attitude partagée par Business Insider ou encore The Guardian, qui l’accusent de "colporter des théories complotistes". Le site d’informations suisse Watson estime que l’animateur, "paranoïaque", "est plus dangereux que jamais", puisque Fox News "l'obligeait à contenir (un peu) la bête, avant de la jeter sous les projecteurs".

En France, Télérama titre sur Tucker qui "remporte le bingo du complotisme". 

La chaine Fox News a également réagi. Pas sur le contenu de l’émission de son ex-animateur. La chaîne l’a menacé de poursuites pour avoir violé son contrat. Ses avocats auraient envoyé une correspondance officielle à l'équipe juridique de Carlson. Les avocats de ce dernier ont déjà accusé Fox News d’avoir rompu ce contrat en dévoilant des communications compromettantes de ses éditorialistes.

Des SMS et des courriels échangés entre des animateurs le propriétaire de Fox Entertainment, Rupert Murdoch, ont été rendus publics lorsque Dominion a intenté un procès pour diffamation.  

En réponse aux menaces de Fox News, les avocats de Carlson ont répliqué que toute action en justice de Fox "constituerait une violation directe des droits du premier amendement de leur client". 

À LIRE AUSSI

Image
Tucker Carslon
États-Unis : l'éditorialiste Tucker Carlson quitte Fox News
MÉDIAS - Fox News perd son animateur vedette. Tucker Carlson quitte la chaîne américaine avec effet immédiat, ont annoncé ce lundi 24 avril 2023 les deux parties dans ...
25 avril 2023 - 08:30
Société
Image
Tucker Carlson
Sabotages de Nord Stream : pour le journaliste de Fox News Tucker Carlson, les États-Unis possiblement coupables
Des bouillonnements à la surface de la mer Baltique d'un kilomètre de diamètre signalent les fuites de gaz liées au sabotage des gazoducs Nord Stream. Quatre trous au ...
01 octobre 2022 - 16:56
Politique
Image
Carlson
Le journaliste Tucker Carlson cingle les demandes financières de Zelensky : "Nous ne devons rien à ce type"
Le 13 octobre, dans une nouvelle diatribe enflammée lors de son émission “Tucker Carlson Tonight“, le célèbre journaliste de la chaîne américaine Fox News, Tucker Carl...
15 octobre 2022 - 16:10
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.