Démissionner plutôt que revenir au bureau, ou comment la pandémie a bouleversé le travail

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 06 juillet 2021 - 12:28
Mis à jour le 07 juillet 2021 - 12:28
Image
Des plateformes de travail collaborative pourraient réinventer les flux de travail et ainsi alléger la surcharge d’emails professionnels
Crédits
Pixabay
La pandémie a déclenché chez les salariés une remise en question du prix à payer pour garder leur travail, et du côté des employeurs, une remise en question de la productivité de leurs employés.
Pixabay

En France, un an de restrictions de déplacement a suffi pour transformer profondément le marché du travail. Alors que de nombreux français travaillant à Paris ont déménagé pour bénéficier d’un meilleur cadre de vie tout en télé-travaillant, et que le secteur de la restauration a connu des départs massifs pour reconversions, un autre phénomène se dessine : celui des salariés qui préfèrent démissionner et quitter leur travail, plutôt que revenir au bureau comme avant la pandémie.

Les employés de l'hôtellerie et de la restauration jettent l'éponge

En avril, selon le Bureau des statistiques du travail aux États-Unis, il y a eu plus de démissions qu’au cours de n'importe quel autre mois enregistré depuis le début du siècle. Ces départs concernent 5% des travailleurs du secteur de l'hôtellerie, de la restauration, et de la vente au détail. Chez les professions intellectuelles, les démissions sont aussi prévues en masse. Sur l’ensemble des secteurs d’activité, quatre employés sur dix déclarent désormais avoir envisagé de quitter leur travail actuel. Les “cols blancs” comme sont appelés les salariés de bureau, se disent surchargés de travail ou épuisés après cette année éprouvante de pandémie. D’après un sondage réalisé récemment par Morning Consult pour Bloomberg, près de la moitié des salariés de moins de 40 ans déclarent qu’ils pourraient quitter leur emploi s’ils n’ont pas le droit de travailler chez eux au moins une partie du temps, pour pouvoir ainsi conserver le bon côté de leur expérience en télétravail, qui est la plupart du temps, d’éviter les transports en commun.

Un changement fondamental dans la relation entre les employés et les employeurs

Comme l’explique un article de The Atlantic les employés de bureau et du secteur des services ont de nouvelles revendications et attentes. Les travailleurs à bas salaire qui ont bénéficié d'allocations de chômage améliorées tout au long de la pandémie se sont rendu compte en reprenant leur travail qu'ils n'étaient pas assez payés. Cette volonté de démissionner très répandue est perçue comme un optimisme parmi les travailleurs, un désir de faire quelque chose de nouveau, et la certitude que quitter leur travail ne pourra que leur amener une meilleure situation.

Une révolution de la productivité du travail : les robots vont-ils bénéficier de ce contexte ?

La pandémie a déclenché chez les salariés une remise en question du prix à payer pour garder leur travail, et du côté des employeurs, une remise en question de la productivité de leurs employés. Dans ce contexte, la place des robots est évoquée, non seulement pour justifier l'utilisation des robots au lieu des humains, mais aussi pour repenser la qualité des tâches et leur adéquation pour l’homme. À l'heure où l'ubérisation des services devient de moins en moins rentable, certains économistes s’attendent à la mise en place d’un cercle vertueux sur le marché du travail, où les petits boulots pourraient être réalisés par des automates. Comme l'explique l'économiste Noah Smith, beaucoup d'entre nous considèrent les robots et les travailleurs comme des ennemis jurés, mais l’amélioration des conditions des travailleurs et la croissance de la productivité alimentée par la technologie pourraient aller de pair. Les robots peuvent remplacer les humains dans des missions difficiles et compliquées, mais aussi pour les tâches quotidiennes, ou certaines professions, comme les robots esthéticiens, ou les robots pizzaiolo. Dans ce contexte, les géants du net comme Facebook, commencent à investir ce nouveau marché qui promet de transformer le marché du travail tel qu’on le connaît.

À LIRE AUSSI

Image
Confinement et Télétravail vont-ils changer notre société pour toujours?
Fin du télétravail à 100 % : comment les entreprises vont-elles faire face aux déménagements de salariés ?
Effervescence complète dans les bureaux des DRH. Le 9 juin sonne la fin du télétravail à 100 % : un nouveau protocole sanitaire sera mis en place et les salariés vont ...
09 juin 2021 - 18:00
Société
Image
Covid et syndrome de l'imposteur
Le syndrome de l'imposteur, l’effet du Covid qui menace l'économie et surtout les femmes
Alors qu'en France et partout dans le monde, les mois qui viennent vont être cruciaux pour la réussite de la reprise de l'économie, un constat commence à préoccuper : ...
08 juin 2021 - 11:39
Société
Image
serveur
Pénurie de serveurs : les restaurateurs vont-ils faire appel aux robots ?
Pendant la crise sanitaire, avec la fermeture des restaurants, de nombreux professionnels de ce secteur ont été forcés de trouver une autre profession. La reconversion...
20 mai 2021 - 14:26
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.