Victime de son succès, l’ubérisation des services est dans une impasse

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 05 juillet 2021 - 18:22
Image
uber
Crédits
Unsplash
Se faire livrer un repas, faire nettoyer sa maison ou faire sa lessive en un clic, devrait être un luxe, et non pas un produit bon marché à la portée de tout le monde
Unsplash

Alors que certaines études confirment que la pandémie a accéléré l’adoption des services numériques, cela ne se traduit pas forcément par une meilleure rentabilité des entreprises de l'économie collaborative ou du mouvement appelé “ubérisation”. Au contraire, ces start-ups seraient en train de revoir leur modèle, fondé sur des prix trop bas au départ. La promesse de la démocratisation de certains luxes, comme des weekends dans des lieux de rêve, ou des trajets avec chauffeur pour tous, victime de son succès, n’est plus accessible à tout le monde. Serait-ce la fin de l'ubérisation des services ?

La demande est plus importante que l’offre

Selon un article du New York Times, les start-ups de l'économie collaborative se trouvent dans une impasse : la forte demande ne ferait qu'aggraver le problème de rentabilité et plusieurs start-ups suivant ce modèle seraient même en train de fermer, comme les startups de trottinettes électriques, un business très peu rentable.

Ne plus pouvoir se permettre l’“uberisation”, un signe de progrès ?

Pour se lancer sur le marché, ces entreprises ont fait appel à des prix artificiellement bas et à de généreuses incitations. Elles sont maintenant forcées de faire monter leurs prix, face à des contraintes de plus en plus nombreuses et une demande plus forte. Les pertes liées à l’épidémie de coronavirus, couplées à la pression pour faire des bénéfices, ont forcé plusieurs start-ups à revoir leur modèle. La fin des prix irréels est la suite logique, car se faire livrer un repas, faire nettoyer sa maison ou faire sa lessive en un clic, devrait être un luxe, et non pas un produit bon marché à la portée de tout le monde. Le fait que certains services de haute qualité ne soient plus facilement abordables peut être inquiétant, mais cela est peut-être aussi signe de progrès : le retour à la réalité après une économie "ubérisée''.

À LIRE AUSSI

Image
Un coursier de Take Eat Easy
Les algorithmes d’Uber soupçonnés de racisme, après des exclusions de travailleurs de la plateforme
Pour éviter que le compte d’un livreur ou d’un chauffeur soit utilisé par quelqu'un d’autre, Uber utilise une application permettant de valider leur identité. Selon un...
02 mars 2021 - 15:02
Société
Image
Un coursier de Take Eat Easy
Les algorithmes d’Uber soupçonnés de racisme, après des exclusions de travailleurs de la plateforme
Pour éviter que le compte d’un livreur ou d’un chauffeur soit utilisé par quelqu'un d’autre, Uber utilise une application permettant de valider leur identité. Selon un...
02 mars 2021 - 15:02
Société
Image
sans contact
Attention aux escroqueries au paiement sans contact, en forte augmentation
Avec la généralisation du paiement sans contact, les escroqueries se sont aussi répandues. Les démarches des vendeurs sont simples et profitent de l’inattention des cl...
24 juin 2021 - 13:33
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.