Le prix de l'électricité augmentera en France au mois d'août, mais restera stable en Espagne

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 20 juillet 2023 - 09:00
Image
électricité
Crédits
Photo de Matthew Henry sur unsplash.com
"Les tarifs réglementés de l'électricité pour les particuliers et les petites entreprises en France augmenteront de 10% à partir du 1er août, après une hausse de 15% en février."
Photo de Matthew Henry sur unsplash.com

ÉNERGIE - Alors que les ménages français verront leur facture d'électricité augmenter de 10% à partir du 1er août, en raison de la suppression progressive du bouclier tarifaire, nos voisins espagnols ont maintenu leurs prix tout au long de l'année 2023 pour faire face à l'inflation. 

Le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal a confirmé jeudi 13 juillet, sur l’antenne de RTL, la fin progressive du bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie, instauré pour aider les Français à lutter contre l’inflation. 

Les tarifs réglementés de l'électricité pour les particuliers et les petites entreprises en France augmenteront de 10% à partir du 1er août, après une hausse de 15% en février. Pour un consommateur "moyen" disposant d'un chauffage électrique et d'une facture de 7 mégawatts, la facture annuelle augmentera de 150 euros, pour atteindre environ 1.850 euros par an.

Parallèlement, l’exception ibérique, également connue sous le nom de "plafond de gaz", qui est entrée en vigueur en 2022, a permis à l'Espagne de réduire les prix de l'électricité d'environ 15% en un an. Ce plafonnement du gaz attribué à l’Espagne et au Portugal, en raison de leurs faibles niveaux d'interconnexion au sein de l'Europe, a permis au cours des douze derniers mois de réduire considérablement le prix de l'électricité par rapport à leurs pays voisins. 

Marchés de gros de l’électricité en Europe  

Depuis le 15 juin 2022, le prix du marché de gros de l'électricité en Espagne s'élève en moyenne à 154,2 euros par mégawattheure (MWh), soit près de 15% de moins que les 182,2 euros/MWh qui auraient été atteints si le plafond gazier n'avait pas été mis en place. Ainsi, depuis l'entrée en vigueur du plafonnement du gaz, l'Italie a enregistré un prix moyen de 258,6 euros/MWh, soit 68% de plus que le prix espagnol, avec des pointes à 740 euros/MWh en août, selon les données compilées par l'agence Efe. 

La France, affectée par l'arrêt prolongé de son parc nucléaire, a payé son électricité 48% plus cher que l'Espagne, avec une moyenne de 227,5 euros/MWh, ce qui l'a amenée à augmenter de manière exponentielle ses échanges à travers les Pyrénées. De son côté, l'Allemagne, qui était traditionnellement la puissance européenne aux prix les plus bas, a vu sa dépendance aux combustibles fossiles russes l'amener à payer un prix moyen de l'électricité de 202,9 euros/MWh, soit 32% de plus que l'Espagne. 

La facture d'électricité, pour le tarif réglementé, reflète la baisse des prix de l'électricité de l'autre côté des Pyrénées. Depuis le début de l'année, elle est inférieure de 46% au montant payé l'année dernière. La moyenne pour 2023 est de 52,4 euros mensuel, contre 96,5 euros au plus fort de la crise énergétique. 

Chute des prix du gaz et inflation 

Bien que, de manière générale, le plafonnement du gaz ait eu un effet très positif sur le contrôle des prix de l'électricité en Espagne, il a eu un effet résiduel au cours des derniers mois. Son application n'a en effet pas été nécessaire en raison de la chute des prix du gaz qui a permis au marché de gros de l'électricité d'atteindre ses niveaux les plus bas au cours des deux dernières années en Espagne. 

Toutefois, le gouvernement espagnol et la Commission européenne a convenu de le prolonger jusqu'au 31 décembre afin de fournir un "filet de sécurité" aux consommateurs au cas où le prix du gaz augmenterait au cours des prochains mois. 

L'exception ibérique, tout comme la subvention aux carburants, en plus de bénéficier aux familles et aux petits producteurs, a eu un impact sur le succès de l'Espagne dans la maîtrise de l'inflation (1,9% en juin, en dessous de l'objectif de 2% de la BCE et seulement au-dessus de la Grèce, 1,8%).

À LIRE AUSSI

Image
cluster bomb
"Crime de guerre" selon l'ancienne porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, l'utilisation des bombes à sous-munitions par l'Ukraine est relancée par les États-Unis
GUERRE - Les États-Unis vont livrer des bombes à sous-munitions (BASM) à l'Ukraine, selon le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan. Une information confirmé...
15 juillet 2023 - 12:30
Politique
Image
blé ukraine accord russie
L’accord sur le blé est "de facto terminé", la Russie exige la satisfaction de ses conditions pour le réintégrer  
DÉSACCORD - Après plusieurs jours d’incertitude, la sentence est tombée : la Russie ne prolongera pas l’accord international sur le blé, qui a expiré ce lundi 17 juill...
19 juillet 2023 - 10:00
Politique > Monde
Image
conduits
La France augmente ses importations de gaz russe
ÉNERGIE - La France a été le premier acheteur de gaz naturel liquéfié (GNL) russe en Europe en 2022, avec 5,24 millions de tonnes, contre 3,59 millions de tonnes l'ann...
19 juillet 2023 - 20:00
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.