Les GAFA tentent d’aider les commerçants français pour améliorer leur image

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les GAFA tentent d’aider les commerçants français pour améliorer leur image

Publié le 16/11/2020 à 10:55 - Mise à jour à 11:02
Sem van der Wal / ANP / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Le jeudi 12 novembre, le Premier Ministre Jean Castex a confirmé que les mesures restrictives n'évolueront pas pour les petits commerçants avant le 1er décembre. À l’approche de la fête américaine du  Black Friday, rendez-vous commercial devenu incontournable pour de nombreux français qui avancent leurs courses de Noël à cette date, la situation est de plus en plus compliquée pour les petits commerçants non-numérisés. Une éventuelle levée du reconfinement n'arrivera pas avant le Black Friday, et cela représente d’énormes pertes et pour certains la faillite. Pour aider ces commerçants, et faire face à l'appel au boycott massif à leur encontre, les géants d'Internet se positionnent au contraire comme des “alliés” des petits commerçants. C’est une stratégie pour reconquérir les consommateurs  d’un côté, et d'un autre côté, pour gagner le marché très convoité des PME qui cherchent la bonne “marketplace” en ligne comme moyen de survivre à la fermeture de leurs boutiques.


Amazon dit donner la priorité aux fabricants français au milieu des appels au boycott

Le 1er novembre, Jean Castex a appelé les français à ne pas commander sur le site e-commerce. En réponse,  Amazon a mis en place le lundi 2 novembre sur la page d'accueil de son site un emplacement intitulé "Soutenons les entreprises françaises" proposant des rubriques telles que "jouets français", "startup françaises", "PME françaises" ou encore "boutique des producteurs".
Le site de e-commerce français Cdiscount veut aussi se montrer solidaire des commerçants avec une communication “moins agressive" pour le Black friday. En outre, la plateforme leur offre une inscription gratuite à sa “marketplace” et une réduction en cas d’utilisation de son service de livraison.
Le site Rakuten a également supprimé les frais pour les petits commerçants et réduit de plus de la moitié les commissions de vente. Tout cela pour espérer attirer leurs commerçants vers sa plateforme.

Avec l’opération « Ma vitrine en ligne » Google aide à visibiliser les petits commerces

Google tente de devenir un allié des petits commerces qui s'essaient à la vente en ligne via leurs propres sites (à 32 % de très petites entreprises selon Google). Le géant américain s'associe à la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC) pour lancer l’opération « Ma vitrine en ligne », un parcours d’accompagnement adapté qui se charge de convertir les petits commerçants au numérique.  Des équipes de Google France transmettent des compétences techniques afin de proposer des solutions et des outils adaptés aux besoins des commerçants. 
Le géant du Web essaie ainsi de faire passer en ligne et sur ses propres bases des données les derniers résistants non numérisés du commerce de proximité.

Facebook aussi en profite pour mettre en avant son réseau social

Pour Facebook, c’est aussi une occasion de se rapprocher des PME qui ne sont pas encore en ligne. Selon le réseau social, “82% des Français âgés de 16 ans et plus achètent en ligne, alors que seulement 15% des TPE françaises vendent en ligne", dans un contexte ou la plateforme vise à développer les échanges marchands sur sa plate-forme. Avec la CPME (confédération des PME) Facebook met en place un dispositif de formations et d’accompagnement pour accélérer la transition numérique des PME.
Dans ce contexte où la numérisation est pour la plupart des PME une question de survie, les plateformes en ligne, essaient de faire oublier leur statut de principal concurrents des petits commeçants, en se faisant passer pour leurs partenaires. Une occasion unique pour redorer leur image.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


our aider ces commerçants, et faire face à l'appel au boycott massif à leur encontre, les géants du net se positionnent au contraire comme des “alliés” des petits commerçants

Newsletter





Commentaires

-